A whole new world


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Romy Barrow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romy Barrow
6ème année || Jeune lionne
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 25
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Romy Barrow.   Mar 11 Mar - 23:18

I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Barrow, Romy Norah
    Date de Naissance, Age : 9 avril 1983, elle a donc 16 ans.
    Lieu de Résidence : Londres (Angleterre)


IV. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : Bois de chévrefeuille, elle contient un crin de licorne femelle et mesure 26 cm.
    Camps : Le bien.
    Maison désirée (si entrant en 1ère année) : Serdaigle, Gryffondor, Serpentard, Poufsouffle... Peu importe.
    Don particulier : Rien, à ce que je sache.



V. HJ - Vous

    Age : Bientôt 16 =)
    Niveau en Rp : Hum... Dur à dire. Ca dépend, en fait :]
    Présence /7 : 5/7
    Code du Réglement : checked by M.R
    Comment nous avez-vous connus ? Par partenariat, d'une part et car j'étais anciennement sur Hogwarts School.





      « UN DEUXIEME ENFANT ? Tu ne crois pas qu’on en a assez ? Et surtout pas un… un comme toi. »


    L’homme au regard impénétrable tourna le dos à sa femme, si frêle malgré son ventre arrondi, et disparut de la pièce sans bruit, la laissant avec pour seule compagnie le bruit des gouttes de pluie s’écrasant contre le toit, glissant une à une sur la baie vitrée. Isla, tel était son prénom, se posa sur un fauteuil de cuivre noir, aux accoudoirs rongés par les mites, et fixait de ses prunelles vertes la cheminée. Les flammes qui laissaient les bûches, les consumant lentement, semblaient la fasciner. En vérité, son esprit vagabondait sur les dires de son mari, de la veille où elle s’était rendue à Sainte Mangouste, bien qu’elle en soit interdite, et de la menace qu’il avait proférée à l’encontre de l’enfant. Les Barrow étaient des gens pauvres, qui avaient bien du mal à joindre les deux bouts. Bonnie s’était mariée à un Moldu, James, après sa sortie de Poudlard. Hélas, cette jeune femme si heureuse a vu ses rêves se transformer en cauchemars. Son mari n’acceptait pas l’idée qu’elle soit une sorcière, depuis quelques temps déjà, il la traitait comme une bonne à rien. Pour lui, sorcière signifie malheur, malédiction, ce qu’il craint le plus. James ne peut se résoudre à demander le divorce, il tremble à l’idée de voir la baguette de son épouse pointée sur sa tempe comme un revolver. La famille ne gagne pas bien sa vie, qui plus est, leurs familles respectives étant quasi inexistante…

    Isla était âgée de vingt et un ans quand elle tomba enceinte. Elancée et plus belle qu’une Aphrodite, elle était enviée par les hommes et jalousée par les femmes, son visage innocent attirait les convoitises de plus d’un et son corps en amenait davantage. Ses cheveux se comparaient à une grande cascade d’or, descendant jusque dans le creux de ses reins, une longue cascade soyeuse. Ses iris bleus s’y mariaient parfaitement, une lueur de souffrance y dansant éternellement depuis son mariage raté, ce qui rajoutait du charme à son visage déjà avenant. Elle n’a pas de toilettes élégantes et raffinées, Isla se contente de ses loques. A cause de cette beauté innocente, elle n’eut aucun mal à se marier après sa sortie de Poudlard. Isla y avait fait de brillantes études, dans la maison des érudits, celle de Rowena Serdaigle. Douce, loyale et généreuse, voici les mots qui la qualifiaient. Elle ne travaillait plus, son garçon étant né. Son fils adoré, Aaron. Le seul qui ramène de l’argent est James, chauffeur de taxi… Autant dire qu’il ne gagne pas grand-chose, la vie n’est pas facile pour les Barrow. Et une bouche à nourrir fut de trop, Bonnie comprenait parfaitement son mari… Pourtant, elle ne pouvait se résoudre à abandonner sa fille, toutefois, il le fallait. Aaron se mit à pleurer, dans la pièce voisine, la jeune femme se leva à contrecoeur et berça tendrement son fils tandis que les solutions envisageables pour sa fille se bousculaient dans sa tête. La porte claqua, James était rentré, avec son whiskey et son journal sûrement, il adorait lire les nouvelles avec un petit verre d’alcool. Bonnie sortit de la chambre du bébé avec ce dernier dans les bras, allant s’effarer dans la cuisine pour préparer le repas. De la soupe, car ça tenait chaud.

      « Mais pose le ! Tu vas renverser la casserole ! Ce morveux est une source à problème, c’est incroyable ! »


    Isla rougit, vexée d’être rabaissée de la sorte. Sans elle, ce vieux chalet de quatre pièces ne serait pas grand-chose, elle seule sait se servir de la cuisine aussi. Son ventre proéminant la fatiguait, la gênait… Vivement que cette fillette naisse ! Romy est née, quelques jours après cette dispute sur la casserole. Bonnie pria James de lui laisser un peu de temps, pour trouver des gens qui souhaiteraient l’adopter ou un orphelinat… En réalité, elle désirait juste connaître sa fille, lui chanter une berceuse, la serrer contre elle. Il n’y avait guère d’orphelinat, dans le coin, et encore moins des parents désespérés… Isla, une nuit, se glissa hors du chalet avec Romy emmitouflée dans un tas de couvertures, puis la déposa sur un banc de… l’église voisine. La jeune mère enleva le pendentif qui pensait à son cou, seul bijou qu’elle possédait et que James souhaitait à tout prix vendre pour en tirer bon prix. Elle le posa au creux des toutes petites mains de sa fille et s’éclipsa, telle une ombre, laissant son bébé seul dans l’église. Manière classique de se débarrasser des enfants.

    Au lendemain de ce triste épisode, la petite fille fut trouvée par une Sœur, celle qui déposait les feuilles de chant dans les box. Cette dernière s’émerveilla devant le bout de chou seulement, le bébé devait être obligatoirement placé dans un foyer, en vue de son jeune âge. Après avoir reçu une bénédiction, la fillette fut conduite dans un orphelinat de Londres, et la seule identité qu’elle possédait ne dépendait que d’une gourmette : « Romy Barrow » devant et « Née le 9 avril 1983 ». Tout s’arrêtait là, sur cette date et ce prénom. Nous étions le 23 du mois, justement, c’était encore un tout petit poupon… Les demandes n’affluaient plus, ces temps ci, ce qui signifiait que le bébé grandirait dans cet orphelinat. Les personnes s’occupant des enfants s’en étonnèrent, d’ailleurs, car ils eurent beau faire appel à droite à gauche, aucune personne de sa famille ne se manifesta. On apprit juste qu’un Barrow était chauffeur de taxi, seulement, lorsqu’on le contacta, il nia être le père. En bref, la petite Romy était donc seule au monde, sans aide ni but. Les années passèrent, tranquillement dans cet orphelinat où elle y voyait tous les jours sa vraie famille, les enfants avec qui elle avait grandi, ses protégés, le personnel… Vers huit ans, elle fut assez bien curieuse de son passé…

      « Elle est où ma maman ? »
      « Oh… Ma petite Romy… Ta maman est morte, il y a très longtemps. Elle t’a mis au monde ici et elle est morte. »

      Silence. La petite se mordit la lèvre, un sourire illumina son visage enjoué, elle tendit son poignet où se trouvait sa gourmette.
      « Mais elle m’a fait un cadeau ! Elle devait être gentille ! J’aimerais bien trouver une photo… » Murmura-t-elle, songeuse.


    Autant le dire, c’était un pur mensonge de la part de la femme, qui ne pensait qu’au bien être de la petite Romy. Au moins, elle ne se ferait pas de fausses illusions… Espérons qu’elle n’ait pas de parents connus. A onze ans, la jeune Barrow reçoit une lettre de Poudlard. Cette école n’est pas connue de la directrice, qui hésite un peu à la laisser la fillette seule. Pourtant, du jour au lendemain, Romy a la bénédiction de la vieille femme, qui aurait reçu la visite d’un mystérieux visiteur. Bref, la période la plus courte de sa vie est désormais close. C’est vrai que son enfance fut assez pauvre en événement, si on omet les « dons » de Romy. Lévitation, la plupart du temps. Elle faisait voler quelques objets, principalement. Il n’y a jamais eu autre chose, à part une assiette brisée d’elle-même…

      « BARROW, Romy ! »


    La fillette se fraya un chemin parmi le flot d’élèves et se hissa sur le tabouret où l’attendait le vieux chapeau rapiécé.

    Sa première année fut assez calme, Romy avait saisi qu’il ne fallait pas se frotter aux autres mais elle avait un tempérament des plus ardents et vifs, il lui arrivait de s’attirer des ennuis comme un aimant. Elle profitait vraiment de Poudlard, de cette vie nouvelle qui s’offrait à elle, Romy voyait cela comme un pur privilège à savourer, car au château, elle n’était pas « l’orpheline de Londres ». Drôlement intrépide, sa langue était bien pendue et sa spontanéité inspiraient le plus grand mépris chez les élèves plus âgés, de Serpentard la plupart du temps. En cours, elle se démarqua par son incroyable savoir. Et vous voulez que je vous dise ? Elle ne travaillait jamais. Jamais. Elle se contentait de « lire » une fois et d’aller faire l’andouille dans les cachots après. Il était bien rare de la croiser à la bibliothèque ou de la voir avec un livre dans la main, car si elle aimait le monde magique, elle ne voyait pas l’utilité de bosser, bosser et rebosser comme une bourrique bonne qu’à ça. Déjà, Romy imposait sa personnalité des plus originales.

    Son monde bascula en seconde année, lors du Tournoi des trois sorciers. Dans le Poudlard Express, plus précisément… Ses amies et elle jouaient des coudes pour atteindre le dernier compartiment vide, et ce fut à ce moment que son destin allait sans doute changer. Petite, on lui a répété cela : « ta maman est morte, ton papa ne te veut pas », alors Romy perdit espoir et décida de « recommencer » à zéro. Ses mamans, c’était les surveillantes, ses frères et sœurs étaient les autres orphelins et elle avait même une grand-mère, la directrice. Sa vie commençait ici, nulle part ailleurs. Pourtant, dans ce train, tout changea en quelques minutes. Une bousculade.

      « Désolée ! Je t’ai pas fait mal ? » S’enquit-elle en aidant le garçon qu’elle avait fait trébuché à se relever.
      « Non, non, ça va… J’ai l’habitude de tomber. » Ironisa-t-il en changeant de direction.
      « Hé ! Dis moi comment tu t’appelles ! » Romy l’attrapa par le poignet, il blanchit.
      « Aaron. Aaron Barrow. Lâche moi, s’il te plaît. »
      Il n’était pas commode… Mais ce n’est pas ça qui frappa la jeune fille de douze ans. Elle recula, étourdie, et se mit à rire :
      « Moi c’est Romy Barrow ! C’est marrant, on a le même nom de famille ! »
      « Ca m’étonnerait, il y a pleins de Barrow en Angleterre. Au revoir. »

      Il disparut, blanc comme un linge, cherchant à tâtons un compartiment.


    Une grimace étrange passa sur le visage de Romy. Son amie la tira vers le compartiment, et dut la gifler pour la ramener à la réalité. Elle se sentait étrange… Comme si elle le connaissait. Il faudrait qu’elle fasse des recherches à son sujet. Elle voulait bien croire à l’étendue du nom Barrow dans les pays anglophones, toutefois la jeune fille avait du mal à s’y faire lorsqu’elle se remémora le regard du garçon. Des yeux bleus, perdus et souffrants, et identiques aux siens. Son teint cadavérique était semblable, également. Dès le lendemain, Romy l’observa à la dérobée, de loin. Dans la Grande Salle, au parc, devant le lac, cachée derrière un chêne et même jusqu’à la bibliothèque ! Le lieu qu’elle haïssait le plus. Elle en était malade, il fallait qu’elle sache qui il était, de savoir pourquoi ses yeux s’étaient soudain alarmés en croisant son regard.

      « Romyyy… Tu me donnes mal au crâne en tournant ! » S’égosilla sa voisine de chambrée.
      « Dis moi, tu connais Aaron Barrow ? »
      « Aaron ? Il a treize ans. Ma sœur est en binôme avec lui, en potions, et elle m’a raconté qu’il était quasi muet, énigmatique et très renfermé. Elle a ajouté aussi qu’il n’était pas un modèle d’amabilité malgré son respect et sa politesse… »
      « Oh. Je peux oser… te demander un truc… ? » Risqua Romy, s’arrêtant. « Tu trouves qu’il… qu’il me ressemble ? »



    Son amie mordilla sa plume, assise en tailleur sur son lit, et était plongée dans ses pensées. Elle haussa finalement les épaules, remontant ses lunettes rondes sur son nez.

      « Un peu, un air de famille… M’enfin, va le voir, t’as tenu tête à un cinquième année l’autre jour, tu peux bien aller parler à un garçon de troisième année, non ? »


    La jeune fille ne s’en sentait pas du tout capable. Comme si elle allait commettre une énorme bourde, un truc horrible. Aaron. Ce prénom lui revenait sans cesse dans la tête, au point même de la déconcentrer en cours. Ce visage pâle, aux cernes effrayants, hantait ses nuits. Elle était obsédée par la pensée d’avoir… de la famille. Des parents proches. Que pouvait il être ? Un cousin ? Un cousin éloigné ? Un oncle ? Un… Non, impossible.

    Aaron était-il son frère ?

    Pendant l’été, elle développa une passion pour la guitare, instrument qui l’avait fascinée, et poussa la chansonnette pour l’accompagner. Romy était absolument ravie d’entendre un son plutôt « juste », car elle n’avait aucun talent particulier connu à ce jour. Donc elle chantait, jouait, grattaient les vieilles cordes de sa guitare, assise à l’américaine. Elle pensait, surtout, à Aaron. Si elle en parlait, on lui sortirait en riant « T’es amoureuse, Romy ! » Non, elle ne l’était pas… Elle voyait en lui une part d’elle-même, quelque chose d’étrange les reliait. La jeune fille, désormais âgée de treize ans, en était plus que certaine. Ses recherches n’aboutissaient à rien, Romy étant allée jusqu’à la bibliothèque du coin pour trouver ne serait-ce qu’une naissance, un acte de mariage, un avis de décès… Rien. Rien ne figurait sur les « Barrow ». Il faudrait donc parler à Aaron.

      « Hey ! Aaron ! Aaaaaaaaron ! »


Dernière édition par Romy Barrow le Sam 15 Mar - 1:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen Dawson
Admin_* || Ministre de la Magie
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp:
MessageSujet: Re: Romy Barrow.   Mar 11 Mar - 23:24

bienvenue et bon courage pour ta fiche! qui étais-tu sur HS?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romy Barrow
6ème année || Jeune lionne
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 25
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Romy Barrow.   Ven 14 Mar - 22:09

[Merci =D (je jouais Andrea) Message trop long =X]


    Poudlard. Elle le poursuivait dans les couloirs, il marchait tellement vite, le nez en l’air. Il avait une… élégance. Un mannequin en tomberait par terre. Cette façon féline de se déplacer sans bruit, incroyable. Seulement, Romy n’avait pas d’yeux qu’à ça, elle le suivait pour une bonne raison : des réponses. Elle s’arrêta, lorsque lui-même se stoppa, de dos. Ses poings fermement serrés alors qu’il tentait de la semer, se relâchèrent, Aaron ne se retournait pas, il semblait las. Las que cette gamine le poursuive où qu’il aille, las de devoir cacher la vérité (?), las de ne pas croiser son regard azur qui lui rappelait le peu de souvenir de son enfance. Romy, essoufflée, était penchée en avant, les paumes posées sur ses genoux, elle regardait avec espoir le grand jeune homme.

      « Sois heureuse. » Souffla-t-il.
      Il disparut, sans bruit, avant qu’elle ne s’en rende compte.


    Et tout ce petit bout d’espoir se modifia… Il disparut. Pourquoi s’était elle lancée dans cette… cette folie ? Elle n’avait rien trouvé sur les Barrow, dans le monde Moldu, aucun en Angleterre, et à Poudlard elle trouvait quelqu’un, un espoir, encore, quelqu’un qui pourrait l’aider. La déception s’empara d’elle, Romy refusa de se laisser abattre. Aaron avait beau le nié, elle le sentait, le savait… ils avaient été ensembles, dans une vie antérieure. Maintenant que ce chapitre était clos, beaucoup pensaient que la jeune fille serait moins distraite qu’à l’accoutumée, retrouverait son caractère enjouée et plein de culot, et irait moins à la bibliothèque surtout ! Romy a horreur d’étudier, de pénétrer dans ce lieu regorgeant de savoir, toutefois elle y passait désormais le plus clair de son temps, sur les registres, dans la réserve. Dans tous les rayons. Il ne suffit que du cours de Potions pour que l’on constate que non, elle ne fût pas redevenue normale.

      « Romy ? Romy… Attention ! »
      « Hein ? De quoi ? »


    BOUM. Un liquide visqueux se répandit à terre, sur ses voisins et sur elle-même. La jeune fille eut un sourire d’excuse timide, dégoulinante. La potion n’étant pas néfaste, il y eut plus de peur que de mal, ce qui fut bien heureux… Plus ou moins, plutôt.

      « Comme d’habitude, Miss Barrow nous démontre son habileté en potions. Un nouveau T, si j’ai bien compris ? »
      « Bah ouais… Il y a pas d’autres solutions. »
      Répondit-elle, piquée au vif.
      « Et 5 points en moins pour insolence. »


    Merci Romy.

    Durant les vacances d’été, la jeune fille se remit à sa bien aimée guitare, grattant sans queue ni tête, composant ses propres chansons, celles qui exprimaient son état d’esprit actuel. Le trouble. Elle ne savait pas si elle tenait le bon fil, celui de la vérité ou du mensonge ? Ses rêves étaient occupés par une étrange comptine lointaine, depuis juillet environ. Elle entendait une voix de femme chanter, qui se taisait après quelques phrases. Un souvenir ? Romy essaya de la recomposer, et la chantonna à quelques enfants en leur demandant si ils la connaissaient. Même réponse négative, à chaque fois. Pourtant, quelques soient les chansonnettes enfantines, elles étaient pareilles, non ? Sa quatrième année s’écoula lentement, se soldant à la fin par la mort d’Albus Dumbledore. Sa cinquième année, celle des BUSES, débutait avec la pluie et l’incertitude.

      « Bon, alors, les mages de la confrérie… Euuh, ils voulaient… » Récita une amie, les yeux fermés. Romy roupillait, comme elle aimait le dire, dans son coin, ses livres à ses pieds.
      « ROMY ! Tu veux réussir tes BUSES, oui ? Mon frère a loupé les siens, et il travaille maintenant à la caisse, chez Mme Guipure… »
      « J’ai pas besoin de réviser. J’te parie que j’aurais au moins deux O. »


    Elle en eu trois, si c’est pas de la divination… Pas une seule note en dessous d’A, mis à part l’Etude des Runes qu’elle jugeait aussi inutile que le latin. Romy traîna encore dans la bibliothèque, en vain. Ce fut les vieux « Gazette » qui l’aidèrent, dans les naissances… Quoi ? Les journaux sorciers sont comme les journaux Moldus, que croyez vous enfin ?

    « 9 avril 1983 – BARROW, Romy, née de James BARROW et Isla CARNAHAN BARROW. »


    Son cœur se gonfla, elle chercha les Gazette de l’année 1982, elle ignorait la date de naissance d’Aaron, donc elle risquait d’y passer un certain temps… Une demie heure, pour être précise.

    « 28 février 1982 – BARROW, Aaron, né de James BARROW et Isla CARNAHAN BARROW. »


    Silence. Romy mordit sa lèvre, en proie à une montée d’adrénaline. Elle suffoquait, excitée. Elle lança un sort de travers pour que les journaux se rangent d’eux même et regagna son dortoir, un grand sourire fendant son visage. Elle avait des parents… et un frère. Aaron était son frère. Seulement… il n’avait pas l’air de vouloir le savoir. A coup sûr, il était au courant de son existence, mais pensait préférable de la laisser dans un monde, disons meilleur ? Etait-il malheureux avec leurs parents ? Aimerait-il être à sa place ? Pourquoi revenait-il avec des blessures à Poudlard, après les vacances ? Pourquoi… pourquoi ?! Pourquoi lui avait-on caché son véritable morceau d’histoire ?

    Désormais, tout se jouerait sur le futur. Il fallait qu’elle parle à Aaron…

      « Hey, la marmotte ! Tu vas louper le train de ton école ! Il est dix heures passées ! »
      « DIX HEURES PASSEES ?! MERLIN ! »
      Romy sauta sur ses pieds et rassembla ses affaires en quatrième vitesse. Elle se vêtue n’importe comment, avec ses vieilles mitaines de clocharde et sa parka rongée aux mites. « Je reviens pour Noël ! A plus tout le monde, j’vous oublie pas ! »


    Ces dires furent accompagnés de grands éclats de rire. Une sixième année qui s’annonçait rempli pour cette Anastasia des temps modernes. Comme la princesse russe, Romy cherchait désespérément une famille avec pour seules aides ; deux actes de naissances, un pendentif, une gourmette et un prénom. Bien sûr, il y avait aussi Poudlard, ne l’oublions pas. La jeune sorcière réellement impatiente, plus impatiente encore que les années précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romy Barrow
6ème année || Jeune lionne
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 25
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Romy Barrow.   Sam 15 Mar - 0:42

Fiche Terminée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Romy Barrow.   Sam 15 Mar - 12:56

Bienvenue =D
Han. J'adore ta fiche. I love you


Welcome chez les Gryffys =)

Validée Wink

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Romy Barrow
6ème année || Jeune lionne
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 25
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Romy Barrow.   Sam 15 Mar - 13:18

Merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Romy Barrow.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Romy Barrow.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Romy Schneider.
» Présentation de Thomas Barrow [Validée]
» ROMY VAN DE LAAR (en attente)
» Le destin frappe toujours deux fois. [Pv Romy] -Terminé-
» zippy seven ? romy g-a. cobain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A whole new world :: [Les Registres du Ministère] :: La Cérémonie de Répartition__# :: ✖ Fiches Validées-
Sauter vers: