A whole new world


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poisoned present. [Mon Prince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Poisoned present. [Mon Prince]   Lun 10 Mar - 23:01

[ceci est un RP de la 1ère version du forum]

    Mary se sentait mal depuis quelques temps. Des nausées qui étaient fréquentes, des vertiges... Elle mettait ça sur le compte d'une soudaine faiblesse. Après tout, l'année dernière elle avait eut à peu près la même chose. Alors elle s'accomodait de cela, tentant de repousser cela et de faire bonne figure en toute circomstances. Seulement ce n'était pas tout. Malgré le fait que son estomac ne cessait de lui faire recracher son repas... Mary arrivait à prendre du poids. Etonnant. Il y avait vraiment des choses qu'elle ne comprenait pas, parfois. Elle aurait du perdre au moins trois kilos depuis le temps, mais non. Madame prenait du poids. Il ne manquait plus que ça. Heureusement pour elle, elle avait réussit à cacher tout cela à Matt. Elle n'aimait pas l'idée qu'il s'inquiète pour elle. Elle lui cachait toujours autant de choses, mais c'était pour son bien. Elle ne voulait pas le blesser. Elle détestait le blesser. Alors mentir valait mieux, faire comme si de rien n'était.

    Mais Mary avait remarqué un autre changement encore dans son corps qui la dérangeait... passablement. Oh, en soit c'était agréable mais à vrai dire... ça commençait à l'inquiéter sérieusement. Elle avait du retard. Et contrairement à l'année dernière où elle aurait pu balayer toute éventualité d'un geste de la main, cette année... cette année tout était possible. D'autant plus que intelligente comme elle était... enfin.. Angoisse permanente depuis quelques jours. Elle n'avait pas pu tolérer ce doute plus longtemps. Il fallait qu'elle sache, une fois pour toute. En tentant de ne pas penser à ce qu'il se passerait si jamais... ce cauchemard était réel.

    Elle s'était alors rendue à Sainte-Mangouste. TRES angoissée en réalité. Elle avait expliqué son problème en bafouillant à une infirmière et elle s'était rapidement trouvée dans un bureau. Celle-ci lui fit boire une potion, avec un sourire qui était probablement censé la rassurer mais... qui ne faisait que l'inquiéte. Si son ventre devenait bleu.... la catastrophe était arrivée. Si son ventre devenait bleu... Elle ne voulait pas regarder. Elle ne voulait pas savoir. Rester ignorante plutôt que de savoir cela. Pitié. Oui, elle l'aurait suppliée. Elle lui demanda de relever son tee-shirt et après avoir pris une grande inspiration, elle baissa le regard.

    - Non... ce n'est pas possible... non....

    Mary s'était effondrée sur le bureau, la tête entre les mains. Non. Elle ne pouvait pas. C'était un cauchemard. Elle ne pouvait pas... être enceinte. L'infirmière était restée en face d'elle, lui tendant une boîte de mouchoirs dans laquelle elle se servit. S'allonger sur le lit.... besoin de savoir depuis combien de temps... pas douloureux. Mary s'en moquait. Elle ne pouvait pas penser à cela.

    " Etonnant que vous ne vous en êtes pas inquiétée plus tôt. Vous êtes enceinte de deux mois Mademoiselle"

    Panique. Deux mois. Attendez... il y avait deux mois... Son esprit fonctionnait à toute allure. Merlin. Qui était le père ? Deux mois. Réflechir, vite. Matt ? Mais... non ils ne s'étaient pas aimés pendant bien trois longues semaines en septembre. Il n'y en avait qu'un avec qui.... Oh non. Non non non non non non non non non. Ce n'était pas possible. C'était un cauchemard. Non. C'était un rêve. C'était un rêve qu'ils avaient vécut cette nuit. Son Prince... Severus. Elle portait son enfant. Pourquoi n'avaient-ils pas pensé à empêcher cela ? Passion qui les avait emporté. L'idée n'avait même pas effleurée l'esprit de Mary. Elle porta inconsciemment sa main à son ventre. L'enfant de Severus. Non. Pourquoi fallait-il que cela arrive ? Ne pouvait-on donc pas les laisser en paix ? La vie n'était-elle donc pas suffisament cruelle de les séparer pour leur laisser de tels cadeaux empoisonnés ?

    Mary était repartie sans véritablement écouter ce qu'elle lui disait. Elle se moquait de ses conseils. Elle ne pouvait pas le garder. Parce qu'elle était trop jeune, mais parce qu'elle ne pouvait pas faire ça à Severus surtout. Trahison. Elle avait l'impression de le trahir en portant cet enfant. Elle était rentrée à Poudlard en mode téléguidée. Sans réfléchir à ce qu'elle faisait. Elle ne pouvait pas le garder. Pour lui. Si elle l'aimait, elle devait mettre fin à la vie de cet enfant. Si elle l'aimait vraiment, elle devait avorter. Pour lui. Il avait une autre famille, elle n'avait pas le droit de le faire se déchirer à cause d'elle. Le laisser vivre avec elles. Elle le devait. Avorter....

    Il n'y avait pas 500 000 solutions pour cela. Une seule était possible. Envisageable dans sa situation. Une potion. Elle savait que chez les sorciers cela se faisait par une potion, un poison serait plus approprié. Elle ne se sentait pas la force de la préparer. Cela était trop dur pour elle. Elle ne pouvait... faire cela seule. Aller à l'infirmerie ? Elle voudrait savoir le nom du père ou alors elle penserait qu'il était de Matt... impossible. Elle ne supporterait pas cela. Elle était enceinte de Severus et de nul autre. Personne ne devait savoir que cet enfant avait un jour existé. Personne ne devait savoir qu'il existait. Sa décision était prise. Elle en tremblait. Elle devait aller le voir lui. Severus. Lui seul pourrait l'aider. Mais lui faire face... ainsi... L'idée était douloureuse. Des larmes avaient de nouveau coulées sur ses joues. Pourquoi, pourquoi fallait-il que leur rêve devienne un cauchemard?
    Elle avait pleuré, de longues minutes, tremblant sur son lit. Comment pouvait-elle lui faire ça ? Le trahir ainsi... son corps les avait trahis, tous les deux.

    Finalement, elle s'était relevée, décidée. Y aller vite, avant que ses jambes ne la trahissent elles aussi. Elle était descendut en courant, sans faire attention aux regards qui la suivait. Elle était descendue jusqu'aux cachots avant de se rappeler qu'il avait changé. Elle n'y arriverait jamais. Remonter lui paressait une épreuve insurmontable. Mais face aux ricanements des Serpentards, elle était bien vite remontée. Perdue à présent dans ces escaliers, ces couloirs sans fin. Severus, où es-tu ? J'ai besoin de toi mon Prince.

    Elle était arrivée devant son bureau. Elle tremblait. Incapable de prendre sur elle-même. Terrorisée à l'idée de ce qui arriverait. Elle devait l'affronter. Elle devait le lui dire. Il avait le droit de le savoir. Severus... mon Prince. Sans même s'en rendre compte et avant que son cerveau ne lui crie de partir en sens opposé elle avait frappé à la porte et l'avait ouverte, sans plus attendre. Il était là, devant elle, à son bureau. Et elle, elle restait là. Incapable de faire quoi que ce soit. La gorge serrée. Mots qui refusaient de sortir. Severus. Elle avait tellement besoin de lui en cet instant. Son Prince.

    - Severus...

    Elle ne put en dire plus. Elle venait de tomber à terre, secouée par de violents sanglots, contre la porte. Elle n'y arrivait pas. C'était tout simplement trop pour elle.


_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi



Dernière édition par Mary Ryder le Lun 10 Mar - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Lun 10 Mar - 23:07


    Helene - « Severus, ta fille t’attend. »
    « Elle est parfaitement bien dans tes bras. Puis, je ne voudrais la laisser tomber. Après tout, tu me connais, si… maladroit. »

    Rictus qui s’était dessiné sur le visage de l’homme vêtu uniquement de noir. Non elle ne lui confierait pas l’enfant pendant la journée et ceci sous prétexte qu’il n’avait qu’un cours a donné. Jamais par Merlin il ne s’occuperait de Crevette. Qu’elle reste avec sa mère, lui n’était que trop incapable dans ce domaine. Puis, placer sa fille dans son bureau… non et non. Il ne voulait même pas envisager cette perspective. Alors il avait violement claqué la porte du bureau de la Directrice, s’attirant ainsi un regard pour le moins curieux d’un septième année qui passait par la. Oui tout le monde savait a présent que le Professeur Rogue avait un cœur, mais ce n’était pas pour autant que tous étaient capable de l’accepter. Quoique, parmi les étudiants il y en avaient toujours pour voir ceci d’un bon coté. « Peut-être qu’il sera plus aimable a présent. » avait chuchoté l’un deux pendant son unique cours de la journée. « Ne croyez pas ceci Storm. Je reste… égal à moi-même. 10 points en moins pour Serdaigle. » BAM. Ils étaient tombés et c’est qu’ils pleuvaient en ce moment, les points et ceci toutes maisons confondues même celle des Vipères, par moment, ceci lui arrivait. Après tout, Severus n’était plus obligé de se montrer compatissant et aimant avec les gosses de Mangemorts, il pouvait les traiter a égalité avec les Lions mais non… cette même fierté, avoir appartenu a cette maison. Quoiqu’il en soit, sa journée s’était rapidement terminée et ceci dans la monotonie des jours.

    Cela faisait plusieurs heures qu’il était dans son bureau. Nouveau bureau et ceci depuis le début de l’année. et Merlin qu’il aimait ce post. La Défense contre les Forces du Mal. Matière devenue inutile en vue de la disparition du Seigneur des Ténèbres. Certainement pas. Puis, terrorisé ces gosses était toujours un plaisir pour Severus, encore plus que pendant les cours de Potions où il lui était arrivé de menacer certains étudiants de noyades ou d’empoisonnements. Il devait avoir le don… la menace.

    Mais finalement sa solitude avait rapidement été brisée. Elle, la Chose, Crevette. Sa fille avait atterri dans son bureau. Regard haineux qu’il avait adressé a Helene quand elle s’était présenté a la porte, lui tendant le bébé qu’il avait eu bien du mal a prendre dans ses bras. D’ailleurs, il l’aurait bien prise par la cheville, ce qui lui aurait évité de se retrouvé avec un Truc accroché telle une sangsue a son cou.

    Helene - « Tu vois qu’elle t’aime. »
    « Pot de glue… Sangsue. »
    Paroles qu’il avait marmonné en posant l’enfant non loin de lui. Gosse qui eu bien vite le réflexe de se carapater a l’autre bout de la pièce. « Merlin, sale gosse. Limace montée sur pattes. » Il l’avait finalement rattrapé et ceci non sans avoir eu du mal. Petite chose qui avait profité des recoins de son bureau.


    Coups faibles qui furent frappés contre la porte de son bureau. Le Maître des Potions avait a peine relever les yeux vers la porte que celle-ci s’était ouverte sur une étudiante -fait peu étonnant- mais il s’agissait de Mary. Haussement de sourcil a la vue de la jeune fille. Elle semblait si… faible. Non ce n’était qu’une impression, très certainement d’ailleurs. Toutefois, il ne pu retenir sa curiosité bien longtemps. Que faisait-elle ici ? Mary était une Serdaigle aussi qu’elle se retrouve dans le bureau du Directeur des Serpents était quelque peu… étrange mais ses questions furent mises de coté au profit de l’inquiétude. La Bleu et Argent était tombée a terre, de longs sanglots furent alors audibles. Le Prince s’était rapidement levé, quittant son bureau pour rejoindre la faible personne que Mary était devenue.

    Il avait refermé la porte d’un geste nonchalant de la main avant de s’accroupir prêt de Mary, de la relever et de voir son visage baigné de larmes. Incompréhension soudaine. Sa présence était déjà intriguante mais qu’en plus elle se mette a pleurer. Toutefois, ces gestes furent secs et froids. Severus ne l’avait pas prise dans ses bras comme il aurait du le faire, aucun geste d’affection ne fut fait a l’encontre de cette personne. Il s’était juré d’oublier alors sombré n’était pas pour aujourd’hui. Pourtant, l’état actuel de la demoiselle lui hurlait de laisser tomber ses convictions soudaines. De la prendre dans ses bras, de la consoler. Pauvre enfant. Non. Il l’avait attrapé par le bras, sa main s’était posée sous le menton de la demoiselle, la forçant ainsi a planter son regard dans le sien. Il ne cherchait pas de réponse. Non. Le Prince n’usait plus de la Legilimencie avec elle. Viol que ceci. Il la laisserait parlé. Mais avant ceci, il voulait qu’elle arrête de pleurer comme une gosse ça qui ont aurait volé un jouet. Il ne parvenait a supporter les pleurs et ceci très certainement parce que lui n’était plus capable de verser une simple larme… depuis si longtemps. Mais ce n’était pas la question. Une personne affaiblie se trouvait devant lui et son passé n’avait rien a faire là dedans. Severus avait alors conduit Mary jusqu’au fauteuil présent devant son bureau. Il l’avait forcé a s’asseoir, ce qui en somme n’avait pas été bien compliqué puisque la miss s’était presque affalée dedans. Il resta a ses cotés, ou plutôt qu’il s’était adossé au mur en face d’elle, les bras croisé sur son torse, le regard étonnant fixe et le visage impassible… comme toujours il était neutre et aujourd’hui il le devenait avec elle.

    « Matt a-t-il enfin découvert que tu l’avais trompé avec l’un de tes Professeurs ? »

    Sarcasme et voix hautement désagréable. Il était en cet instant précis le Professeur Rogue et non Severus, où le Prince. Rien de tout ceci. Mary avait affaire a l’homme périssable et tant haï. Il n’avait pas de temps a perdre avec les peines de cœur d’une enfant, aussi qu’elle se dépêche de parler, de sécher ses larmes et de partir.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Lun 10 Mar - 23:14

    Mary avait de nouveau craqué en le voyant. Severus. Merlin. Elle portait son enfant et elle n'était même pas capable de lui faire face. Elle se haïssait pour sa faiblesse. Pourquoi cela était-il arrivé ? Tomber enceinte... à seize ans. D'un homme avec qui le mot avenir n'était pas possible. Tomber enceinte... Qui avait déclaré que cela était une joie ? C'était une peine. Une douleur. Une trahison. Elle pouvait l'imaginer, grandir en elle, puisant sur ses forces vitales pour se faire sa place, pour réclamer sa vie. Mais elle ne pouvait lui offrir ceci. A son enfant. Elle ne pouvait lui donner la chance de vivre. Such a failure. Le mot choix n'avait pas sa place dans son esprit. Ce n'était pas un choix. Une résignation. Non. Pire que ça. Une fatalité. Une conséquence logique. Mary ne pouvait lui donner la chance de vivre. Elle ne pouvait faire cela. Pauvre petite chose à qui ils ne laisseraient aucune chance. Enfant innocent qu'elle s'apprétait à tuer sans la moindre pitié. Il criait pour avoir le droit de vivre et elle, elle l'étouffait. Pour lui.

    Elle s'était laissée faire. Elle l'avait laissé la porter sur une chaise. Déception de voir qu'une fois de plus, quand elle allait mal, il la laissait se débrouiller. Il la laissait essayer de relever la tête, seule. Les bras croisés. Merlin, mais c'était à cause de lui qu'elle était ainsi. C'était lui le père ! En croisant son regard, elle y avait cherché de l'aide, du soutien. Mais elle n'avait pu y trouver rien de tout cela. Severus... Elle le sentait... loin. Si loin de cette union qu'ils avaient partagé. Cette union d'où un enfant avait été crée. Lien soit-disant indestructible entre deux êtres. Lien qu'elle briserait, parce qu'il le fallait. Vie qu'elle s'arracherait, parce qu'elle n'avait pas le choix. Et lui... lui il faisait comme s'il ne voyait rien. Même sans connaître la cause des larmes de Mary il devrait au moins se montrer... attentif. Alors qu'elle le sentait. Elle ne faisait que le déranger dans sa routine quotidienne. Son coeur se serra à cette pensée. Lui aurait-il donc mentit ? S'était-il trop éloigné ? N'avait-il donc rien compris ?

    La phrase qu'il prononça lui fit l'effet d'un coup de poignard. Affreuse grimace qui vint déformer son visage. "Trompé avec l'un de tes professeurs". Il parlait de cette soirée comme de la pire des vilennies. Comme la pire des trahisons. Trompé. Professeur. Oui elle avait trahit Matt cette nuit-là, elle l'avait trahit avec lui parce qu'elle l'aimait follement. Parce qu'elle aurait tout donné pour lui. Parce qu'elle voulait vivre au moins une fois un rêve qu'on lui avait arraché. Arraché. Comme cet enfant. Trace physique de ce rêve qu'ils avaient fait. Un rêve qu'il reniait, là, aujourd'hui même. Devant elle. Par ses sempirternels sarcasmes. Mary ne pouvait tolérer de telles paroles. Pensait-il vraiment qu'elle aurait pu avouer le fait qu'ils avaient fait l'amour et que c'était le plus beau moment de sa vie à Matt ? Pensait-il vraiment qu'elle aurait pu lui faire ça à son lion ? A cet instant précis, elle détestait Severus.

    Sa faiblesse ne la rendait que plus sensible à la colère. Il en ferait les frais. Mais il l'avait provoquée. Qu'il ne se moque pas d'elle. Pas dans une telle situation. C'était une chose absolument intolérable. Pas alors qu'elle portait son enfant et qu'elle venait lui demander de l'aide pour mettre fin à la vie de celui-ci. Un verre d'eau plein trônait sur le bureau. Mary s'était relevée, hors d'elle, et lui balança le verre à la figure.

    - Comment oses-tu ? Tu crois vraiment que je lui en aurais parlé ? Ca le détruirais d'apprendre ça ! Merlin mais tu ne peux donc pas apprendre quand il faut se taire ou pas ? Garde tes sarcasmes pour les autres, professeur Rogue.

    Déception profonde dans son regard. Severus. Elle avait eut tort de croire qu'ils ressentaient la même chose. Il s'était simplement moqué d'elle. Et leur enfant était le fruit de sa ... blague. Pensée qui ne faisait que la briser un peu plus.

    - J'ai eut tort de croire que tu pourrais m'être d'une quelconque aide. De toute manière tu n'es pas fichu de voir quand j'ai besoin de toi. Imbécile...

    Professeur Rogue. Imbécile. Des termes qu'elle n'employait jamais à son égard. Mais il lui avait fait tellement mal par son attitude, par cette simple question stupide. Il ne se rendait pas compte. Vraiment pas compte. Il vivait sur une autre planète. Alors oui, elle avait eut tort de croire qu'il pourrait l'aider. Que lui dirait-il quand elle lui dirait qu'elle était enceinte de lui ? "Et alors ? Ouvre-toi le ventre et on en parlera plus ?". Elle s'était détournée de lui. Elle ne voulait plus le voir. Elle n'aurait jamais du venir. Quitte à s'empoisonner en ratant la potion, qu'importe. Si c'était Rogue qui voulait l'écouter que Severus refusait d'être celui qu'il était avec elle habituellement, avant. Alors elle n'avait pas besoin de son aide.

    Elle était sortie du bureau en claquant la porte, pour s'effondrer sur les marches menant à celui-ci. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que tout soit gaché ainsi ?


    -------------
    [c'est le RP qui se trouve là que t'as perdu non ?]
    ------------


    Jamais elle ne s'était autant énervée sur lui. Mais oui, elle était véritablement hors d'elle en cet instant précis. Severus... elle ne pouvait croire que c'était celui qu'elle avait aimé qui se tenait là, devant elle. Tout fier de son jeu. Tout fier de se jouer d'Elle. C'était cela qui lui faisait le plus mal en cet instant. Le fait qu'il se jouait d'elle et qu'ily prenait plaisir. Il savait qu'elle souffrait mais il n'en avait rien à faire. Elle aurait pu venir avec un couteau planté dans le ventre il n'aurait pas vu la différence. Oui, elle aurait probablement mieux fait de venir ainsi. Mais s'il ne voulait pas lui offrir sa compassion, alors au moins qu'il se taise. Qu'il l'écoute. Qu'il cesse de jouer ainsi. C'était insupportable.

    "Alors j'irais lui dire". Elle savait qu'il en était capable. Elle savait que pour récupérer totalement Mary il était capable de tout faire pour que Matt disparaisse de la vie de celle-ci. Mais elle aimait son lion. Et il refusait de voir cela. Egoïste. Jouer avec elle... Et pourtant, pourtant elle lui avait tout donné, elle. Si elle lui avait cédé cette nuit-là, c'était pour lui rappeler qu'elle était à lui avant nul autre. Mais ça ne lui suffisait pas apparement. Que pouvait-elle lui donner d'autre ? Il n'y avait rien. Rien qu'elle ne lui ai pas donné. Son enfant était là pour le prouver. Haïssable en cet instant. Le frapper était tentant, mais il était bien capable de rire de cela, aussi. Lui dire la vérité ? A quoi bon ? Il s'en moquerait éperdumment.

    - Ne tente même pas de faire ça, tu m'entends ? Je t'interdis de lui dire quoi que ce soit ! Je te l'interdit !!!

    Elle n'aimait pas le voir ainsi. Comme cela, prédateur. Elle ne supportait pas quand l'égalité était rompue entre eux. Quand ils étaient ainsi. Elle le détestait quand il était comme cela. Jamais elle n'aurait du venir. Elle aurait mieux fait de tout étouffer, quitte à ce que quelqu'un découvre ce qu'il s'était passé. Regard noir, dégout presque sur le visage. Ce baiser qu'il lui avait volé. Sentir ses lèvres de nouveau ainsi.... Elle l'aurait frappé. Heureusement qu'il s'était reculé. Tout cela n'était qu'un jeu pour lui. Un jeu de plus. Il se moquait totalement de ce que pouvait ressentir Mary. Il se moquait totalement des sentiments qu'elle avait, qu'elle avait cru réciproques. Oui car en cet instant elle ne pouvait croire que cela était vrai. Mensonges. Se serait-elle donc trompée à ce point ? Jouait-il aussi avec elle l'autre soir ? Mais tout semblait si vrai.... Mais aujourd'hui il n'était que Rogue, le professeur, celui qui portait un Masque froid et se moquait éperdumment de la vie des autres. De sa vie à elle...

    Mary était alors vite sortie du bureau. Fuir. Lâcheté que de ne pas lui avoir avoué ce pour quoi elle était venue, mais il l'en avait empêchée. Par ses paroles, il l'avait empêchée de parler. La confiance disparaissait. Pourquoi ferait-elle confiance à un homme qui se jouait ainsi d'elle ? Il ne méritait pas sa confiance. Tout comme l'amour qu'elle lui portait. Merlin... Ses larmes coulaient sur ses joues. Elle était incapable de fuir d'ici. Assise, sur les marches. Ainsi lui aussi voulait lui voler son rêve ? Elle avait cru qu'il était partagé mais lui... lui s'en moquait. Il n'était que mensonge et violence à présent. Elle avait tourné la tête à l'opposé quand il rouvrit la porte. Elle refusait de le regarder en face. Elle refusait de le laisser voir comme elle avait mal. Elle s'était violemment faite collée à la porte. Gémissement de douleur qui lui échappa. Et de nouveau... de nouveau elle se retrouvé coincé, entre ses deux bras. Situation qu'ils avaient déjà connut... tellement de fois. Elle refusait de recroiser son regard. Elle voulait fuir. Simplement fuir d'ici. Il n'était pas l'homme qu'elle était venue voir, non. Elle aurait simplement voulut que son Prince la sert dans ses bras avant de... de détruire la vie de leur enfant. C'était tout ce dont elle avait besoin. La seule chose qu'elle lui demandait. Et il en était incapable.

    Et il continuait dans sa moquerie. Lui faisant un peu plus mal à chaque mot qu'il prononçait. Se plaisant à lui faire du mal. Ressassant, inlassablement ce qu'ils avaient partagé. La torturant en se servant de son lion. D'eux. Elle venait de voir la vérité. Il la forçait à la voir. Si jamais Matt venait à la quitter, il en serait heureux. Si elle le perdait à cause de Lui, il n'en serait que plus joyeux. Et cela lui faisait terriblement mal. Parce que ça lui prouvait qu'il n'avait rien compris. Que malgré tout, il n'avait pas cherché à comprendre. A la comprendre. "Je vous aime Mary". Elle se souvenait encore de ses paroles. Paroles sincères à l'époque, elle ne parvenait pas à croire qu'il ai pu se moquer d'elle ce jour-là, surtout... au vu des conséquences de leurs actes. Mais aujourd'hui... tout était différent. Pourquoi était-il comme ça ? Pourquoi se plaisait-il tant à lui faire du mal ? Pourquoi cela ? Quel plaisir pouvait-il prendre à la voir ainsi souffrir ? A l'enfoncer, un peu plus à chaque mot qu'il prononçait ?

    "Je n'ai plus de temps à perdre avec toi Mary". Elle avait à peine entendu la suite de sa phrase. Larmes qui avaient redoublées. Du temps à perdre. C'était donc ainsi qu'il voyait le temps qu'il passait avec elle ? Il voyait cela comme une perte de temps ? Ce furent ces paroles, et nulles autres qui lui firent le plus de mal. En tant normal elle aurait eut la force de les réfuter avec force, de lui hurler au visage. Mais pas aujourd'hui, pas maintenant. Une perte de temps. Il reniait tout ce qu'ils avaient partagés, purement, et simplement. Avec de telles paroles, il reniait tout. Il détruisait tout. Une perte de temps. Ainsi l'enfant qu'il lui avait fait était une perte de temps. L'aimer n'avait été qu'une perte de temps. Elle était... dévastée. Oui, il n'y avait pas d'autres mots. Dévastée. Brisée.

    - Salaud.

    Mot qu'elle avait prononcé avec douleur. Salaud. Oui, c'était exactement ce qu'il était. Il n'y avait nul mot pour le qualifier plus justement. Salaud. Elle aurait pu le lui hurler à la figure mais non. Calme, malgré la douleur. Prise au piège. C'était la sensation qu'elle avait. Comme s'il venait de la prendre à la gorge. Comme si d'un seul coup, elle pouvait tomber. Prise au piège. Ce pour quoi elle était venue ne comptait plus. Elle l'avait oublié, trop blessée pour penser à cela. A cet enfant qui vivait en elle. Ce n'est qu'en recroisant le regard de son bourreau qu'elle se rappela. Les images de leur soirée tournaient dans son esprit. Plus vivaces, plus folles aussi. Son regard était toujours brillant, de douleur. Mais qu'il viole son esprit ! Qu'il le fasse ! Après tout, si être avec elle était vraiment une perte de temps, il l'avait déjà violé ! Alors qu'attendait-il ? Il voulait vraiment l'entendre ? Qu'est-ce que ça pourrait lui faire ? Il s'en moquait totalement ? Elle pourrait lui annoncer qu'elle mourrait le lendemain, il s'en moquait.

    - Mais apprendre quoi ? Tu t'en moques de toute façon ! Tu t'en fiches royalement ! Alors à quoi bon l'apprendre ?

    Regard de défi. Qu'il la lache. Elle voulait partir. Elle ne voulait pas lui dire cela. Elle ne pouvait pas lui dire cela. Mais il ne lui laissait pas le choix. Pas le moindre choix. Tant pis pour lui.

    - Tu veux vraiment savoir ? Je suis enceinte de toi pauvre abruti ! Tu veux savoir ce qui peut terrifier une gamine ? Porter un enfant qu'elle ne peut pas garder !!!!!!!!!

    C'était dit. Longtemps elle avait gardé son regard planté dans le sien, avant de détourner violemment le visage. Les larmes qui s'étaient calmées, étaient là de nouveau. Dire cela à voix haute. Effet destructeur.

    - Mais évidemment tu t'en moques complètement... laisse-moi partir...

    Désillusion profonde. Jamais elle n'aurait du venir le voir. Jamais.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Sam 15 Mar - 14:23

(Parce que j'ai fais dans le pitoyable u___u ]




    Mary - « Ne tente même pas de faire ça, tu m'entends ? Je t'interdis de lui dire quoi que ce soit ! Je te l'interdit !!! »

Sourire pour le moins carnassier qui s’était dessiné sur les lèvres de l’enseignant. Ce n’était pas cette gamine qui l’empêcherait de faire quoique ce soit. Si Severus souhaitait détruire sa petite vie sentimentale il le ferrait et avec joie. D’ailleurs, il aurait voulu partir de suite, rejoindre la salle des Lions et trouver Matthew pour lui annoncer la nouvelle. Mais Mary se trouvait dans son bureau et le Prince se devait de l’écouter ou du moins de faire semblant. Le Prince, il n’en était plus un en ce moment. Il perdait même de son self contrôle. Mais cette situation était assez amusante pour qu’il se permette de perdre un peu de temps, encore.

« Et je ne renie pas cela Mary… au contraire. J’ai aimé joué avec toi. Ma belle gamine. »

Baiser qu’il lui vola, avec rage. Qu’elle l’insulte de tous les noms possible et inimaginable ne le touchait pas plsu que cela. De même que celui employé « Salaud » n’avait que renforcé sont sentiment d’ennui a l’égard de la jeune fille qui se trouvait face à lui, celle qui était tombé a terre en entrant dans son bureau. Pitoyable. Mais qu’elle disparaisse Merlin, qu’elle ne cherche même plsu a le revoir si c’était pour se montrer aussi faible devant lui. Il avait toujours haï ceci, voir la faiblesse de cette Serdaigle. Il s’en était amusé, au début mais aujourd’hui, cela n’avait plsu rien de comique, bien au contraire, pourtant… Severus se montrait méprisant avec elle, désagréable. Le Professeur Rogue. Homme qui ne comprenait pas ce qui arrivait a la jeune fille ou plutôt qui ne voulait pas. Car dès qu’il saurait, Merlin, pauvre d’elle. Et là, tout bascula a l’entente des paroles de celle qu’il disait aimé. « - Tu veux vraiment savoir ? Je suis enceinte de toi pauvre abruti ! » Lueur de frayeur qui avait été visible dans les yeux reflétant le pur mépris il y avait quelques secondes à peine. Non, c’était faux. Elle mentait. Impossible. Mais le regard de Mary et ses gestes lui indiquaient que non, ce n’était pas un cauchemar mais la triste réalité. Elle était enceinte de lui! Merlin, pourquoi ? Pourquoi lui ? Il ne pu être capable a ce moment précis de déterminer le sentiment dominant chez lui. Haine, peur ou encore satisfaction personnelle. Tout n’était que confusion si bien qu’il s’était écarté de la jeune fille… qu’il s’était adossé contre la porte, glissant alors contre celle-ci pour se retrouver assit a terre. Elle n’avait pas le droit de lui faire ceci. Être enceinte et ceci depuis combien de temps ? Deux mois… deux mois que tout avait eu lieu, chez lui. Et si Hélène venait a apprendre chose pareille, non, il ne voulait s’expliquer de nouveau sur ses sentiments ambigus envers Mary, il ne voulait perdre sa future femme et sa fille. Mais à quoi bon espérer vouloir sauver ce qui ne l’était plus ?

« Tu mens. Ce n’est vrai… Pas de moi. Mary… »

Frayeur qui se lisait parfaitement dans les yeux sombres de l’homme. Crainte qui avait été perceptible avec son hésitation dans ses paroles. Il ne voulait croire tout ceci. Puis, comment pouvait-elle être sur a ce point ? Peut-être s’agissait-il du Lion… oui, car pourquoi lui ? Mary ne s’était probablement pas donnée qu’a lui durant ces derniers mois, ceci aurait été bien trop étonnant. L’adulte responsable n’était alors que désemparé devant cette situation. Et si elle était réellement enceinte de lui depuis tout ce temps, pourquoi ne pas avoir tué l’enfant, pourquoi l’avoir gardé et lui annoncer ceci seulement aujourd’hui ? Son poing s’était crispé. Sa perte, c’Est-ce qu’elle voulait. Gosse irresponsable. Incapable de réfléchir. C’est rapidement qu’il s’était relevé, emprisonnant une nouvelle fois la jeune fille.

« Pourquoi ne pas l’avoir tué Mary ? Ma chute, c’est-ce que tu souhaitais n’est-ce pas ? … Tu tomberas avec moi. J’informerai ton cher Lion de ton état. Il en sera ravi je suis sur. Savoir que tu es enceinte et pas de lui… déception qu’il ressentira. Et tu me reviendra Mary. »



_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Dim 16 Mar - 13:14



    [Han. Mais quel salaud celui-là xD. T'étonnes pas de la suite xD]



    free music


    Il s'en moquait. Elle le voyait bien. Il se ferait un plaisir de détruire son couple. Déjà qu'il était si fragile. Et lui... il voulait aller tout révéler à Matt. Elle le haïssait pour cela. Pour se montrer aussi possessif, jaloux. Il n'avait pas le droit de l'être. Surtout si c'était pour être jaloux et la mépriser à côté. Ce n'était pas de l'amour, mais une simple et méprisable possessivité à ce stade. Et que pouvait-elle faire ? S'il voulait vraiment tout révéler à Matt, elle ne pourrait l'en empêcher. Mais elle les perdrait tous les deux. Son lion parce qu'elle l'aurait trahit, et lui... parce qu'il l'aurait trahie, elle. Elle avait fait l'erreur de le croire sincère chez lui. Elle était en train d'en subit les terribles conséquences.

    Gifle qui retentit dans la pièce. "J'ai joué avec toi. Ma belle gamine". Et en plus de ces paroles presque perverses il l'avait embrassée, de force. Défi, douleur dans son regard. Il ne lui épargnait rien. Il reniait tout, en bloc. Cette soirée qu'elle avait crut divine, qu'elle avait ressentit comme le plus beau moment de sa vie... il était en train de tout détruire. Absolument tout. A commencer par la détruire elle. Car oui, s'il lui enlevait Matt et s'il revenait ainsi sur ses paroles, il lui retirerait tout. Tout ce qui faisait sa vie aujourd'hui. Il fut une époque où en effet, ils jouaient. Mais c'était un jeu bien différents. Ils ne jouaient pas à s'aimer mais à se battre, à essayer de tuer l'autre. Elle pensait ce temps révolu. Elle se trompait lourdement, apparement.

    - Alors j'aurai mieux fait de te dire non. Parce que je commence à regretter. Jouer avec moi ainsi... Je croyais que tu avais changé.

    Changé. Réfèrence à quelque chose de particulier ? Au mangemort. Il n'y avait qu'à cette époque qu'il se plaisait à lui faire croire qu'il ne savait qu'utiliser les gens. Quand il voulait lui faire croire qu'il était mangemort. Mais il ne l'était pas, plus. Assurément ? Quand il voulait la rejeter au loin, comme à présent. Il la rejetait tout en voulant la garder auprès de lui et avoir l'exclusivité de sa personne. Comment Mary pourrait-elle ne pas souffrir de cela ? Il la rejetait avec une telle force qu'elle ne pouvait se forcer à vouloir rester proche de lui, mais il l'empêchait de partir. Alors elle avait fini par lui dire la vérité. Dégoutée d'elle même. Dégoutée de cet enfant qui grandissait en elle. Oui, car la seule source de réconfort pour elle était qu'au moins il était le fruit de son amour pour lui. Et elle commençait à croire qu'elle n'était que le fruit des manipulations du Maître des Potions.

    C'est le silence qui lui avait répondu. Silence qu'elle affronta, sans le regarder, alors qu'une larme perlait dans son regard. Elle n'avait tenté aucun geste de réconfort envers lui. Quelque chose en elle avait besoin de le rassurer, de lui dire que ce n'était pas grave, qu'il n'avait pas à s'inquiéter pour cela. Ce quelque chose qui l'aimait profondément et qui détestait de le voir souffrir d'une quelconque façon. Mais elle n'avait rien fait. Il l'avait trop profondément blessée pour qu'elle puisse vouloir le réconforter. Elle voulait seulement sortir, qu'il prenne conscience que ses actes pouvaient avoir une certaine portée. Ce n'était plus son affaire.

    - Si de toi. J'ai beau avoir couché avec Matt entre temps je ne couche pas avec tout le château ! Peut-être que Toi tu joues avec moi, mais je ne suis pas une câtin pour autant !!

    Comme s'il elle aurait pu se tromper. Comme si elle aurait prit la peine de venir le voir lui si l'enfant était de Matt. Il voulait s'aveugler en émettant cette hypothèse. Elle ne le laisserait pas faire. Qu'il affronte la réalité en face. Vu que Monsieur avait seulement voulut jouer, il aurait du prendre ses précautions, lui ! Et elle attendait, la véritable réaction. Quand une fois passé le déni il réagirait réellement à la situation. Réaction qui ne tarda pas à arriver. Réaction qui était particulièrement injuste envers elle.

    - Oh, laisse moi réfléchir un instant. Parce que je ne le sais que depuis quelques heures !!!!! Et si je voulais vraiment mettre ton gosse au monde je ne t'en aurais jamais parlé !

    Elle aurait pu dire autre chose à ce sujet. Comme le fait qu'elle était venue lui demander de lui préparer cette potion d'avortement. Mais elle ne voulait plus de son aide à présent. Il se moquait de la situation, elle se déboruillerait seule. Et tant pis si elle se trompait dans cette potion d'un niveau bien supérieur au sien. Après tout... perdre un jouet. Quelle importance ?

    - Essaye seulement d'en parler à Matt. Je te jure que si tu le fais j'aurais une charmante conversation avec Hélène. Crois-tu qu'elle te pardonneras une deuxième fois ?

    Voilà. Elle s'était promis de ne pas utiliser cet argument. De ne pas s'abaisser à cela. Mais elle l'avait fait. Sentiments opposés violents qui l'agitaient. L'envie de vouloir le préserver de tout, et l'envie de le détruire. Elle ne savait lequel des deux l'emporterait.

    - Et même si je perds Matt... je ne te reviendrais pas. Jamais ! Si je le perds à cause de toi, je ne te reviendrais jamais !

    Soupir agacé, énervé. Et larmes qui menaçaient toujours de refaire leur apparition. Elle luttait. Elle ne voulait pas craquer une nouvelle fois devant lui. Il n'avait pas le droit de la voir comme ça. Elle ne devait pas lui donner des armes pour lui faire encore plus mal.

    - Je ne te comprends pas Severus Rogue. Tu m'as forcé à vivre. Tu t'en souviens ? Tu m'as obligée à ne pas me laisser mourir et tu t'amuses à faire de ma vie un cauchemard. Tu crois que cela te donne un droit de propriété sur moi ?

    Déception. Tel était le sentiment dominant à présent. Elle était là, enfermée dans ses bras. Revivant une situation qui a mené ce jour précis. A se crier dessus. Mais ce jour-là, elle lui prouvait qu'elle l'aimait, et lui, il pensait que c'était elle qui l'avait trahie. Aujourd'hui c'était l'inverse. C'était lui qui l'avait trahie... mais il avait l'air de n'en avoir que faire.

    - Cet enfant ne verra jamais le jour. Mais dis moi Sev', ... dis-moi que tu étais sincère ce soir-là. Dis-moi que tu ne mentais pas...

    A la rigueur, elle se moquait du reste. C'était cette idée-là qui lui était insuportable. L'idée qu'il ai pu se jouer d'elle avec une telle virtuosité. L'idée qu'il ai pu dire qu'il l'aimait avec une telle sincérité apparente s'il ne le pensait pas. Le fait qu'il ai voulut tout arrêter à un moment donner par mauvaise conscience et que finalement il l'ai aimé, le fait que ceci n'était pas un jeu, mais bien la réalité. Ses mains s'étaient posées sur les derniers boutons de sa veste. Elle se souvenait. C'était elle qui lui avait remise celle-ci en partant. Elle l'avait aimé, jusqu'au bout. Tout était réuni pour qu'elle se rappelle cette soirée. Cette dispute. Son odeur. Son corps aussi proche du sien. Cet enfant qu'elle portait. Tout. Elle s'était promis de toujours penser à cette soirée comme à un évènement heureux, comme à un rêve qu'ils auraient vécut ensembles. Mais lui, il s'amusait à en faire un cauchemard.... et à tout détruire. Alors elle voulait une réponse. Une seule réponse. Qu'il cesse de lui dire que ce n'était qu'un jeu.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Jeu 20 Mar - 21:59

    Changer, pourquoi donc ? Pour elle ? Merlin non. Pourtant, il n’était plus ce sale Mangemort d’autrefois, celui qui tuait par plaisir, celui qui violait… non, ce n’était plus le même homme que par le passé. Severus avait changé mais aujourd’hui, le passé refaisait surface, étrangement et pourquoi ? Parce que Mary venait de lui annoncé la pire nouvelle qu’il soit. Jamais il n’y aurait pensé. D’ailleurs ceci était entièrement de sa faute. Si il n’avait pas joué a l’enfant, si il n’avait cédé a ses envies… Ils n’en seraient pas là. Mary ne serait pas devant lui, pleurant a moitié, si haineuse dans son regard. Mais ceci était de la faute de l’ancien Mangemort qui rejetait toute la faute sur la demoiselle alors que lui était sûrement plus responsable qu’elle. Viol, c’est ainsi que l’acte pourrait être qualifié si jamais ceci venait a se savoir. Mais jouer avec elle n’était pas la réalité là était le mensonge qu’il venait de créer. Cette horrible vision, celle d’un pantin entre ces mains. Et ceci dans l’espoir de pouvoir regretter, mais comment connaître le remord d’un moment pareil ? D’un souvenir si… magique. Là était chose impossible et Severus essayait, en vain de se convaincre qu’il avait joué… que cette gamine n’avait été là que pour satisfaire ses envies… non! Certainement pas. Sa gamine, Mary, sa belle Princesse. Mais encore une fois un élément jouait en leur défaveur. Une nouvelle telle que celle-ci n’aurait pu être accueillie avec joie, bonheur. Le Prince n’avait pas accepté sa propre fille, celle qui aujourd’hui braillait comme une bête affamée, alors ce n’était pas pour accepté un enfant qui ne pouvait naître. Et certes là était le fruit d’une passion partagée, de leur rêve… mais si impossible. Et lui n’avait vu ceci. Severus s’était de suite énervé avant même de comprendre ce que Mary désirait réellement car une fois de plus il s’était montré possessif, jaloux même. Gamin pour avoir voulu révéler a Matthew l’écart de celle qu’il aimait.

    « Une catin… pourquoi pas. Après tout, tu vis en parallèle Mary. Tu profites de deux personnes… »

    Paroles qu’il murmura contre les lèvres de la jeune fille, juste avant de sourire avec une étrange malice dans les yeux, regard presque insistant qu’il posa sur elle avant de le détourner. Mary avait parlé de catin et ceci lui avait rappelé bien des souvenirs. N’est-ce pas ainsi qu’il avait insulté Hélène ? Étrange comment les histoires pouvaient s’entremêlées puis s’entrecoupées… ne laissant que de vagues morceaux qu’il ne prenait pas la peine de reconsolider.

    Mary - « Essaye seulement d'en parler à Matt. Je te jure que si tu le fais j'aurais une charmante conversation avec Hélène. Crois-tu qu'elle te pardonneras une deuxième fois ? »

    Rictus qui s’était dessiné. Ce n’était pas la menace d’une enfant qui le ferrait changé d’avis. Severus était décidé a aller parler a ce cher Gryffondor et qu’importe les conséquences sur son ’’couple’’ . car oui, il n’admettait pas encore ce mot, cette notion. Toutefois, son poing s’était abattu sur le mur, juste a coté de la tête de Mary. En faisant ceci, elle détruirait le peu qui était encore tenace. Cette confiance qu’avait Hélène pour lui, enfin confiance était un bien grand mot. Car combien de fois avait-elle proliférer des menaces a l’encontre de la Serdaigle en la présence du Maître des Potions ? Nombre de fois. Assez pour que pendant un moment il se soit éloigné de la demoiselle par crainte de voir Hélène jalouse, de trop. Foutu défaut qu’il possédait, lui aussi. D’ailleurs, celui-ci n’était que trop voyant. Incapable de voir que Mary ne pouvait lui être exclusive. Qu’elle n’avait que quinze ans et la vie devant soi. Sale égoïste ! Il le savait, intérieurement du moins pas manifestement pas assez pour se rendre compte de sa belle erreur. Aimer une enfant, personne de seulement quinze ou seize ans. Son regard s’était alors voilé l’espace d’un instant… Sa main avait glissé contre la pierre froide jusqu’à ce qu’il replante ses yeux sombre dans ceux de Mary, accusateurs.

    « Mary… »

    Voix éteinte, comme étouffé dans les remords qu’il ressentait seulement. La perdre, Merlin non. Il ne pouvait envisager cette éventualité, fatalité! Elle lui revenait, elle était à lui. Pas a ce Gryffondor. Mais là encore il n’était aveuglé que par ses désirs. L’avoir auprès de lui, pour toujours. Pouvoir l’aimer… aimer, un mot dont la signification lui échappait. Sa main était finalement retendue, et c’est sur celle de Mary qu’elle s’était arrêté, effleurant alors pendant quelques secondes la main, peau de la demoiselle que plsu jamais il n’aurait le droit d’embrasser… de toucher. Et il se maudissait, de minutes en minutes. Désespoir qui avait remplacé la haine si soudaine qui était venue l’animé a la visite inattendue de la demoiselle. Le Prince ne savait plsu quoi faire. Désempare. Haineux envers lui-même. D’être si égoïste dans sa façon de pensé. Pourtant, Mary… il n’arrivait a la voir avec un autre, de plus que celle nouvelle ne pouvait que renforcé le lien créer. Non, il devait être détruit et ceci pour le bien de tous. Un secret qu’il espérait gardé. Un qui jamais ne pourra être dévoilé.

    « Je ne voulais pas… Mary… »

    Le prénom de la jeune fille prenait toute son ampleur avec l’intonation de la voix du Maître des Potions. Si désemparé devant la situation qui se présentait à lui. Une gamine prête a partir pour toujours, une gamine enceinte de lui et qui plsu est… une gamine qu’il aimait. Par Salazar, la vie devait-elle être si vicieuse ? Vipère elle aussi! Alors il s’était violement écarté de la jeune fille, lui tournant le dos, cachant le visage qui ne portait plus le masque de l’impassible si commune. Il était retourné a son bureau, posant ses mains sur celui-ci, baissant légèrement la tête… signe de perte.

    « Je t’ai aimé… » Phrase qu’il laissa volontairement en suspens pour la reprendre quelques longues secondes plsu tard. « … je t’aime, toujours »

    Severus avait quitté la pièce un moment, court, assez pour aller chercher une fiole remplit d’un liquide violet. Hésitant dans ses gestes, il s’était finalement approché de Mary, lui tendant la fiole.


_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Ven 21 Mar - 0:11

free music


    Situation qu'ils avaient connu bien des fois. Cette haine grimpante, constante, chaque parole venant aggraver la situation, chacun attendant que l'autre craque le premier pour mettre fin à tout cela. Des situations épuisantes et aux conséquences parfois... innatendues. Vivre en parallèle. Effectivement. Elle n'avait pu réfuter cela. Accusation trop simple à porter. Culpabilité qu'elle ressentait chaque jour. L'impression de trahir les deux à la fois en voulant les aimer tous les deux. "Tu profites de deux personnes". C'était exactement ce qu'elle faisait. Profiter d'eux. Elle avait besoin de se sentir aimée par le Maître des potions et le lion. Besoin de les sentir avec elle. Besoin de les aimer tous les deux aussi. Sans compter. Les deux hommes de sa vie. Les deux personnes pour qui elle donnerait sa vie.

    - Je ne peux pas me dédoubler.

    Paroles dites sans haine. Sans aucun sentiment en réalité. Simple constatation. Se dédoubler. Elle en rêverait. Pouvoir aimer pleinement chacun d'entre eux. Pour Matt, ça serait l'idéal, mais pour Severus... lui était déjà avec Hélène et Mary venait suffisament troubler le couple comme cela. Mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver que la directrice ne méritait pas son fiancé. Pensée qu'elle n'émettrait pas à voix haute devant son ami, mais qu'elle avait déjà dite plusieurs fois à l'intéressée. La proximité qu'il lui infligeait était intolérable. Bien sur, entre un professeur et une élève ça l'était. On avait dépassé le stade de l'indécence depuis longtemps entre eux. Mais... cette proximité alors qu'il lui jetait des paroles pleines de venin au visage... Pourquoi était-il comme cela ? Pourquoi se sentait-il obligé d'agir ainsi ?

    Elle savait sa menace totalement puérile. Mais elle avait parlé trop vite, sans pouvoir se retenir. Bien trop tentant pour laisser passer l'occasion. Mais le ferait-elle seulement ? Irait-elle parler à Hélène si Severus venait tout avouer à Matt ? Elle en doutait. Elle était incapable de faire cela. Même si elle désapprouvait le choix de Severus, au fond d'elle, elle savait qu'il avait besoin d'Hélène. Et elle était incapable de le détruire. Pas après tout ce qu'il avait fait pour elle. Pas alors que cette jalousie, cette posséssivité intempestive venait du fait qu'il ne voulait pas la laisser s'éloigner de lui. Et c'est probablement cela qui faisait qu'elle ne parvenait pas à le croire totalement lorsqu'il ne cessait de lui asséner qu'elle n'était qu'un jouet pour lui. Elle ne pouvait pas croire cela de lui. Elle n'y parvenait pas.

    Il changeait. Le moindre de ses mouvements exprimait cela. Cette main qui tout d'abord s'était abattue sur le mur à côté d'elle. Elle n'avait pas tremblée, trop habituée à cela. Elle observait, attentive, le moindre changement d'expression chez lui. La moindre chose qui lui prouverait qu'il lui mentait et que cette nuit-là il l'avait aimée. Elle affronta son regard, la machoire serrée. Pourquoi leur infliger ça ? Pourquoi fallait-il qu'il remette en doute ce qu'il s'était passé cette nuit-là ? C'est sa voix qui l'avait trahit. Elle détestait le voir ainsi. Elle savait ce qui allait arriver. Elle savait comment ça se passait toujours. Elle avait peur du contre-coup de cette haine soudaine. Ce désespoir. Là d'où était venues toutes les "erreurs", tous ces dérapages qui les avait mené à s'aimer ce soir-là, chez lui. Elle hésitait sur l'attitude à adopter. Une seule chose était certaine, elle se calmait, relativement rapidement. Essayant de ne pas souffrir de la détresse de son ami, amant plutôt.

    Ce contact était si différent de ce qui avait précédé. Comme si, devant un choix, il ne savait que faire. Et elle, elle aurait voulut l'attirer à elle, lui dire qu'elle serait à lui pour toujours, à nouveau. Le père de son enfant. Un enfant qui ne verrait jamais le monde. Après avoir hésité, elle se saisit finalement doucement de ses doigts, comme pour le rassurer. Elle aurait aimé que les choses ne choses ne changent jamais entre eux. Elle aurait aimé qu'ils puissent rester dans les bras l'un de l'autre sans se soucier du monde. Mais ils ne le pouvaient pas. Larme qui coula. Seule et unique larme supplémentaire qu'elle s'autoria.

    Une simple phrase. Comment une simple phrase pouvait-elle tant dire ? "Je ne voulais pas... Mary....". Elle avait simplement posé sa tête contre sa poitrine. Elle-même trouvait ses paroles disproportionnées. Elle était incapable de lui en vouloir réellement pour cela. Parce que elle aussi elle était jalouse. Elle aussi avait du mal à le laisser à Hélène, à supporter l'idée de devoir ainsi le partager avec elle. Mais elle s'effaçait, pour lui. Pour ne pas le faire souffrir. Elle s'effaçait autant que possible... seulement cet enfant ne permettait pas d'ignorer ce qu'elle ressentait pour lui. Pas aujourd'hui.

    - Je suis désolée Severus....

    Désolée oui. Désolée de le faire souffrir ainsi. Désolée de l'avoir trahit ainsi en faisant en sorte que cette soirée ai des conséquences... facheuses dans le cas présent. Car un lien s'était crée. Un lien normalement indestructible qu'ils allaient rompre. Le plus rapidement possible. A peine avait-elle conscience de la présence de cet enfant en elle qu'elle allait le tuer. Mais si elle aurait pris des précautions... ils n'en seraient pas là aujourd'hui. Elle ne tenta pas de le rattraper quand il s'écarta d'elle. Se mordant simplement la lèvre inférieure. Elle détestait le voir souffir. Le voir ... perdu. Et elle... elle ne savait pas comment réagir. Peur de se faire rejeter, à nouveau. Son regard simplement posé sur lui. Regard douloureux.

    "Je t'ai aimé..." Ainsi, après une telle dispute, un tel éclatement de haine, il avouait. Et bizarrement.... ça ne lui était presque d'aucun soulagement. Probablement parce qu'au fond d'elle elle avait toujours su qu'il avait été profondément sincère cette nuit-là. Parce que comme elle s'était offerte totalement à lui, il s'était ouvert totalement à elle. Elle était allée s'asseoir sur son bureau, détestant cette distance alors qu'ils tenaient une telle conversation. "Je t'aime, toujours". Elle avait attrapé de nouveau une de ses mains. Geste simple. Juste entrelacer leurs doigts. Juste passer doucement son pouce sur la paume de sa main à lui. Simplement... être là, avec lui, pour lui. Parce que certaines choses ne changeraient pas.

    - Moi aussi ... mais ce n'était qu'un rêve... un beau rêve.

    Simple pression sur sa main alors qu'il sortait de la pièce. Un rêve. Un rêve qui aurait du en rester un. Un rêve qui n'aurait jamais du avoir de conséquences concrètes. Mais ils n'étaient même plus capables de se dire qu'ils s'aimaient dans les bras l'un de l'autre. Ils ressentaient ce besoin de garder une certaien distance, comme pour se préserver. Distance...comme si ça pouvait les sauver. Le mot amitié ne les avait pas couvert. Cette distance pouvait être rompue à tout moment. Ils s'aimaient. Ils devaient juste veiller à ne pas se faire trop de mal.

    Il était finalement revenu, elle, elle le suivait du regard, intriguée par ce qu'il tenait à la main. Regard interrogateur quand il finit par venir à son niveau, la fiole à la main. Hésitation de la part de Mary. Ce n'était pas....

    - C'est... ce que je pense ?

    Bien sur, elle voulait avorter. Du moins, non. La volonté n'avait pas sa place. Elle devait avorter. Il faudrait qu'elle le fasse. Mais enfin, perdre son enfant aussi vite, comme cela. Peur soudaine à l'idée de devoir le faire, son coeur s'était soudainement accéléré. Alors c'était ça. Ils y étaient. Arracher la vie de cet enfant. De leur enfant. Le fruit de leur amour qui ne verrait jamais le jour. Tout comme eux n'avaient pas le droit de s'aimer. Elle n'y arrivait pas. Elle ne parvenait pas à se résoudre à prendre cette arme de mort entre ses doigts. Si. Il le fallait. Elle le devait. Une fois dans sa vie si elle devait être courageuse c'était maintenant. Cet enfant ne pouvait pas naître. Il n'avait pas le droit de vivre ! Elle avait finit par avancer sa main, mais elle ne se saisit pas directement de la fiole. Elle avait posé ses doigts sur celle-ci en effet, mais avant tout sur la main de Severus. Cherchant à se rassurer. Marchands de mort. Pourquoi fallait-il que ça leur arrive à eux ? Ce n'était pas déjà suffisament compliqué comme cela ?

    - Je ...

    Mais quels mots dire ? La moindre syllabe qu'elle pouvait articuler ne ferait que les faire un peu plus souffrir. Elle ne pouvait pas, pas comme cela. C'était trop dur de faire cela ainsi. Elle avait finit par descendre du bureau, évitant de croiser le regard de son Prince pour qu'il ne puisse pas y lire sa tristesse. Il fallait qu'elle le fasse, elle le devait. Elle détacha alors doucement la fiole, la prenant pleinement dans sa main, tremblante. Elle ne voulait pas la prendre. Elle aurait voulut lui offrir ça. Elle aurait voulut l'aimer, encore. Mais elle n'avait pas le choix. Elle n'avait pas le moindre fichu choix.

    - Prends moi dans tes bras...

    Murmure à peine audible. Bien loin des cris qu'ils se jettaient à la figure quelques minutes plus tôt. Leur enfant était encore là, vivant en elle. S'abreuvant de sa vie pour grandir. Et dans quelques secondes.... il agoniserait. Dans quelques secondes... dès qu'elle aurait bu le contenu de cette fiole. Etre dans ses bras, sentir qu'il était là. Elle en avait besoin. Pour trouver le courage de le faire. Pour lui. Elle n'avait pas le droit de lui voler sa vie ainsi. C'est avec difficulté qu'elle enleva le bouchon de la fiole, rêvant presque de briser celle-ci. Mais elle ne devait pas se défiler non. Elle devait la boire.

    - Sev'..... dans une autre vie.

    Paroles mystérieuses peut-être. Dans une autre vie elle aurait donné la vie à cet enfant. A son enfant. Dans une autre vie elle l'aurait aimé follement. Mais pas dans celle-ci. Dans cette vie là il ne lui appartenait pas. Et elle n'avait pas le droit de le voler. Là. Tout de suite. Pendant qu'elle avait le courage de faire cette folie.
    Elle porta la fiole à ses lèvres et la but d'une traite. Brutalement. Sans même prendre note du goût infect de celle-ci.

    Adieu petit Prince... adieu....

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   Lun 24 Mar - 16:31


    free music

    « Et je ne supporte pas l’idée de partager… »

    Réponse à la possession qu’il exerçait sur elle, au désir de possession en réalité. Mary n’était pas a lui et ne le serait jamais, du moins pas entièrement. Car toujours il devrait faire impasse sur l’autre. Mais était-ce possible, vivre ainsi ? Tout en sachant que chacun possède deux amours différents ? Lui, non… cette simple idée lui était impossible pourtant, c’Est-ce qu’il vivait. Amour bien différent pour les deux personnes… Mary et Hélène. Le regard onyx s’était alors pendant quelque secondes accroché dans celui de la Serdaigle… aucune haine comme précédemment mais ce simple sentiment de perdition. Le Prince se voyait partager entre deux. Pouvoir se dédoubler, mince sourire qui naquit sur ses lèvres. Si seulement, Merlin, pourquoi n’était-ce pas possible ? Pourquoi Mary n’avait-elle que seize ans ? Pourquoi aimer celle qu’on ne peut, librement ? Il devenait pathétique avec toutes ses questions… interrogations sans réponses. Mais Severus avait Hélène, alors pourquoi aimé une enfant ? Elle ? Trop de souvenirs avaient été partagés, trop de points communs… erreurs qu’ils avaient commises. Erreurs pourtant non sans regret. Rares moments. Le Prince s’était écarté de la demoiselle, voulant alors fuir les paroles de celle-ci. « Désolée… » elle ne devait pas l’être. Mary n’était qu’une gosse a qui il avait offert des illusions… rêves qu’ils avaient crées mais pour les détruire tout aussi rapidement. Severus n’avait esquissé aucun geste vers Mary, aucun… si bien qu’il avait détaché sa main et dans un geste vif, peut-etre de trop. Si le rêve n’avait plus sa place, alors que Mary n’ose plus le toucher, qu’elle s’écarte de lui jusqu’à disparaître. Ainsi tout deux reprendraient leur vie jusqu’à l’ignorance… Un rêve qui venait de s’évaporer avec ce qu’il venait de découvrir. Sa Mary enceinte, il n’avait même pas été capable de prévoir ceci, il avait été stupide… et tuer cet enfant qui depuis deux mois vivait… ce n’était pas tellement le plus dérangeant. Ôter une vie, le Prince l’avait fais tellement de fois mais cet enfant… ce n’était pas pareil, non. Leur enfant, être condamné a mourir. Car aucun d’eux ne pourrait assumé ceci, pas même lui. Et même par amour pour Mary, non. Une autre personne comptait, Hélène et sa fille, alors un second enfant… non. Ainsi il était revenu avec la fiole a la main, poison en quelque sorte. Et Severus n’avait donné aucune explication a la Serdaigle, il s’était contenté d’hocher brièvement de la tête face a sa question. Et la fiole, elle ne l’avait pas prise, pas entièrement. Le Prince comprenait les réticences et doutes de la jeune fille mais elle devait le faire, pour eux deux… car cette situation ne serait pas vivable et pour chacun d’eux. Qu’elle tue l’enfant, aujourd’hui et ceci dans l’optique que tout redevienne comme avant… avant, voile sur ses yeux a cette pensée.

    Mary « Prends moi dans tes bras... »

    Il pouvait au moins faire ceci pour elle. Là était la moindre des choses car Severus était impliqué dans cette histoire, Mary n’était pas la seule fautive. Alors il l’avait enlacé, tendrement, comme si là était le dernier contact qu’il lui offrait. Puis, comme pour tenter de l’encourager dans sa mise a mort, il lui avait déposé un baiser sur les lèvres… lèvres qui dans quelques secondes seront maculées du poison violet contenu dans la fiole de verre. Si fragile, un simple geste aurait pu réduire ce flacon a l’état de poussière. Non. Alors il l’avait observé boire le contenu, si rapidement. Mieux valait ne pas s’attarder. Que tout finisse et rapidement, qu’ils ne puissent pas regretter mais regretter quoi ? Ce qui aurait assurément conduit a leur perte a chacun ? Non, le regret était simplement pour leur vie qui se voyait partager, à nouveau. Fissure qui ne cessait de se creuser, plus rapidement, plus douloureusement. Cette perte n’était que le début. Lui le savait, assez pour avoir vécu la mort d’une personne, une qui avait fini par faire sa vie… et c’Est-ce qui se passerait avec Mary, avec lui aussi. Car le mariage s’annonçait plus proche de jour en jour. Pacte qu’il signerait… adieu Mary… ma belle Princesse. Ses lèvres s’étaient apposées sur celle de la jeune fille, baiser chaste qu’il lui offrit, rien de plus… marquer la fin comme il se doit. Le Prince s’était reculé, se détachant de cette étreinte bienfaitrice, une qu’il n’aurait jamais voulu goûter pour ne pas avoir a la quitter.

    « Pars maintenant… court rejoindre ton Lion. Car tu avais raison Mary, ce n’était qu’un rêve… une chimère. »

    Mais ce fut lui qui partit le premier.
    Lâche comme toujours.


_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poisoned present. [Mon Prince]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poisoned present. [Mon Prince]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deception might give us what we want in the present, but it will always take it away in the end — Siobhán
» Conditionnel...Présent...Passé...Recomposé
» Messe pour le temps présent: illustrations
» Les maréchaux de l'empire Davout
» « I would like that the past becames the present... » feat. Eltan J. Symens. [PM]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A whole new world :: [Intérieur de Poudlard - ECOSSE] :: Les Tours__# :: ✖ Bureau du Directeur-
Sauter vers: