A whole new world


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Sam 17 Mai - 17:27

free music



    C'était fini. Tout était fini. Eux. Ce qu'ils avaient mis un an à construire. Leur relation. Ce qu'ils étaient l'un pour l'autre. Hélène avait réussit, avec mention. Elle les avait séparés. Elle avait perdu son Prince. Cet homme à qui elle devait tellement de choses. Pourquoi avait-elle attendu si longtemps avant de revenir vers lui ? Pour lui parler ? Pourquoi avait-il fallut qu'elle le laisse sombrer ? Elle avait voulut être là plus pour lui et résultat, elle l'avait perdue. Il n'avait jamais été aussi dur avec elle, aussi haineux, violent dans ses paroles. Il s'était appliqué à détruire son rêve méthodiquement, brisant un à un les maillons d'une relation qu'elle pensait indestructible.

    Severus - « … tu ne peux savoir a quel point les larmes embellissent ton visage. »

    Ses paroles. Le moindre de ses mots ne cessaient de repasser dans son esprit comme un mauvais film. Cauchemar. Il l'avait brisée. Pourquoi s'était-il acharné à ce point ? Pourquoi n'était-il pas parti quand elle le lui avait demandé, supplié, ordonné ? Pourquoi était-il venu détruire le moindre de ses espoirs ? Se dépeindre comme le pire des manipulateurs. Il ne l'était pas. Elle le savait. Elle savait qu'il avait mentit et pourtant.. Ses paroles l'avaient blessées mortellement.

    Severus - « C'est ainsi que je t'aime, rassures-toi. Stupide et aveugle. »

    Stupide et aveugle. Deux mots qui la hantaient plus que tous les autres peut-être. Stupide d'avoir voulu l'aimer ? Aveugler d'avoir voulu voir le bon qui était en lui ? Stupide et aveugle. Imbécile volatile. Elle qui avait cru qu'il l'estimait. Elle qui pensait qu'il l'aimait. Oui car tels étaient les effets de ses paroles. Avec le temps, elle les prenait de plus en plus pour des réalités, s'enfonçant un peu plus, jour après jour.

    Elle était sortie rapidement de l'infirmerie. Quand Pomfresh l'avait retrouvée, à terre, en pleurs, elle n'avait pas posé de questions et lui avait seulement donné deux potions : une pour sa tête, et une potion de sommeil-sans-rêves. Elle avait sentit le regard interrogateur de l'infirmière sur elle mais elle l'avait évité. Elle ne saurait rien. Et c'est à son réveil qu'elle avait pu regagner sa salle commune. Et le plus dur avait commencé. Les autres l'avait questionnée sur son absence, sur ce qu'il s'était passé, et elle leur avait hurlé dessus en réponse. Asociale. Plus que jamais. Mais ce n'était pas le regard des imbéciles qui peuplaient son dortoir qui l'inquiétait, non. Affronter Matt. Voilà la vérité. Après ce qu'il s'était passé elle aurait très bien pu ne jamais lui dire qu'elle avait choisit, et rester avec lui. Mais elle ne le voulait pas. Elle ne le voulait pas. Elle avait seulement besoin d'être seule. Simplement seule avec elle-même. Elle lui avait dit cela rapidement, osant à peine le regarder avant de prendre la fuite. Il comprendrait, elle l'espérait. Un jour peut-être pourrait-elle lui expliquer. Mais pas aujourd'hui. Puis les jours s'étaient déroulés, dans une routine des plus étouffantes. Elle était toujours la première au petit-déjeuner, ne supportant plus le regard des autres sur elle, les murmures sur son "escapade". Ne supportant plus la présence de Severus. Parfois il était là, elle le sentait bien, mais jamais elle ne posait le regard sur la table des professeurs. Mangeant, simplement. Absente. A midi, ils ne la voyaient pas. Elle se contentait d'un fruit volé dans les cuisines et elle disparaissait la majeure partie de la journée dans un coin du parc. Elle n'avait plus goût à rien. Ses cours ne l'intéressaient plus et la dernière fois que Chourave lui avait fait remarquer que la plante allait la piquer si elle ne faisait pas attention, elle lui avait hurlé dessus.

    Mary - « Et qu'est-ce que ça peut vous foutre ? De toute manière on apprend rien dans ce cours. Même un hipogriffe nous apprendrais mieux que vous ! J'en ai marre. J'me casse ! »

    Et elle était sortie, sous le regard ébahis de ses camarades, avant même que son professeur ai eut le temps de lui hurler dessus. Elle avait courrut jusqu'à la Forêt Interdite. Elle ne supportait plus cette routine. Elle étouffait. Réellement. Et le fait que tout le monde la regarde comme si elle était damnée n'arrangeait rien. Elle avait même fini par mettre une gifle à la préfète de sa maison, en plein couloir, parce qu'elle ne cessait de lui dire que si elle avait des problèmes elle pouvait lui en parler. Un exploit de plus. Mais elle n'avait pas compris. Elle ne pouvait parler à personne ! A plus personne ! Elle ne voulait plus voir personne. Qu'ils crèvent tous, ces imbéciles ricanant dans les coins.

    Severus - « Je ne t’oubli pas. »

    Qu'avait-il voulu dire par là ? Elle venait de littéralement déchiqueter son steak dans son assiette sous les regards réprobateurs de sa tablée. 19h30. Madame avait daigné faire une apparition à sa table. Il se moquait d'elle ouvertement. Il n'oubliait pas quoi ? Que quand il le voudrait il aurait une nourrice pour sa gosse ou parlait-il de l'étudiante avec qui il pouvait partager ses fantasmes pervers ? Il fallait qu'il ne compte ni sur l'un, ni sur l'autre. Elle ne voulait plus qu'il l'approche. Elle ne voulait plus le voir. Elle ne voulait plus qu'il existe. Elle ne voulait plus qu'il soit dans sa vie. Seul problème, sa vie sans lui aujourd'hui, ce n'était plus une vie. Son voisin de table ricanait en la montrant du doigt et venait de l'attraper par l'épaule, comme on montrerait à son ami une folle dénichée dans un coin. Fille facile. C'est ce qu'ils croyaient tous. Quand il essaya de l'embrasser elle attrapa son assiette et l'assoma avec, des morceaux de viandes pendant dans la chevelure crasseuse de l'abruti.

    Mary - « La prochaine fois que tu veux sauter une fille, essaye les premières années. Elles n'ont pas trop de répondant. »

    Et elle était sortie, sous les regard de tout Poudlard, la tête haute, le regard haineux. Elle ne les supportait plus. a porte de la Grande Salle venait de se refermer derrière elle. Parfait. De l'air. Seule. Elle se dirigea alors vers le Parc, avec une seule idée en tête : voler. Voilà ce qu'elle allait faire. Elle était alors allée au terrain de Quidditch où elle avait laissé son balai la porter à son grè. Seul remède à sa douleur. Mais pas suffisant. Elle ne voulait pas rentrer au château. Rester dehors. Ne plus les voir. Même s'ils étaient fin Novembre. Elle se dirigea alors vers le lac noir. Si sombre. Personne ne pourrait la voir ici assurément. Elle serait seule. Une ombre dans un lieu où elle n'était plus la bienvenue. Etrangère de partout, donc. Qu'est-ce qui la retenait de plier bagages et de partir ? Rien n'est-ce-pas ? Elle pouvait partir à tout instant. S'éloigner. Seulement... sans argent, sans famille ni amis, sans formation. Elle n'aurait aucune chance de s'en sortir. Pierre qu'elle qu'envoya rageuse, dans le lac. Soupir. Pourquoi tout ne pouvait-il pas être simple ? Pourquoi fallait-il toujours qu'elle fasse des erreurs aux conséquences plus désastreuses les unes que les autres ? Pourquoi ? Idée soudaine qui lui vint. Idée stupide assurément. Une de plus. Qu'importe. Elle avait besoin de se vider l'esprit. De n'importe laquelle des façons. Vêtements qu'elle avait ôté avant de se saisir de sa baguette et de se jeter un sort qui faisait en sorte que son corps ne perde pas trop de sa température corporelle. Plonger dans le lac à une telle période de l'année. Folie. Qu'importe. Tout le monde la pensait folle. Folle, stupide et aveugle. Belle trilogie. Elle se mit à nager. Pas longtemps. Cinq minutes, dix peut-être. Pas plus. Juste... une durée pendant laquelle le froid l'empêchait de penser. Drôle d'anesthesiant. Et quand son esprit se retrouva trop embrûmé, elle regagna la rive. Seulement, les doigts trop endoloris, les muscles gelés par le froid, elle ne parvenait pas à enfiler correctement son pantalon, pas plus qu'elle ne parvenait à tenir correctement sa baguette. Tant pis. Elle n'avait qu'à s'enrouler dans sa cape, là, à terre, attendant que son corps ne se réchauffe, et que ses lèvres bleutées ne reprennent leur couleur normale. Certains auraient trouvés cette situation des plus extrême et en aurait eut peur, sachant que personne ne viendrait assurément, mais pas elle. Cela faisait à présent un quart d'heure qu'elle ne pensait plus à celui qui avait été son ami, son amant et qui aujourd'hui avait de la difficulté à sortir totalement de sa vie.

    Mary - « Si seulement moi je pouvais oublier... »

    Murmure. Pensée formulée à voix haute. Seulement, elle ne se doutait pas qu'elle n'était plus seule depuis un moment déjà.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Sam 17 Mai - 18:47

    Je meurs. Telles auraient pu être les paroles prononcés par le supposé Prince... lui qui avait chuté de si haut que jamais plus il ne se relèverait. Mais tout était de sa faute, entièrement de la sienne, si bien que... pourquoi se morfondre ainsi ? Penser a Mary, sans cesse ? Revoir cette gamine, l'imaginer a ses cotés ? Elle était présente, plus que jamais et a chaque fois il chassa son image, rageur. Si il avait souhaité sa disparition ce n'était certainement pas pour penser à elle, encore. L'oublier. Il avait eu beau prononcé de terrible paroles ce jours là dans l'infirmerie, celles-ci n'avaient pas aidé a tirer un trait sur toute cette histoire. Car oui, le terme pouvait être employé. Mary, gamine qu'il avait empêché de commettre la pire des erreurs, gamine a qui il avait donné sa confiance... elle avait gagné son amitié et plus. Il l'avait aimé, malgré lui, malgré ses sentiments pour Helene. Et aujourd’hui, alors qu'il avait eu cette chance, il ne l'avait saisie, par crainte de aujourd’hui. Et cette perte n'avait amélioré son état. Lui qui avait vu le corps décharné de sa supposée femme, il se devait de subir la vue d'une jeune femme ignorante a son sujet et lui faisait de même. Mais combien de fois avait-il cherché son regard ? Un nombre certain et comme a chaque fois il l'avait observé de loin. Nombres de commentaires avaient alors fusé au sujet de la jeune Ryder. "Elle a changé" - "On ne la reconnaît plus" - "Vous ne savez pas la dernière ?" Tous ces commérages, a chaque dîner, ceci devenait désagréable, inécoutable et comme a chaque fois que le nom de la Serdaigle était mentionné, Severus sortait, avec hâte. Et qu'importe les regards étonné de tous. Car beaucoup avaient eu vent d'une relation entre lui et Mary, et bien évidemment c'est a lui qu'on demandait des comptes. Responsable! C'est ce que tous lui hurlaient. Son esprit se jouait de lui. Et les cours que le Professeur Rogue donna ne furent que plsu terrifiants pour les étudiants. Il n’était qu'une ombre, si bien que dès qu'un étudiant osait faire le moindre bruit, il entraînait une chute de point vertigineuse. le silence était devenu le maître mot. Pas un bavardage et bien évidemment, jamais Mary ne s'était présentée. Ce qui était mieux mais terriblement rageant. Une gosse qui se permettait tout les écarts possible et ceci pour cause d'une relation que lui ne voulait pas. Elle s'était tellement accrochée a lui. Pourtant, les paroles de l'autre jours lui revenaient en mémoire, parfois.

    Mary - « Tu aurais mieux fait de rester à te morfondre sur ton sort ailleurs. »

    Si il n'était pas venu ce jour là, a l'infirmerie, si il avait fais comme Mary le lui avait clairement dis. Se morfondre sur son sort. Oui. Repenser a la mort d'Hélène, au fait qu'il se retrouvait avec une enfant dont il ne savait s'occuper. D'ailleurs, elle pleurait, depuis un petit moment déjà mais perdu dans la contemplation des flammes, il ne bougeait pas. Immobile, figé. Les souvenirs affluaient avec une telle intensité qu'il revivait tout. Et Severus avait besoin d'oublier, aussi, il s'était lentement lever, comme craignant de retomber. Sa fille ne pleurait plus, du moins il ne l'entendait pas. Selena. Le Prince avait trébuché, retombant avec ridicule sur le sol, prêt du fauteuil. Perdu. Déconcerté. Anéanti. Ce n'est que quelques minutes plus tard qu'il se releva, pour s'asseoir sur ce même fauteuil, négligemment. Il avait fais venir à lui une bouteille. Quitte a oublier, que ceci soit agréable. De l'alcool, la solution la plus facile. Oui, lâche. Mais aujourd'hui, il ne cherchait même plus a se battre. A quoi bon ? Et surtout, pour qui ? La seule personne l'ignorait et ceci par sa faute. Car il n'avait été capable d'assumer ses sentiments, comme autrefois. Et il était étrange de voir comment cette situation pouvait être similaire a celle vécu des années en arrière. Avec Lily, lorsqu'il l'avait traité de Sang-De-Bourbe, elle ne lui avait jamais pardonné ceci. Et aujourd'hui, après de telles paroles envers Mary. Certes, les raisons n'étaient pas totalement les mêmes, mais presque. Il avait à nouveau perdu la seule personne qui l'avait compris, réellement. C'est pourquoi Severus se perdit dans les vapeurs de l'alcool, qu'il sombra... Sa fille pouvais bien pleurer, il n'entendait plus rien, n'avait connaissance de rien. Le monde disparaissait au profit de la douce folie engendrer par l'alcool.

    Et ce putain de monde peut bien cramer
    Et les drogues peuvent bien me faire planer
    Jamais je ne crèverai sans toi.

    - « Il semblerait que votre chère Ryder soit en pleine crise d'adolescence Severus. »
    Severus - « Ce N'est PAS ma Chère Ryder ! Femme stupide, apprenez a contrôler les étudiants de votre maisons. Foutus Piafs écervelés. »

    Et pendant ce charmant dialogue, Mary en avait profité pour sortir, s'éclipser comme elle savait si bien le faire. Le regard sombre de l'enseignant s'était alors posé sur l'étudiant qui avait subit les foudres de Ryder, pour finalement observer les portes avec intérêt. Elle avait fui devant les remarques d'étudiants tous plus idiots les uns que les autres. Imbéciles! Et lui avait suivit la jeune femme et ceci sous les regards intrigués des Professeurs mais plus particulièrement des étudiants qui s'étaient toujours doutés qu'une quelconque relation entre eux. Bien, il confirmait ceci par son départ suite a celui de Mary. Les portes en chênes claquèrent sous la colère de l'homme. Le mois de Novembre était installé depuis quelques jours, si bien que le soleil n'était plus présent a une heure pareille de la soirée. Mais il avait dans la ferme intention de retrouver la gamine, et ceci qu'importe l'obscurité naissante. Severus n'avait cherché a suivre un chemin précis, tout comme il ne s'était apperçu que c'est vers le lac noir qu'il s'était dirigé. Eau sombre qui se confondait avec le paysage morne. Lumière diaphane que la lune diffusait sur le lac. Le Prince n'avait pas de suite repéré la jeune femme dans l'eau, tout comme il n'avait vu les vêtements au bord du lac. Et ainsi assez loin de la rive, il fut a l'abris des yeux de Mary qu'il vit sortir de l'eau. Stupéfaction. Folle que d'avoir osé. Et elle n'avait été capable de se rhabiller. Non, bien évidemment. Frigorifié très certainement. Et lui, Severus ne pouvait la laissé ainsi. Alors il s'était approché, sans bruit pour finalement arriver a la hauteur de la jeune femme qui était enveloppé dans sa cape.

    Severus - « Je me débrouillerais très bien sans toi. C'est ce que tu as osé prétendre. » Il venait de faire volte-face. « Comptes-tu te laisser mourir de froid ? »

    Provocation. Il s'était assis aux cotés de Mary.

    Severus - « Tu pourras rester autant de temps que tu le souhaites, ton corps ne se réchauffera pas. Le froid s'installant petit a petit... Mais laisse moi avoir ce privilège. La mort du volatile. »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Sam 17 Mai - 19:52

    Stupeur de voir qu'elle n'était pas seule. Surprise qui se révéla être une mauvaise surprise. IL avait osé. Peur et surprise qui avait laissé place rapidement à une colère profonde. Mais elle ne lui hurla pas dessus, pas tout de suite du moins. Laissant ce sentiment destructeur s'instaurer à nouveau, un peu plus fort seconde après seconde. Severus. Il était là. Il était venu à sa hauteur. L'avait-il suivie ? Depuis combien de temps se trouvait-il là ? Qu'avait-il vu ? Elle s'était enveloppée un peu plus dans ses capes. Elle ne lui ferait pas le plaisir de s'exposer à lui. S'il voulait profiter, il n'aurait qu'à attirer une autre petite étudiante stupide et aveugle dans son lit. Et bien sur, il venait la rejoindre pour l'agresser. Evidence. Il n'était pas capable de venir parler sans agresser ses interlocuteurs.

    Severus - « Je me débrouillerais très bien sans toi. C'est ce que tu as osé prétendre. Comptes-tu te laisser mourir de froid ? »
    Mary - « L'idée est tentante. Après tout ? Qui cela pourrait-il déranger ? Pas toi. Voyons. Un jouet qui disparaît ce n'est qu'un détail. D'ailleurs, je me débrouilles très bien sans toi. La preuve, je ne suis pas allée te supplier à genoux devant ta porte, chose que je ne ferais jamais sois-en sur.»


    Voix glaciale. Paroles méprisantes. Oui, à présent elle le méprisait. Qu'il ne l'approche plus. Qu'il la laisse tranquillement mourir de froid. Elle ne s'en rendrait même pas compte, et il ne viendrait plus torturer son esprit comme il savait si bien le faire. Mais voilà. Il fallait croire que ses paroles, aussi froides que l'étaient les eaux du lac qu'elle venait de quitter, n'avaient pas suffit à le faire déguerpir. Mais pouvait-elle seulement le faire fuir ? Deux fois elle lui avait demandé de partir, de la laisser tranquille, de la laisser seule, et à chaque fois il avait totalement ignoré cela. Il s'était assis à côté d'elle, elle se décala pour s'éloigner de lui et elle lui tourna le dos. Il le faisait exprês. Venis ainsi, près d'elle, il savait parfaitement qu'elle ne pouvait le tolérer. Pas après toutes les insultes qu'il lui avait craché à la figure.

    Severus - « Tu pourras rester autant de temps que tu le souhaites, ton corps ne se réchauffera pas. Le froid s'installant petit a petit... Mais laisse moi avoir ce privilège. La mort du volatile. »

    Il était venu lui annoncer sa mort prochaine ? Formidable. Severus le prophète. Il changeait chaque jour un peu plus alors. Soupir dédaigneux. Bien sur qu'elle savait que si son corps ne se réchauffait pas un minimum elle risquait d'y rester. Mais honnètement, elle s'en moquait à cet instant. S'il était venu pour lui annoncer ça, il aurait mieux fait de rester enfermer dans son château, à sa table, avec ses collègues tous plus orgueilleux les uns que les autres, convaincus de faire avancer le monde avec leurs devoirs minables. Elle les haïssait, tous. Peut-être parce qu'aucun n'était capable de donner du sens à sa vie. Plus assurément parce qu'Il ne venait plus donner de sens à sa vie. La détruire, jusqu'à la fin. A croire qu'il s'était juré de faire cela il y avait bien longtemps.

    Mary - « Et bien voyons, qu'attends-tu ? Etonnant que tu ne te sois pas lassé d'un jouet "Stupide et Aveugle" plus tôt Severus. Ou devrais-je dire... Professeur ? Après tout, je ne suis qu'une étudiante, une vulgaire gamine qui n'a d'intérêt que si elle atterit au fond de ton lit c'est ça ? Tu veux savoir, Professeur ? J'avais juré de ne jamais le regretter et maintenant c'est certainement ce que je regrette le plus. Belle erreur que de t'avoir laissé jouer »

    Regretter cette soirée divine. Elle le regrettait parce que c'est précisément cette soirée-là qu'elle était tombée amoureuse de lui, réellement. C'était cette soirée là qu'elle lui avait appartenu corps et âme et qu'elle lui avait tout offert sur un plateau d'argent. Cette soirée-là qu'elle avait eut envie qu'ils puissent être ensembles. Cette soirée-là qui avait été trop magique pour avoir réellement existée. Cette soirée-là qui faisait qu'aujourd'hui elle ne supportait plus sa simple présence.

    Mary - « A la réflexion, je ne te laisserais pas ce privilège. Je peux me débrouiller sans toi même pour ça tu vois, comme une grande ! J'espère que le spectacle te plaira parce que je le referais pas deux fois. »

    Et elle s'était levée, sans recroiser son regard pour autant. Elle était en effet totalement frigorifiée et elle tremblait de froid. Le sort qu'elle s'était lancé n'avait plus d'effet depuis bien longtemps déjà. Elle ne lui jeta pas un regard. En fait, elle n'avait pas recroisé son regard depuis ce jour-là à l'infirmerie, et elle ne voulait plus jamais le recroiser. Le spectacle. Elle était hors d'elle. Pauvre folle. Elle n'avait pas enlevé sa cape cette fois-ci, refusant de le laisser voir son corps, et sans lui laisser le temps d'esquisser le moindre geste, elle s'était de nouveau plongée dans l'eau gelée.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Sam 17 Mai - 21:29

[C'est terriblement nul... =/ ]



    Severus - « J'attends que tu disparaisses. Mais tu as tendance a te faire remarquer ces temps-ci. La gamine qui autrefois se fondait dans la masse devient une piètre rebelle. » Le mépris était palpable dans les paroles de l'enseignant, si bien qu'il continua sur le même ton. « J'avoue avoir été étonné, toi qui toujours revenait comme un fidèle animal. Bravo Mary. »

    Pour la peine il aurait applaudi l'exploit de la gamine si ceci ne lui aurait pas paru si dérisoire. Et ce n'était pas en étant ainsi que Severus réussirait a retrouver la confiance, ou juste la présence de Mary. Elle le fuyait comme la peste, ce qui pouvait être compréhensible mais tout de même. Non, il n'arrivait a supporter ceci, bien qu'étant de plus en plus méprisant et glacial avec elle. Severus ne faisait strictement rien pour arranger les choses, si bien que le fait qu'il se soit assis aux cotés de la Bleu et Argent n'avait qu'aggraver ceci. La provoquer sur son propre terrain et voila où était le résultat. Elle lui tournait le dos. Comportement tout a fait enfantin d'un gosse qui boude l'un de ses ''amis''

    Mary - « Et bien voyons, qu'attends-tu ? Étonnant que tu ne te sois pas lassé d'un jouet "Stupide et Aveugle" plus tôt Severus. Ou devrais-je dire... Professeur ? Après tout, je ne suis qu'une étudiante, une vulgaire gamine qui n'a d'intérêt que si elle atterrit au fond de ton lit c'est ça ? Tu veux savoir, Professeur ? J'avais juré de ne jamais le regretter et maintenant c'est certainement ce que je regrette le plus. Belle erreur que de t'avoir laissé jouer »

    Il l'aurait giflé pour ses paroles si elle ne s'était pas trouvée aussi loin de lui. Comment osait-elle croire ceci ? Qu'il n'avait profiter que de son corps, qu'il appréciait ceci, ces jeux de manipulations avec les gamins. *Mais c'est de ta faute* Effectivement. C'est lui qui avait prononcé de telles paroles, lui qui avait souhaité que Mary croit qu'il n'était qu'un salaud et aujourd’hui, elle lui recrachait ses propres paroles a la figure. Et le pire n'était peut-etre pas qu'elle le voit comme un pervers mais qu’elle regrette, haïsse le souvenir, le seul qu'il restait. Un véritable. Ce furent ces paroles qui le blessèrent, réellement. Mais comme toujours, le masque ne plia pas, c'est un rictus qui s'afficha sur son visage et ceci a défaut de l'amertume qu'il avait voilé. Un don certain pour masquer ses émotions. Un don terrible.

    Severus - « Vois-tu j'adore ces jeux. Choisir des gamines, attendre un an pour qu'elles succombent puis en faire des jouets. Des catins en somme. Tu ne peux savoir a quel point c'est... excitant, vraiment. Et tu as été la meilleure de toutes Mary. Un temps certain pour te voir sombrer certes mais tu as chuté. » Il s'était approché d'elle, juste pour lui murmurer de nouvelles paroles au creux de l'oreille. « Pauvre gamine qui a tout perdu. Ceci me réjouit Mary. J'aime te voir ainsi, haineuse. »

    Et il s’était détaché d’elle...
    Là était une chose bien inutile que de rester aux cotés de Ryder qui ne cessait de cracher son venin comme une parfaite Vipère.


    Mary - « A la réflexion, je ne te laisserais pas ce privilège. Je peux me débrouiller sans toi même pour ça tu vois, comme une grande ! J'espère que le spectacle te plaira parce que je le referais pas deux fois. »

    Les paroles n'étaient que trop claires et pourtant, il ne voulait voir la vérité qui s'y cachait. Severus l'avait observé se relevé, tremblante, elle ne pouvait cacher son état qui n'était que trop apparent. Si bien qu'il doutait qu'elle tienne longtemps debout. Mais Severus ne s'était approché d'elle, a quoi bon ? La pousser dans l'eau... la laisser mourir de froid ? Merlin non. Mais apparemment elle avait décidé ceci pour lui. Si bien qu'il avait tendu sa main avec retard. Observant avec rage la gosse plonger dans l'eau glaciale du lac. Elle ne pourrait en rechaper, pas une seconde fois. Alors il s'était avancé vers la rive, la cherchant du regard mais a quoi bon ? L'obscurité empêchait ceci, même les pales rayons de la lune ne parvenait a lui indiquer la position de la jeune femme. Mais il n'y avait plus a hésité. Si Severus tenait un tant soit peu a la gamine, c'est dans l'eau qu'il devait plonger et non observer la surface comme il le faisait depuis cinq petites minutes. Sa cape tomba a terre, suivit de sa veste. Et c'est un sortilège qu'il murmura, sort qui lui permettrait de garder une température constante et ceci a défaut de devenir un bloc de glace comme cette foutue gosse.

    Il avait plongé dans le lac, refrénant un frisson au contact de l'eau gelée qui lui mordait la peau. Il ne su combien de temps il mit pour retrouver Mary, ni même comment il fit pour la ramener sur le bord, tout ce qu'il su c'est qu'elle était encore en vie et que frigorifié, il ne savait que faire. Oui si, il ne savait que trop ce qu’il devait faire. Mais cette idée même ne faisait que de renforcer la panique qui commençait a le gagner. Certes, la magique existait, un simple sortilège aurait suffit a la réchauffer. encore aurait-il fallu qu’il en existe un. Car c’est des flammes qui lécheraient le corps de la jeune femme si jamais Severus osait employé un quelconque sortilège. Et pour redonner a son corps une température convenable, il n’y avait qu’une seule solution. Mais cette idée détruirait tout ce qu’il avait tenté de mettre en place. Aussi, Severus n’avait pas encore poser ses yeux sur le corps de Mary, corps à présent découvert et ce ne fut qu’a la fin de ses réflexions qu’il daigna l’observer… voir a quelle point elle semblait avoir froid. Alors il avait fait la seule chose qui empêcherait la gosse de mourir. Il s’était allongé sur elle, lentement, épousant ainsi le corps de la jeune femme qu’il avait aimé. Mais ce n’était le moment de rêvasser, de penser a autre chose. Ses vêtements avaient disparu un à un. La chaleur corporel, seul moyen.


    Severus - « Ne pense pas une seule seconde a te débattre Mary. »

    Et contrairement aux paroles précédentes, ce n’est pas le mépris qui transperça. Ce n’était même pas un ordre. Juste une… recommandation.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Sam 17 Mai - 22:26

    Elle avait plongé. L'eau était totalement glacée. Bien plus que dans sa mémoire. Elle ne pouvait pas nager. Horreur en voyant cela. Elle était totalement bloquée, incapable d'esquiver le moindre mouvement. Erreur qui allait lui être fatale. Elle respirait fortement, tous ses membres étaient ankylosés. Panique qui la gagnait doucement. Quelle idée lui avait traversé l'esprit pour qu'elle fasse cela ? Incompréhensible. Stupide. Il avait raison. Elle était totalement stupide. Elle ne pouvait plus voir la rive et sa tête parvenait difficilement à rester au-dessus de l'eau. Elle ne pourrait pas tenir longtemps. Pas ainsi. Pas dans une eau aussi gelée. Il fallait qu'elle reste consciente. Elle le savait. Elle avait beau regarder autour d'elle, elle ne voyait plus Severus. Et s'il était parti ? S'il l'avait laissée là ? S'il l'avait laissée pour morte ? Panique qui ne faisait qu'aller grandissante. Elle n'arrivait plus à bouger ses jambes et c'était seulement ses bras qui lui permettait de respirer. Elle pouvait voir son souffle, fumée blanche qui s'échappait de son corps, comme si son âme s'échappait lentement d'elle également. Elle voulait crier mais aucun son ne pouvait sortir de sa gorge. Elle allait couler. Mourir. Elle ne le voulait pas. Severus. Elle priait Merlin pour qu'il soit encore là. Elle venait de boire la tasse et s'étouffa à moitié. Ca devenait urgent. Dans une poignée de minutes, Mary ne serait plus. Clapotement dans l'eau. Elle tenta de nouveau d'appeler, mais sa voix ne sortit jamais de sa gorge. Qu'il la trouve. Il fallait seulement espérer que ce n'était pas une des nombreuses bestioles vivant dans ce lac qui avait fait ce bruit. De nouveau elle ne put empêcher de l'eau d'entrer dans sa bouche et elle fit un dernier effort pour se mettre sur le dos. Seul espoir de s'en sortir vivante. Mais son corps ne cessait de tomber et elle dépensait toute son énergie à tenter de se maintenir à la surface. Tenter de se maintenir en vie. Ses forces la quittaient totalement. C'était fini. Ses jambes venaient de nouveau de sombrer et elle n'avait plus la force de les remonter. Plus la force de se battre apparement aussi. Et elle sombra.

    Elle ne resta même pas une minute sous l'eau, des bras puissants la remontèrent à la surface. Elle n'avait pas la force de bouger, pas la force de l'aider, elle le laissa donc la ramener sur la rive. Gelée, au bord de l'inconscience. Et pourtant, elle savait exactement qui venait de la sauver. Une nouvelle fois. Malgré ce qu'il ne cessait de dire. Malgré le fait qu'il n'avait eut de cesse depuis qu'il l'avait rejoint de lui faire comprendre qu'elle n'avait été qu'une catin pour lui. Un jouet entre ses mains. Tout se mélangeait dans son esprit. Catin. Stupide et aveugle. Je t'aime. Ma Princesse. Un jouet. Ses caresses. Ses baisers. Ses coups. Sa haine. Son amour. Son mépris. Sa confiance. Elle se perdait. Elle ne savait plus que penser de lui. Lui qui lui soufflait le chaud et le froid avec une telle dexterité. Elle l'aimait et le haïssait en même temps. Elle le méprisait et l'adorait. Perdue. Agonisante aussi. Tremblante à terre, respirant difficilement. Elle le fixait de ses yeux. Attente. qu'allait-il faire d'elle ? Il fut une époque où elle se serait laissée glisser dans le sommeil et l'inconscience en toute confiance mais aujourd'hui... Elle ne savait plus si elle devait avoir confiance en lui ou pas. Hésitation. Lui aussi hésitait apparement mais elle ne savait pas pourquoi. Réponse qui lui vint bien vite. Trop vite peut-être.

    Panique totale qui la gagna. Incompréhension dans son regard. Il s'était allongé sur elle. Véritable peur qu'elle ressentait. Peur qu'il ne profite d'elle alors qu'elle ne pouvait plus bouger. Peur encore plus décuplée quand il lui retira ses vêtements. Respiration d'autant plus sacadée. Elle pouvait sentir son corps collé au sien... comme il avait pu l'être dans un tout autre contexte. Elle voulait qu'il s'écarte d'elle. Qu'il parte de là. Elle ne voulait plus être allongée contre lui. Plus maintenant, plus ainsi. Mouvement qu'elle esquissa pour qu'il se retire.

    Severus - « Ne pense pas une seule seconde a te débattre Mary. »

    Elle se stoppa net. Pour la première fois depuis longtemps : aucune méprise dans ses paroles. Aucune violence. Juste... un conseil. Pourquoi faisait-il cela ? Sa voix l'incitait à ne pas avoir peur et pourtant... enfin, vu leurs relations ils n'avaient plus à être ainsi alors pourquoi ? Réponse qui vint à elle les seconde s'écoulant les unes après les autres. Chaleur que son corps lui dispensait. Chaleur qui la réchauffait, lentement. Sa chaleur corporelle. Il utilisait seulement sa chaleur corporelle pour la réchauffer. Elle se calma instantannément en comprenant ça. Il ne voulait que l'aider, la sauver. Pause dans leur querelle. Elle colla un peu plus son corps au sien, posant ses mains contre lui, collant sa tête contre la sienne. Tout n'était pas règlé., et pourtant, elle acceptait sa présence simplement parce qu'elle avait compris qu'il ne lui voulait pas de mal. Ils restèrent ainsi de longues minutes, et ce n'est que quand elle sentit sa voix lui revenir qu'elle rompit le silence qui s'était installé.

    Mary - « Tu n'étais... pas obligé... »

    Pas de remerciements. Pas directement du moins. Elle ne savait toujours pas s'il avait fait cela parce qu'il s'était senti obligé de le faire, pour ne pas avoir sa mort sur la conscience, ou parce qu'il tenait réellement à elle. Elle ne savait plus. Elle voudrait croire de nouveau. Pouvoir croire que c'était parce qu'il l'aimait. Mais rien ne pouvait le lui garantir maintenant. Trop de questions se posaient encore. Trop d'hésitations. Mais force était de reconnaître que grâce à lui, son corps revenait petit-à-petit à la vie.

    Mary - « Pourquoi tu fais tout ça ? Je... Je ne comprends plus rien Sev'... »

    En d'autres circonstances elle aurait pu s'amuser de cette situation. Systématiquement, ils parlaient quand ils étaient ainsi, allongés l'un sur l'autre. Etonnant, les effets de cette proximité entre eux. Mais là, elle avait besoin de savoir. Le haïr ou l'aimer. Elle ne savait plus, et c'était ça plus qu'autre chose qui la détruisait. Ce doute omni-présent.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Dim 18 Mai - 22:53

    [Pardon c'est court. Mais je ne voyais pas quoi répondre d'autre]

    free music

    Elle avait peur, il l'avait vu dans son regard mais Severus ne connaissait d'autre moyen que celui-ci. Un qui pouvait paraître tout a fait pervers mais si mademoiselle tenait a mourir de froid, alors il la laisserait replonger dans le lac. Et c'est pourquoi il avait renforcé son infime emprise sur elle, bloquant tout geste... qu'elle ne s'échappe pas. Et qu'importe ce qu'elle pense. Qu'il profiterait d'elle, la violerait, là, a même le sol. Non! Jamais! Il avait beau s'être présenté comme le plsu grand des salauds de ce monde, jamais cette idée ne pourrait lui traverser l'esprit, jamais il ne mettrait a application ceci. Si il devait profiter du corps de Mary, ça serait avec son accords et non pour son propre plaisir. Car malgré ses paroles de l'autre jour, jamais il ne pourrait se montrer violent avec elle. Severus avait simplement fermer les yeux, omettant alors la présence de Mary, juste sous lui.

    Mary - « Tu n'étais... pas obligé... »
    Severus - « Il aurait été regrettable que tu finisses au fond du lac et je doute que l'idée même de finir en pâture pour une créature te réjouit. »

    Non obligé, certes. Il aurait pu la laisser couler, là et l'observer mourir. Assit sur la rive, le Prince aurait pu attendre la fin de celle qu'il nommait sa Princesse. Mais là encore, malgré la haine qu'il avait déversé, le venin qu'il avait vainement craché, Severus l'avait sauvé. Et non pas par peur de finir a Azkaban pour ne pas avoir assister une personne en danger, ou même pour sa conscience -il revivait assez les meurtres commis par le passé- . Si il s'était risqué a plonger dans l'eau sombre du lac ce n'était que pour une seule et unique raison. Mary, celle qu'il avait et aimait toujours. « Pourquoi tu fais tout ça ? Je... Je ne comprends plus rien Sev'... » Un baiser avait été déposé dans le cou de la demoiselle suite aux questions de celles-ci. Les paroles étaient inutiles. Il ne parviendrait a lui expliquer son comportement de l'autre jour. Mais jamais elle ne ui pardonnerait. De même que lui-même n'arrivait a faire impasse là dessus. Il était redevenu l'exécrable Professeur Rogue, le Mangemort tant redouté avec celle qui n'avait voulu que son bien... celle qui pensait les rêves encore possible, avec lui, avec l'homme sombre qu'il était. Ce Prince depuis bien longtemps déchu. Et Mary lui avait offert une possibilité de rédemption qu'il avait rageusement piétiné pour finalement regretter. Sa Mary, son Piaf, sa Gamine Écervelée. Il l'aimait, réellement, atrocement. Si bien que la haine qu'il pensait inscrite sur son visage s'était effacée depuis longtemps. Les yeux onyx brillaient de cette lueur que seule Mary avait pu voir. Admiration, amour, regret. Tout se confondait dans les iris qui semblaient soudainement animés et non vides.

    Ses lèvres n'avaient pas quitté la peau de la jeune femme. Il l'avait parsemé de baisers. Chastes, recouvrant ainsi le froid encore présent. Reine des Glaces. Non, certainement pas. Et c'est finalement un baiser qu'il avait déposé sur les lèvres de la Bleu et Argent, bref, il n'avait cherché a s'imposé. Puis Severus s'était relevé, prenant sa cape a terre pour la posé sur Mary. Retourner au château était la meilleure solution pour que la corps de la demoiselle retrouve une température normale, mais lui ne tenait a rentrer, pas maintenant, pas après qu'il ait laisser la haine s'évaporer. Qu'il ait montré un semblant de sentiment a l'égard de cette personne. Le Prince s'était assis aux cotés de Mary, son regard rivé sur l'eau du lac... lac qui avait faillit voir la fin de sa Princesse.

    Severus - « J'aurais essayé. T'éloigner de moi... Mais ce n'est pas conventionnel, aimer une gamine... Personne n'acceptera Mary... personne. »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Lun 19 Mai - 14:52

    [Tu sais que j'ai vérifié trois fois que c'était pas le post d'Hier ? Jeudi hein ? xD - L'es pit-être court mais il est biiiiiien =D -> d'ailleurs. Sort les violons xD]

    Avoir peur de lui. Cela ne lui était pas arrivé depuis bien longtemps. Très longtemps en réalité. Mais si aujourd'hui elle avait peur de lui c'était simplement parce qu'elle ne savait plus que penser de lui. Elle ne savait plus si elle pouvait avoir confiance en lui ou pas. Il fut une époque pas si lointaine où elle lui aurait confié sa vie les yeux fermés, le laissant faire ce qu'il voulait d'elle, convaincue que ce ne serait que pour son bien. Seulement voilà. Cette confiance totale qu'elle avait eut en lui, il l'avait détruite. Peut-être pas complètement, pas encore, mais ce n'était plus comme avant. Et en le voyant ainsi, allongé sur elle, alors qu'elle était si faible, au vu des paroles qu'il lui avait craché à la figure un peu plus tôt, elle n'avait pu qu'avoir peur. Peur que la folie ne mène ses gestes. Une peur terrible. Un peur qu'il avait réussit à calmer. Et elle s'était laissée allée contre lui. Sentant son corps réchauffer le sien lentement, sentant son propre coeur tambouriner contre sa poitrine, se sentant trembler contre un corps qui, en définitive, la protégeait. Situation qui à la fois la rassurait et la perdait.

    Severus - « Il aurait été regrettable que tu finisses au fond du lac et je doute que l'idée même de finir en pâture pour une créature te réjouit. »

    Regrettable. Elle n'avait pas répondu à cela, se laissant simplement aller un peu plus contre lui. Pas une vraie question, pas une réelle réponse. Seul comptaient les faits. Il l'avait sauvée. Une fois encore. Il était venue la sauver de sa propre bêtise. Lui. Lui qui disait qu'elle n'était que poupée de paille de ses bras. Lui qui disait qu'elle n'était qu'un jouet à ses yeux. Un jouet qu'il se plaisait à manipuler. Un jouet dont il se serait lassé ? Baiser qu'elle sentit dans son cou alors qu'elle lui avait posé cette terrible question. Une question reflet de tous ces doutes, ces errances qu'elle avait vécu depuis quinze jours. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Il était indéchiffrable. Comme toujours. Elle ne parvenait plus à le comprendre. Mais là, c'était une nouveauté. Son Prince... Il ne parlait plus. Plus de paroles blessantes, méprisantes. Plus d'insultes plus douloureuses les unes que les autres. En réponse à sa question, il n'avait même pas tenté de se justifier. Pas tenté de lui expliquer. Lui et les mots... Il était habile quand il s'agissait de cracher son venin mais dès qu'il s'agissait d'autre chose... son éloquence était toute autre. Elle n'avait pas cherché à fuir ses baisers. Laissans cette sensation s'insinuer en elle. La sensation qu'il l'aimait. Chose dont elle ne pouvait être assurée. Des baisers ne suffiraient pas pour la convaincre. Plus. Elle le laissait faire. Que voulait-il lui dire par là ? Qu'il tenait à elle ? C'était cela ? Mais si c'était autre chose ? Si c'était pour la manipuler ? Affreux doute. Elle ne supportait pas cela, et elle pourrait lui hurler de tout faire pour qu'elle ne doute plus. Mais elle ne hurla pas. Elle ne parla pas. Le laissant lui offrir ces baisers. Le laissant l'embrasser. Il aurait pu l'embrasser de force. Lui imposer une étreinte qu'elle ne voulait pas. Profiter d'elle comme il le voulait. Comme il le lui avait clamé haut et fort. Elle avait doucement fermé les yeux à ce contact. Fugace. Ephémère. Doux. Agréable en somme. Un contact tels que ceux qu'ils avaient pu avoir bien des fois, avant... Bien avant que tout ne s'enclenche que les vraies sentiments ne soient dévoilés. Vrais sentiments. Elle y revenait. Et lui.... Lui il venait de s'écarter d'elle.

    Elle avait brusquement ouvert les yeux, pour le rechercher du regard. Il n'allait pas partir maintenant n'est-ce-pas ? Froid soudain qu'elle ressentit en perdant son corps, chaud, contre le sien. Manque cruel qui se manifestait physiquement à cet instant précis. Un peu auparavant elle ne voulait pas qu'il l'approche et maintenant, elle voulait de nouveau être contre lui. Culpabilité qu'elle ressentait. Mais si ce n'était que pour mieux se faire rejeter au loin par des paroles acides ? Hésitation. Il l'avait recouverte de sa cape. Sa cape. On ne pouvait douter du propriétaire du vêtement. Son odeur était omniprésente. Odeur dans laquelle elle se perdait, malgré elle. Elle s'était un peu plus serrée dans sa cape, enfouissant son nez dans le col de celle-ci. Il lui manquait Merlin. Atrocement. Malgré toutes les horreurs qu'il avait pu lui dire, elle avait toujours autant besoin de lui à ses côtés. Culpabilité que de vouloir être aussi proche d'un homme qui la faisait tant souffrir. D'un homme qu'elle ne comprenait plus aujourd'hui, ou qu'elle avait peur de comprendre.

    Il s'était assis à ses côtés. Elle pouvait sentir sa présence. Mais elle ne le regardait pas. Elle gardait le visage ouvert vers le ciel, un ciel sombre, noir. Annonciateur des pires tares et pourtant, elle voulait croire que ce n'était pas cela qui les attendait. Elle voulait croire que s'il tenait à elle, autre chose que la souffrance était possible.

    Severus - « J'aurais essayé. T'éloigner de moi... Mais ce n'est pas conventionnel, aimer une gamine... Personne n'acceptera Mary... personne. »

    Silence. Silence alors qu'elle se rendait compte progressivement de l'ampleur de ce qu'il venait de lui dire. Essayer de l'éloigner. C'était ça que ses paroles blessantes avaient eut pour but. L'éloigner. Et elles y avaient réussies. Mais plus que ça, c'est la suite de sa phrase qui la fit se retourner lentement vers lui. Il l'aimait. Merlin. Tout ça pour finir par lui dire à nouveau qu'il l'aimait. Tout ça pour lui dire qu'il l'avait repoussée parce qu'il l'aimait. Elle ne savait si c'était de la rage ou du soulagement qu'elle ressentait. Un mélange des deux. Colère qu'il ai pu imaginer que s'il l'aimait il fallait qu'il l'éloigne de lui. Et soulagement. Il l'aimait. Pour de vrai. Ses paroles précédentes et celles de l'infirmerie n'étaient donc que mensonges. Mais elle le haïssait pour lui avoir dit ces mensonges, pour ne pas avoir voulu être sincère avec elle. Elle aurait pu lui lancer un "pourquoi ?" cinglant, mais elle n'eut pas à le faire. Il lui avait donné la réponse à cette question. Le regard des autres. Il lui avait fait autant de mal, il leur avait fait autant de mal parce qu'il craignait la réaction des autres ? Simplement pour cela ?

    Elle avait alors fait l'effort. Elle s'était relevée, assise plus précisément. Emmitoufflée dans sa cape; elle avait toujours froid. Et elle planta son regard dans le sien, cherchant à l'attraper plutôt, lui qui regardait le lac. Lac qui avait faillit voler sa vie et d'où il l'avait sortie.

    Mary - « Tout ça pour ça alors ? Parce que tu as peur du qu'en dira-t-on ? Tu m'as dit toutes ces horreurs simplement parce que... »

    Elle avait détourné le visage. Finalement c'était la rage qui avait pris le dessus. Rage qui n'était que la juste conséquence du désespoir ressentit. Elle se moquait du monde. C'était cela qu'il ne comprenait pas. Elle avait déjà perdu trop de choses dans sa vie pour s'inquiéter du regard des autres. Elle refusait de se faire voler le bonheur auquel elle aspirait simplement pour des murmures et des regards. Elle en subissait déjà aujourd'hui pour d'autres raisons, autant le subir pour quelque chose qui la rendrait heureuse.

    Mary - « Tu ne comprends donc pas que ce qui me fait le plus souffrir c'est d'être éloignée de toi justement ? Je me fiche du regard des autres ! Je n'ai plus que toi et je refuse de te perdre à cause de personnes qui ne peuvent pas comprendre. »

    Pause dans son discours. Elle s'était approchée de lui pour poser une main sur son visage. Un visage qu'elle ne connaissait trop bien. Un visage dont elle avait appris les moindres formes, les moindres détails. Un visage qu'elle avait besoin de voir pour se sentir vivante, rassurée, protégée. Aimante.

    Mary - « Tu es la seule véritable chose de bien qui me soit arrivée Severus. Le seul véritable intérêt que je trouve à cette vie. N'ai pas peur d'eux. Qu'est-ce que qu'être montrés du doigt à côté... d'une vie ? »

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Ven 23 Mai - 22:39

« J’aime, et rien ne le dit ; j’aime et seul je le sais,
Et mon secret m’est cher, et chère ma souffrance,
Et j’ai fait le serment d’aimer sans espérance,
Mais non pas sans bonheur – je vous vois, c’est assez »






    Severus - « Tu y as cru et c'était l'essentiel pour moi. C'était si facile, de briser des espoirs... les tiens, ainsi je reniais les miens et tout ce qui pouvais me relier à toi. Mais encore une fois tu as réussis Mary. Plonger dans l'eau... laisser la mort t'emporter, je ne pouvais pas... »

    L'aimer. La détester. La hair pour finalement se rendre compte que tout n'était que mascarade, tissus de mensonge qu'il avait vainement tenter de créer. Lui avoir dit tant d'horreurs l'autre jour, jamais il n'aurait pensé en être capable, pas avec Mary du moins. Celle qu'il aimait, mais celle qu'il ne pouvait s'imaginer vivant a ses cotés. Ceci n'était qu'une illusion, un doux rêve. Et le temps avait réussi son coup, jouer avec lui. Ne lui offrir la possibilité de rencontrer une telle personne que trop tard. Mary, unique comme l'avait été Lily. Moins importance, évidemment mais comme elle, il ne pourrait l'avoir. Condamner a observer, se rendre a l'évidence. Pourtant, cette jeune personne s'accrochait à lui, espérait... Folie, si douce qu'il ne voulait briser.

    Severus - « Idiote. Tu seras la pauvre gamine où les murmures ne seront que pitié. Tu ne sais ce que c'est... être méprisé, hait pour ce que tu es, les choix que tu pensais bon. Quinze ans et l'on pense tout savoir de la vie... on est sur de ses choix. Mais non! » Sa voix s'était soudainement élevée. « Tu es attirée par l'inaccessible. Et ceci bien que plaisant ne le sera que pour quelque temps... tu te rendra compte de ton erreur. » Pause dans ses paroles. « Tu devrais songé a partir. »

    Il n'avait esquissé aucun mouvement en sentant Mary se rapprocher de lui. Son regard s'était tourné vers elle en sentant la main de la Serdaigle sur son visage. Severus avait écouté les paroles de Mary, celles qu'il avait craint. Il s'était relevé, brutalement, rapidement. S'éloignant alors de la jeune femme qui ne comprenait toujours pas. De la jeune femme qui semblait aveuglée par un amour stupide. « Le seul véritable intérêt que je trouve à cette vie. » FAUX. Qu'elle se taise, n'ose prononcé de telles paroles alors qu'il les avait attendu, inconsciemment. Lui qui était si égoïste, lui qui ne voulait que Mary, le monde contre eux. Pourtant, le Maître des Potions prenait soin de l'éloigner au lieu de l'attirer a lui et de profiter de ce qu'elle lui offrait. Il refusait Mary pour se protéger... A défaut d'avoir connu deux défaites, d'avoir vu la mort trop de fois, le départ. Déchirure. Désespoir qu'il ne voulait plus connaitre. Le Prince avait sombré par de nombreuses fois et il ne voulait réitérer l'expérience. Sachant pertinemment que Mary partirait si il l'acceptait. Jamais elle ne serait qu'a lui, entièrement. Trop jeune... et belle. Atrocement belle. Il s'était détourné de sa vue, fixant le lac, les lucioles sur la rives... Fées. Il haïssait ces créatures. Scène pathétique que voila. Severus aurait pu en rire si il n'était pas directement concerné.

    Severus - « Idéaliste... ce sont là des rêves d'enfants Mary. Voir en moi LA personne, celle qui te sauvera... l'unique. Je ne suis pas un Prince, comprends ceci. Le mal, l'égoïsme, la noirceur…» Alors qu'elle s'était relevé, il l'avait prise par les épaules. Fureur qui se lisait dans les yeux noirs. « Est-ce ce que tu souhaites ? Certainement. Le danger attire toujours. Tu n'es plus dans l'un de tes contes Mary. La fin heureuse n'existe pas... pas avec moi. »

    ...pas avec moi. Ces trois mots résonnaient dans son esprit. Écho qui n'avait de cesse de se répéter. Ses propres paroles lui étaient douloureuses, assassines. Le Prince s'était de nouveau écarté de Mary. Fuir. Il venait de mettre une distance.


    Severus - « La vie n'est pas aussi simple que celle de ces créatures Mary. » Il avait tendu sa main... fée qui s'était posée dans sa paume. « Vois-tu... la naïveté est un point commun que tu partages avec les fées. » Sarcasme qu'il atténua avec un mince sourire. « Je t’aime pour ceci… Gamine. »

    Il s’était tourné vers elle.
    Enfin…

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   Lun 26 Mai - 18:22

    [Tu sais que j'ai mis plus de 3h pour ça ? xD. Bon, un roman j'te préviens xD. Quelle idée d'écrire sur Indo et d'avoir ça en tête Rolling Eyes]
    Il avouait. Il avait dit tout cela simplement parce qu'il voulait l'éloigner de lui. L'éloigner pour ne pas avoir à l'aimer. Etrange raisonnement. Le pire dans tout cela, c'est qu'elle comprenait cela. Ne pas avoir à connaître de nouveau la perte d'un être cher. Elle savait ce qu'il s'était passé à la mort d'Hélène, et dans son passé. Elle connaissait sa fragilité malgré cette apparence si dure qu'il présentait au monde. Mais il n'avait su porter cela jusqu'à la mort de Mary. Il avait su s'arrêter avant. Heureusement. Il ne comprenait pas que Mary avait besoin de lui à ses côtés. Il ne comprenait pas qu'elle, elle ne le quitterait pas. Elle était déjà totalement dépendante de lui, comment cela pourrait-il cesser ? Elle avait peur d'être avec lui, à ses côtés. Peur de découvrir que tout cela ne serait en fait qu'une vaste erreur. Mais à présent, elle ne voulait plus avoir peur. Elle voulait vivre ce qu'ils avaient à vivre. Ensembles.

    Seuls tous les deux, on restera attachés

    Severus - « Idiote. Tu seras la pauvre gamine où les murmures ne seront que pitié. Tu ne sais ce que c'est... être méprisé, hait pour ce que tu es, les choix que tu pensais bon. Quinze ans et l'on pense tout savoir de la vie... on est sur de ses choix. Mais non! »
    Mary - « Je SAIS ce que sont les murmures Severus. Je subi déjà ça tous les jours ! Quitte à être méprisée, que ce soit au moins pour un choix que je sais être le bon. »


    Cela il ne pouvait pas le savoir évidemment. Après tout, Mary passait bien la moitié de ses nuits en-dehors de son dortoir d'hors-et-déjà et cela ne cessait de nourrir les esprits de cette bande de gamins imbéciles qui lui tenait compagnie. Telle était la rumeur : Mary se rendrait à des rendez-vous nocturnes sans jamais n'en refuser aucun. Probablement la pire des réputations qu'une jeune femme pouvait obtenir. Evidemment, ça n'était qu'une rumeur. Elle passait le plus clair de ses nuits enfermée dans un quelconque lieu du château à réfléchir, au lieu de dormir. Elle préférait amplement subir ces murmures pour être avec Severus. De cela elle serait fière. Personne ne le connaissait comme elle, et personne ne pouvait savoir la chance qu'elle avait d'être aussi proche de lui. Il fallait seulement qu'il accepte.
    J’envie de te caresser, j’ai envie de ton baiser

    Mary - « Je ne partirais pas.... Ce n'est pas une erreur Sev'. Et ce n'est pas l'inaccessible qui m'attire. Seulement toi. Un homme que j'ai appris à connaître et à aimer... »

    Il s'était levé. Eloigné, de nouveau. Elle avait baissé la tête. Il ne la croyait donc pas ? Il ne voyait pas qu'elle était tout ce qu'il y a de plus sincère dans ses paroles ? Pourquoi s'entêtait-il ainsi ? Pourquoi vouloir leur faire du mal à tous les deux ? Elle commençait à perdre tout espoir. Elle avait voulu se persuader qu'il finirait par entendre raison, qu'il finirait par prendre ce risque. Qu'il les laisserait s'aimer. Pourquoi son Prince continuait-il donc à leur faire du mal ? Ne le voyait-il pas lui aussi ? Ne voyait-il pas que plus ils étaient éloignés et plus ils souffraient ? Elle avait eut vent de la sévérité de ses cours ces derniers temps, cours qu'elle avait fuit, n'osant pas l'affronter de nouveau, lui faire face. Tous deux n'avaient été que plus irritables. Mary s'était mise à haïr le monde entier, et le monde le lui rendait en s'amusant d'elle. Personne ne pouvait comprendre ce qu'elle ressentait. A part lui. Ce besoin, véritable, vital, réel, d'être près de lui, de l'aimer. Personne ne pouvait comprendre cela. Pas même eux dans une certaine mesure. Quand elle finit par relever la tête ce fut pour voir qu'il s'était approché à un peu plus du lac, son regard se dérobant au sien. Ce regard qu'elle avait tant besoin de sentir sur elle.

    Severus - « Idéaliste... ce sont là des rêves d'enfants Mary. Voir en moi LA personne, celle qui te sauvera... l'unique. Je ne suis pas un Prince, comprends ceci. Le mal, l'égoïsme, la noirceur…»
    Mary - « Arrête de te décrire comme le pire homme sur terre ! Il y a du bon en toi ! Beaucoup de bon, une force et une lumière que tu ne vois pas ! Ne pense pas que je vais me brûler les ailes à ton contact, cela aurait été fait depuis longtemps si ça devait avoir lieu... »


    Nos lèvres vont se mouiller
    Et nos cheveux vont s’emmêler

    Elle s'était relevée, chancelant légèrement, pour lui dire cela. Il se voyait toujours comme un mangemort. Certes il avait tué, certes la magie noire vivait toujours en lui. Mais son Prince ne se résumait pas qu'à cela. Il ne pouvait pas le faire croire à elle qui avait vu tant d'autres choses de sa personnalité. A elle, il ne saurait faire croire qu'il n'était qu'une ombre, un homme en noir ne vivant que dans le noir pour assouvir ses sombres desseins. Il n'était pas ainsi. Il y avait tant d'autres couleurs dans son âme. Le Rouge de la Passion, le Vert de l'espoir et de sa si chère maison, le Jaune de l'intelligence, l'Orange de la beauté le Pourpre de l'autorité, le Rose de la tendresse... Il y avait tant de facettes en lui. Tant de choses qu'elle aimait. Elle ne pouvait accepter qu'il se rabaisse ainsi.

    Ton sourire effrayé.

    Severus - « Est-ce ce que tu souhaites ? Certainement. Le danger attire toujours. Tu n'es plus dans l'un de tes contes Mary. La fin heureuse n'existe pas... pas avec moi. »
    Mary - « Nos vies n'ont rien à voir avec un conte, mais pourtant il pourrait il y avoir une fin heureuse. Surtout avec toi. Tu le mérites Severus... tu mérites tant d'être heureux.... »


    Il s'énervait de nouveau. Il ne comprenait pas, ou faisait semblant de ne pas comprendre. Elle ne voulait pas être avec lui pour goûter à la Magie noire et au plaisir d'être avec un ancien mangemort avec tous les risques que cela comportait, non. Au contraire. Ces risques, elle ne les voyait plus. Depuis le temps qu'elle le fréquentait, jamais il ne lui avait réellement fait physiquement du mal, c'était tout le contraire en réalité. Comment pourrait-elle être effrayée d'un homme qui n'a eut de cesse de la protéger ? Mais il croyait toujours qu'il n'avait pas le droit d'être heureux. Malgré tout ce temps, il n'avait toujours pas compris. Et pourtant... il y avait déjà de nombreux mois qu'elle lui avait assuré qu'elle ne voulait que son bonheur. De nombreux mois qu'il lui avait garanti qu'il n'oublierait pas cela et qu'il se laisserait une chance d'être heureux. Qu'il la saisisse. Elle ne reviendrait assurément pas toujours vers lui s'il la rejetait une fois encore.

    Embrasse-moi
    Come to me

    Elle l'avait observé s'éloigner de nouveau, vaincue. Elle ne voyait plus comment lui faire comprendre. Elle ne voyait plus comment le convaincre. Regard triste qu'elle posait sur lui. Instant d'une mélancolie toute particulière en voyant une de ces fées se poser dans sa main. Même ces créatures, si belles et si fragiles, avaient confiance en lui. Comment faisait-il pour ne pas se rendre compte de cela ?

    Severus - « Vois-tu... la naïveté est un point commun que tu partages avec les fées. Je t’aime pour ceci… Gamine. »

    Le baiser pour rester rien que nous deux
    Pour s’aimer et s’embrasser

    Elle avait faillit répliquer quelque chose quand elle se rendit compte qu'il ne voulait pas être blessant dans ses paroles. Cela n'avait rien à voir avec le "Stupide et Aveugle" qu'il lui avait jeté à la figure deux semaines plus tôt. Non... Cela ressemblait plus à... une taquinerie. Et quand il finit par se retourner vers elle après lui avoir dit pour la deuxième fois dans la même soirée qu'il l'aimait, ce n'était plus de la tristesse qui animait son regard. Doute. Espoir. Gros doute. Cela voulait-il dire que...

    Sourire qui vint éclairer son visage.
    Il avait accepté.


    Mary - « Severus... Merlin. Je t'aime. Je t'aime. Si tu savais comme je t'aime.... »

    Elle lui avait littéralement sauté au cou, la cape du Directeur la couvrant glissant quelque peu, tandis qu'elle lui disait ces mots à l'oreille. Elle l'avait retrouvé. Enfin. Enfin ils pouvaient être ensembles. Elle se droguait littéralement de son odeur. Cette odeur qui lui avait tant manqué, le serrant contre elle. Il était là, son Prince. Il avait beau lui avoir dit qu'il n'en était pas un, pour elle, il le serait toujours. Toujours aussi beau, toujours là pour elle, toujours près à la sauver, toujours prêt à lui offrir ce qu'il avait à offrir. Elle ne saurait en demander plus de lui. La moindre seconde passée ensembles était une véritable revanche sur leur vie respective. Maintenant.. la vie pourrait peut-être retrouver un sens.

    Come to me...

    Elle n'avait pas su résister. Cela lui avait été totalement impossible. Elle s'était très légèrement détachée de lui pour plonger son regard dans le sien. Ses yeux étaient toujours aussi beaux, toujours aussi attirants. Elle aurait pu s'y perdre pendant des heures encore mais son yeux quittèrent les siens pour regarder l'objet de son désir. Légère caresse sur son visage tandis qu'elle rapprochait ses lèvres des siennes, lentement. Elle pouvait sentir son souffle sur son visage et, brièvement, elle croisa de nouveau son regard. Elle voulait être avec lui. Il n'y avait rien qu'elle ne désirait plus au monde et elle savait qu'elle avait fait le bon choix. Elle ne put pas résister plus longtemps et elle colla ses lèvres aux siennes. Elle l'avait retrouvé, son Prince. Elle pouvait être à lui, réellement. Larmes qui se mirent de nouveau à couler, silencieusement. Larmes de bonheur alors qu'elle prolongeait le baiser. Merlin, elle donnerait tout pour cet homme.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boulevard of Broken Dreams [L'Méchant]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Boulevard of Broken Dreams »
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» Boulevard of Broken Dreams [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A whole new world :: [Extérieur du Chateau] :: Le Lac Noir__#-
Sauter vers: