A whole new world


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Dim 6 Avr - 16:43

    Mary avait un mal de crâne assez indescriptible. Elle ne comprenait pas. C'était comme si quelqu'un s'amusait à lui broyer avec un plaisir malsain le cerveau. Définitivement pas la plus agréable des sensations. Elle avait l'impression d'avoir le moindre de ses muscles endormis et elle n'osait pas bouger les jambes de peur de sauter au plafond. Qu'est-ce qu'elle fichait ainsi ? Que lui était-il arrivé ? Son cerveau, ralenti, tentait tant bien que mal de trouver la clé de cette énigme. Elle sentait qu'elle était allongée sur quelque chose de plutôt confortable mais ne tenterait pas pousser plus loin ses investigations. Et puis cette lumière blanche éclatante sur son visage. Quel idiot avait-eut l'idée de la mettre sous une lampe aussi !?! Lumière qui ne faisait que faire redoubler son mal de crâne. C'était impossible. Personne n'aurait la charmante idée d'enlever cette lumière étincelante de son visage peut-être ? Léger gémissement de désaccord qu'elle laissa échapper. Elle essaya alors de se couvrir la tête de son drap mais cela fut totalement innefficace. Attendez ! Un drap ? Que faisait-elle allongée dans un lit ? Sa tête s'enfonça un peu plus dans les oreillers. Qu'est-ce qui avait encore bien put lui arriver ? Souvenirs qui commençèrent, vainement, à défiler.

    Dans ses derniers souvenirs elle était à Poudlard, au lac. Non. Il y avait eut autre chose après. Elle ne se souvenait pas. Ecran noir sur ces faits. Et puis... incapable de réfléchir avec un tel mal de crâne. Mais qu'on l'achève plutôt que de la laisser à la torture ! Chacun de ses mouvements la convainquait un peu plus de ne pas bouger mais elle ne parvenait pas à rester immobile. Pile éléctrique en réalité. Une porte claqua dans la salle. Elle se leva subitement, ouvrant les yeux.

    - Hein ? Mais.. aaaaaaaaaaaaaaaaaaah

    Voilà le langage très articulé et réfléchit qui put se faire entendre avant que son mal de crâne combiné à une lumière éblouissante ne la terrasse. Elle ne voulait plus quitter son oreiller. Plus jamais. Qu'on la laisse tranquille. Elle pouvait entendre des voix au loin. Torture. *Mais taisez-vous !!!!!!!* Elle tenta alors de trouver quelque chose qui lui permettrait au moins d'être à l'abri de ce bourreaux de soleil et laissa son bras chercher désespérement.. n'importe quoi. Un interrupteur, une poignée... Elle ne savait. Juste une chose qui la replongerait dans le noir. Seulement... ce ne fut pas ce qu'elle voulait qu'elle attrapa et un objet non-identifié tomba avec grands fracas, ce qui tira un gémissement bien plus fort de la part de Mary.

    Mais où était-elle par Merlin ? Elle pouvait entendre des pas précipités venir vers elle. Qu'ils filent. Elle voulait seulement un peu de silence et être dans le noir. Elle se retourna pour essayer d'éloigner le plus possible le bruit d'elle, seulement il y avait une chose à laquelle elle n'avait pas pensé. A force de bouger, les draps s'étaient emmélés et détachés du lit et... Mary finit par tomber sur le sol d'une façon tout à fait élégante. Piaf brisé qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait.

    - L'ssez moi... tranquille... dormir...

    Charmant discours.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Ven 9 Mai - 21:01


    free music


    Le sang macule l'herbe verdoyante du parc de Poudlard. Le liquide rouge se repend lentement, arrivant jusqu'a lui... indiquant le chemin. Il avance, lentement, avec crainte, ses yeux observent le moindre détail et enfin il tombe sur elle... Ce corps, désarticulé. Poupée qu'on a laissé tombé. C'est lui qui chute. Devant le corps de celle qu'il a aimé. Il prononce des paroles incompréhensibles, mêlées aux sanglots. Mais les yeux clos s'ouvrent, l'observent avec gravité, haine même. Il se recule, assez pour voir que le corps qui n'est que lambeaux se soulève, lui fait face et parle. Elle l'accuse... crache son venin. Une partie de son visage n'est plus. Le Prince se recule, effrayé par cette vision.


    Elle - « Tu es la cause directe de ma mort Severus. Regarde! Tu as tout détruit, tu m'as détruite. Et pourquoi ? Une enfant que tu ne possédera JAMAIS! »

    Le cadavre s'était de nouveau avancé vers lui, chute qui s'en suivit, celle du présumé Directeur de Poudlard. Il s'était réveillé en sursaut, la sueur maculant son front. Ses yeux avaient cherché en vain le corps décharné dans la chambre. Rien et la faible lumière de la lune traversant les rideaux le sortit de son état léthargique. Il tremblait. Comparable a un enfant qui venait de faire le pire des cauchemars. Enfant... adulte qui revoyait la mort un peu plus durement chaque jours. Il s'était débarrassé de ses dras, sortant de ce lit. Maudit. Cette chambre n'était qu'une boite de souvenirs plus ou moins vivaces. Severus avait revêtu un pantalon, tout aussi sombre que la pièce, aussi sombre que l'était a présent son humeur. Et ce fut dans le salon de ses appartements qu'il oublia pour quelques heures seulement ce qu'il s'était passé. Une potion mélangé a un verre d'alcool. Amnésie partielle. Il avait pu terminer sa nuit, du moins... la commencer et ce furent les rayons du soleil qui l'éveillèrent et ceci a défaut des coups frappés a sa porte. Sursaut alors qu'il entendit le troisième coup. Rage qu'il contenta devant l'importun qui osait le déranger de si bonne heure. Mais quelle heure était-il au fait ? Onze heures.

    Inconscient - « Trois élèves ont été retrouvé... dont une Serdaigle... et l'infirmière semble avoir besoin de vous... elle... elle a besoin de vos compétences de Maître des Potions. »

    Crétin. Que celui qui mentionné la présence de ses appartements a cet endroit fuit Poudlard et de suite si il tenait encore a un semblant de vie. Et ce gosse, qui n'arrêtait de trembler, stupide blaireau que Severus congédia aussitôt. Il n'avait encore analyser les paroles de l'étudiant, si bien que ce ne fut pas de suite qu'il daigna rejoindre l'infirmerie. Du temps, il en prit et grandement, si bien que ce ne fut qu'une heure plus tard qu'il pénétra dans la pièce aux murs blancs... si désagréable. Et bien évidemment, ces gosses ne pouvaient dormir comme tout le monde...

    Infirmière - « Je ne sais pas ce qui leur ait arrivé. Mais vous devriez aller voir la demoiselle au fond... elle ne cesse de s'agiter et de prononcé des paroles incompréhensibles. »

    BAM

    Le Maître des Potions s'était rapidement dirigé vers la raison de l'étrange bruit. Une personne tombant au sol et pas n'importe qui. Mary. Il s'était stoppé net, comme figé dans sa vision d'un oiseau piégé. Ryder, elle qui appréciait tellement cet endroit. Ironie soudaine. Le Prince s'était accroupit auprès de la demoiselle qui manifestement avait quelques problèmes avec le soleil. Murmures qu'il fit a l'encontre des fenêtres. Voile qui s'était alors dressé. La pièce était devenue sombre.


    Severus - « Mary »

    Il avait soulevé la gamine pour la remettre sur le lit et ainsi dans une position peut-etre un peu plus confortable qu’avant.

    Severus « On a voulu tester ses capacités en matière de vol ? »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Sam 10 Mai - 17:56

    Elle s'était emmêlée dans ses draps et son mal de crâne ne faisait qu'empirer. C'était... un cauchemard. Et cette lumière qui à présent l'assaillait comme jamais... Qu'on fasse quelque chose. N'importe quoi. N'importe qui. Elle s'en moquait. Du moment qu'on la mettait dans une pièce où le mot "lumière" perdrait toute sa signification. Elle ne s'était pas rendue compte qu'une personne s'était approchée d'elle, trop occupée à grogner à terre. Elle avait de la chance. Elle ne s'était pas assomée sur la table qui était à côté du lit. Quoique. Chance. Vu la douleur qu'elle ressentait elle aurait préféré être inconsciente. Odeur familière qui parvint jusqu'à elle. Elle tenta de bouger la tête pour en comprendre la provenance, mais elle ne le pouvait pas. Du moins, elle préférait ne pas tenter. Le soleil avait disparu soudainement. Soupir de soulagement. De bonheur presque. Maintenant que cette lumière éclatante n'était plus, son mal de crâne semblait être bien moins violent qu'auparavant.

    - M'ci.

    Elle ne savait pas encore à qui elle parlait. Elle n'avait pas encore compris. Simples remerciements envers un inconnu. Remerciements on ne pouvait plus sincères. "Mary". Elle avait ouvert les yeux en entendant son prénom. En entendant cette personne le prononcer surtout. Comment avait-elle pu ne pas savoir que c'était lui ? Cette odeur tout à l'heure... cette odeur si familière. La sienne. Tout irait bien à présent. Elle le savait. Maintenant que son Prince était là, rien ne pouvait lui arriver. Avec son Prince à ses côtés, tout lui paraîtrait plus simple. Sourire qu'elle lui avait fait avant de se sentir soulevée dans ses bras. Elle s'était laissée faire, docilement. Se rendant compte que les douleurs dans ses jambes n'étaient du qu'à l'immobilité dans laquelle elle avait été mise. Soulagement encore. Tout cela ne devait pas être bien grave. Enfin, elle en serait certaine quand ce mal de tête aurait totalement disparut. Elle avait atterir sur ce lit, confortable en réalité. Il l'avait installée de la meilleure des façons possibles. Premiers contacts depuis près d'un mois entre eux deux. Elle aurait des choses à lui dire, mais pas tout de suite. Ils avaient le temps. Ils avaient tout leur temps. Quand ils étaient ensembles.
    Rire qui se transforma en toux et qui s'arrêta bien vite. Elle le regardait, un grand sourire sur le visage à présent. Il avait toujours le mot pour rire. Combien la croirait si elle leur disait que Severus Rogue avait un excellent sens de l'humour ? Peu. Très peu. Mais elle s'en moquait. Quand ils étaient tous les deux, ils pouvaient être vrais. Rares instants dans leurs vies. Enfin. Ils pouvaient être vrais. Le pouvaient-ils encore ? La mort d'Hélène avait changée bien des choses, mais cela, Mary espérait que cela aurait été préservé, au moins.

    - Et il faut croire que je ne suis pas un véritable volatile. Atterrisage... trop difficile pour moi.

    Elle avait rit de nouveau. Silencieusement, de peur de déclencher de nouveau cette toux. Elle avait attrapé la main du Prince. Juste... jouer avec. Elle ne parvenait pas à croire qu'il soit là à vrai dire. Ce dernier mois avait été tellement, tellement difficile. Elle n'avait plus osé l'approcher après sa terrible annonce et ensuite, l'enlèvement... Il ne s'était pas passé un jour sans qu'elle ne pense à lui. Pas une heure où elle se demandait ce qu'il faisait, s'il allait bien, s'il n'avait pas besoin d'elle alors qu'elle ne pouvait être là pour lui. Elle avait tremblée pour lui quand elle ne tremblait pas pour elle. Elle finit par déposer un baiser sur sa main. Il était là, lui. Quand elle avait besoin de lui. Une présence assurément bien plus efficace que bien des potions.

    - Comment vas-tu ? Et comment va Selena ?

    Elle venait seulement de remarquer ses traits tirés. Apparement, il ne devait pas bien dormir. Et elle s'inquiétait pour lui. Elle avait beau avoir un lutin s'amusant à taper sur une enclume dans son crâne, elle s'inquiétait plus pour lui que pour elle. Craintes qui s'étaient accumulées depuis un mois. Craintes qui avaient besoin d'avoir des réponses. Elle aurait voulu qu'il vienne s'asseoir à ses côtés, qu'il ne reste pas debout. Elle se rendit seulement compte qu'elle ne lui avait pas posé une question de vitale importance.

    - Où sommes-nous ? A.... Poudlard ?

    Il lui semblait reconnaître l'endroit. Si ils étaient à Poudlard, ils étaient à l'infirmerie. Seulement, elle n'en était pas certaine. Elle n'avait jamais réellement séjourné ici, aussi, elle ne se souvenait pas du lieu. Amnésie partielle en réalité due au choc reçut, mais ça finirait par lui revenir. Inquiétudes qu'elle exprimait, mais son sourire était toujours là. Fière de l'avoir retrouvé.

    [haaaaaaaaaaaan. c'est nul, nul, nul, nul >< ]

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Sam 10 Mai - 18:46

[Court se tirer une balle. C'est deplorable et ça part en réel freestyle T___T]



    Un rire, cela faisait si longtemps... et surtout celui de Mary. Gamine qui avait disparu du jour au lendemain, sans qu'il ne sache pourquoi. Aucune explication. Il lui en avait voulu, atrocement. Partir, si facilement. Et Severus n'avait fais que de sombrer un peu plus. Hélène, puis Mary... Seule sa fille était restée, gosse qui n'arrêtait de brailler. Et lui, il ne savait quoi en faire. Aussi, ces derniers temps, il avait presque oublier la présence de l'enfant qui pourtant méritait toutes les attentions. Severus avait tout perdu, alors une personne de plus ou de moins, surtout celle qui lui rappelait la femme qu'il avait aimé... Et les yeux noirs qui s'étaient pendant un court instant voilé avaient reprit de leur indifférence. Froideur, même si le fait de revoir Mary aurait pu le satisfaire, pleinement.

    Severus « Tu n'es ni un blaireau, ce que je ne te souhaite pas... ni une Lionne et encore moins une Vipère, quoique, j'ai parfois des doutes là dessus. Un Piaf Mary, un ridicule oiseau qui se marche sur les ailes... »

    Et de nouveau ce rire de Mary. Il avait détourné le regard. Rire, insouciance. Plus jamais ceci ne serait possible. Tout ce qu'il s'était permis aux cotés de Mary... oublier le monde l'espace de quelques temps, ne plus être l'homme acariâtre. Aujourd'hui il n'était que trop blessé et c'est avec indifférence qu'il avait laissé la Bleu s'emparer de sa main, avec indifférence qu'il l'observait. Ce n'était plus comme avant, là où son regard pouvait s'animer. Mort, comme le reste de sa personne. Trahi une nouvelle fois par celle qu'il pensait aimer. Et voir Mary n'était que des plsu déchirants. Aussi, lorsqu'elle s'était permise d'apposer ses lèvres contre sa main, il l'avait vivement retiré. Brûler par ce qui se voulait être agréable. Le Prince s'était éloigné de la jeune femme, lentement...

    Mary « Comment vas-tu ? Et comment va Selena ? »
    Severus « Quelle question. Je vais merveilleusement bien Mary. » Haine qu'il crachait dans ses paroles, mépris profond pour celle qui avait osé une question si stupide. « Et Selena... qu'importe, ce n'est qu'une enfant condamnée. »

    Il la haïrait. Sa fille, elle ne ressemblait que trop a sa défunte mère, si bien qu'il méprisait l'enfant de jour en jour. Incapable de véritablement l'aimer sans lui en vouloir. Revoir celle qui l'avait honteusement abandonné.


    Severus « Mais toi, que fais-tu ici Mary ? Ta nouvelle vie ne te plaisait donc pas ? Partie si facilement. Et voila que Mademoiselle refait surface, comme si de rien n'était. » Il s'était rapidement rapproché du lit, ses mains s'étaient alors plaquées sur les épaules de la demoiselle. « C'est de ta faute. Elle serait encore en vie... Tu as été incapable de choisir Mary. Un Lion t'attendait et toi... tu as joué avec le feu... Mary et son indécision, Mary et son coté butée de gamine insatisfaite. »

    Incohérence totale dans les paroles du Maître des Potions. Mary avait été enlevée et il le savait mai Severus mettait ceci sur le compte d'un abandon, ce qu'il voulait y voir. Et c'est une colère non dissimulée qui anima les yeux noirs.


_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Dim 11 Mai - 15:24

[Atta. Garde moi une balle aussi. C'est de pire en pire xD]


    Trop heureuse de le revoir, elle ne voulait pas voir la vérité. Elle n'avait pas conscience de tout ce qu'il se passait en lui. Peur en réalité. Peur de ne le trouver que trop détruit. Peur de sa réaction alors qu'elle avait misérablement fuit. Accepter cette mission. Folie que voilà. Elle lui avait promis de toujours être là et elle était partie. Mais avant son départ... la vie à Poudlard lui était intenable. Ne pas pouvoir l'approcher. Avoir peur de faire un faux-pas. Avoir peur de risquer de tout détruire par un geste déplacé. Elle s'était épuisée à le voir se refermer, chaque jour un peu plus. Et elle n'avait fait que se refermer elle-même. Pauvre lion. Matthew n'avait pas eut le droit de voir son amante depuis. Elle avait refusé tout contact avec lui. Accusant le coup. Difficilement. Voir Severus sombrer sans ne pouvoir rien faire. Voilà la véritable raison qui l'avait amenée à partir, en plus des quelques avantages promis par la ministre. Un besoin vital de s'éloigner de lui, de faire le point, de comprendre. Pourquoi ? Question qui revenait sans cesse. Et cette constatation, plus terrible heure après heure : en partant, Hélène avait réussit à les éloigner l'un de l'autre et elle le vivait mal. Très mal. Alors oui, elle essayait de faire de l'humour, de nier leurs problèmes, tenter de retrouver cette proximité dont elle avait tant besoin avec lui. Oublier les autres.

    Elle ne s'était rendue compte qu'au moment où il retira sa main de son mal-être. Severus... son Prince. Mais elle ne savait comment réagir face à lui. Elle détestait le voir perdu. Elle détestait le voir souffrir. D'autant plus quand elle savait en être la cause. Hélène ne s'était pas jetée du sommet de cette tour pour rien. Des jours durant elle avait pensé à cela. Et aux conséquences. Dramatiques. Hélène lui avait dit vouloir le bonheur de Severus, mais elle l'avait détruit en partant. Et elle avait fait bien plus de mal à Mary qu'elle n'en aurait jamais fait en l'attaquant physiquement.

    Il l'aurait giflée, elle n'aurait pas vu la différence. Cette haine à son égard... Elle savait pertinemment qu'il ne pouvait pas aller bien. Elle voulait seulement qu'il parle de cela, qu'il ne garde pas toute cette douleur en lui. Qu'il lui fasse confiance, à nouveau. Mais ce n'est que le mépris qu'elle avait reçut. Son départ lui avait apparement fait perdre le droit d'être aussi proche de lui.

    - Ne dis pas ça.

    Selena. Condamnée. Deux mots qui n'allaient pas ensembles. Evidemment elle avait les traits de sa mère, en partie. Evidemment il souffrait de cela. Mais il faudrait qu'il comprenne. C'était sa fille. Son sang. Sa.... famille. Il fallait qu'il accepte cela, même si Hélène n'était plus là, il fallait qu'il l'accepte. L'enfant avait le droit de vivre, et de rendre heureux son père.

    Incompréhension tout d'abord. Nouvelle vie ? De quoi parlait-il ? Léger gémissement de douleur en se faisant plaquer ainsi au lit. Ainsi, il lui reprochait tout. Maintenant. Avec une colère et une haine qu'il employait rarement à son égard mais qui avait le pouvoir de la blesser plus que n'importe quel sort. Indécision. Hésitations. Le pire dans tout ce qu'il lui disait était qu'elle savait, au fond d'elle, qu'il avait raison. Elle savait que c'était ses sentiments pour ces deux hommes qui l'avait détruit lui... et qui n'allaient pas tarder à détruire Matthew. Trois mots qu'elle devait dire au lion. Trois mots qui seraient synonymes de trahison. Elle savait que Matt la haïrait à jamais après cela. Mais sa "nouvelle vie" lui avait permis de choisir. Et elle n'était même pas certaine d'être heureuse de ce choix.

    - Sev' je... je ne voulais pas t'abandonner. Je voulais être là, vraiment mais... tu ne me laissais même pas t'approcher. J'étais piégée ici... je ne pouvais même rien faire pour toi. Si j'étais partie de mon plein gré ça n'aurait pas duré aussi longtemps... et....

    Sanglots. Elle haïssait quand ils étaient ainsi, à se hurler dessus, à se justifier pour des actes injustifiables. "C'est de ta faute". Elle le savait. Culpabilité. Jamais elle n'aurait pu penser qu'Hélène en arriverait là. Qu'elle tente de la tuer oui, sans aucun doute, mais qu'elle mette fin à ses jours. Jamais elle ne l'aurait cru capable de cela. Elle avait relevé les yeux pour croiser le regard du Maître des potions. Celui dont la vie l'intéressait bien plus que la sienne. Celui qu'elle aurait voulu protéger à n'importe quel prix de ce qui était en train d'arriver. Celui à qui elle avait fait plus de mal qu'à n'importe qui d'autre en voulant l'aimer. Folie qui avait été celle-là. Elle récidivait. A croire qu'elle n'apprenait rien.

    - Et j'ai choisit. Trop tard.... beaucoup trop tard. Je... pardonne-moi Severus.

    Elle n'arrivait même pas à finir. Choisir. Elle avait finit par le faire. Elle s'était rendue compte qu'elle les détruisait tous les deux. Elle s'était rendue compte qu'un seul d'entre eux occupait ses pensées alors qu'elle était captive. Un seul d'entre eux l'inquiétait. Un seul d'entre eux la faisait trembler à l'idée qu'elle pouvait le perdre du jour au lendemain. Un seul d'entre eux lui manquait cruellement. Un seul d'entre eux occupait ses rêves et ses cauchemards. Un seul. Constatation trop tardive assurément. Elle avait besoin de sentir ses bras autour d'elle et de le prendre dans ses bras également. Elle avait besoin de l'embrasser et de lui dire que tout irait bien pour eux deux. Elle avait besoin de lui dire que la vie pouvait leur sourire à eux aussi. Elle avait besoin de cet homme et de nul autre. Folie que d'avoir cru qu'elle pouvait aimer deux hommes. Elle avait posé ses mains sur la redingote de son Prince. Qu'il ne parte pas. Qu'il ne fuit pas. Qu'il la pardonne. Elle s'était perdue.

    - Pardonne-moi mais.... je... je ne peux pas vivre sans toi.

    Telle était la conclusion à laquelle elle était arrivée durant sa captivité. Elle ne pouvait pas vivre sans lui. Loin de lui, sans savoir ce qu'il ressentait, dans la crainte de ne pouvoir être là quand il avait besoin d'elle, de ne pas pouvoir l'aider, de ne pas pouvoir le voir, un jour, à nouveau, heureux.

    - Mais je ne te mérite pas. Pas après tout ce que j'ai détruit. Je... je ne savais pas. J'aurai préféré qu'elle me tue plutôt que de faire ce qu'elle a fait.

    Gamine qui avait détruit une vie. Une de plus. Par sa faute. Et pire que tout, elle détruisait la vie de l'homme qu'elle aimait le plus au monde. Elle n'osait plus recroiser son regard. Elle n'osait pas chercher sa réaction face à ses paroles. Il avait toutes les raisons de la haïr, et rien ne pouvait venir soulager la peine qu'il ressentait, ni ne pouvait venir amoidrir le crime commis par le volatile. Elle s'était perdue, et les avait tous entraînés dans sa chute.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Lun 12 Mai - 15:30



    Mary - « Ne dis pas ça. »
    S
    everus - « Oh si je me permet ces paroles. Car ce n'est pas ma fille mais la sienne. La fille d'une lâche... »

    Comment pouvait-il la renier a ce point ? Ne voir que la mère de l'enfant dans les traits de celle-ci alors qu'elle n'était pas qu'un reflet de l'être perdu. Selena était tout autre chose. La personne qui aurait pu le sauver de cette chute mais Severus ne voulait rien voir. L'aide aussi infime soit-elle, il la rejetait violement. Il avait espéré ne plus jamais retomber, si bas. Mais c'était ainsi, a croire qu'il ne pouvait accédé a une parcelle même de bonheur. Illusion pour finir a terre, désemparé, blessé et torturé. Voila pourquoi il s'était renfermé après avoir ''tué'' Lily, pourquoi il n'avait inspiré que la haine autour de lui et Hélène... elle avait eu la folie de réveiller le coeur sous l'étau qu'il pensait solide, elle avait commis cette faute et pourquoi ? L'abandonné si facilement. Et cette même question revenait toujours, si il n'avait cédé a ses sentiments envers Hélène, que se serait-il passé avec Mary ? Gamine a qui il reprochait tout, alors que la faute ne venait que de lui. Avoir cru que seule l'amitié animait leurs conversations et autres, que ces gestes n'étaient pas équivoques. Il s'était menti a lui même, jouant sur deux terrains qu'il savait dangereux. Mais non, en bon égoïste Severus n'avait vu ceci, seul lui comptait et le mal qu'il avait pu faire a Hélène a cause de cette relation lui avait échappé, entièrement. Ce n'était qu'aujourd'hui, une fois morte, partie qu'il comprenait peu à peu. Sentant le vide revenir, sa douce amie la Folie mais aussi la Haine. Et c'est vers Mary qu'il dirigeait tous ses sentiments, parfois bien contradictoires.

    Mary - « Sev' je... je ne voulais pas t'abandonner. Je voulais être là, vraiment mais.. »

    Un ''mais'' ... Il y en avait toujours, rien ne pouvait être totalement carré et droit. Et c'est ce simple mot qui avait attiré l'attention du Maître des Potions, pas les paroles précédentes qui auraient pu excusé Mary, du moins lui faire comprendre qu'elle n'avait voulu partir, le laisser seul. Mais une nouvelle fois, le Prince était aveuglé par ses propres émotions, interprétations. Il ne voulait entendre les explications de la Gamine qui de toute façon n'expliqueraient pas son départ, selon lui. Si elle avait disparu ce n'était que de sa faute, car combien d'élèves avaient été enlevé et ceci au bord du lac ? Jamais elle n'aurait du y aller. Mais voila, probablement que Mademoiselle dans un excès de courage avait voulu faire comme ces Lions, comme Potter autrefois. Prouver qu'elle était capable de résoudre une affaire que même le Ministère de la Magie n'avait pu comprendre. Stupide oiseau!

    Et voila qu'a présent elle pleurait. Longtemps, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu les larmes sur le visage de Mary et il n'en avait pas été touché, au contraire. Mais qu'elle pleure comme la gamine qu'elle était et le fait qu'elle ose le regarder dans les yeux n'avait pu que faire naître, à nouveau, ce sentiment de mépris. Car elle se rendait enfin compte, n'est-ce pas ? Folie que d'aimer deux personnes, lui aussi avait compris ceci mais Mary, une gosse, n'était capable de prendre sur elle et voila que lui s'était éloigné d'elle, fuyant cette image qui s'imposait dans son esprit. * Responsable! *
    - Non, c'était entièrement faux. Il n'était pas la cause des sanglots de la jeune femme, du tout. Alors pourquoi ressentait-il de la culpabilité ? Ce sentiment qui fait naître un profond dégoût de soi-même ? Il avait balayé cette idée d'un geste de la main.

    Mary - « Et j'ai choisit. Trop tard.... beaucoup trop tard. Je... pardonne-moi Severus. »
    S
    everus - « Je suis ravis d'apprendre ceci Mary. Dois-je te féliciter pour ton élan de maturité ? Être capable de choisir entre deux personnes, bravo, c'est un exploit venant de toi. Mais que fait donc le Lion ? Pourquoi n'est-il pas a ton chevet ? ... Peut-être a t-il compris que tu jouais, avec lui, avec moi... «

    Lueur de folie qui dansait dans les yeux onyx tendit qu'il finissait de cracher son venin, telle la vile Vipère qu'il était. Et Severus ne comptait s’arrêter en si bon chemin.

    Severus - « Tu vois Mary... j'ai compris. Il est inutile de s'attacher. Donc je vais te laisser avec ta Conscience Mademoiselle Ryder. En espérant que celle-ci réussisse a te faire comprendre que jouer n'est pas permis a tout le monde. »

    Mais a peine avait-il envisagé de partir, que les mains de Mary s'étaient agrippées a sa redingote. Curieux geste alors qu'elle prononçait des paroles qu'il avait tenté de fuir, vainement. "Pardonne-moi mais.... je... je ne peux pas vivre sans toi." Severus avait posé ses mains sur celles de Mary, les détachant brusquement de sa veste. Il ne voulait plus avoir a supporter son regard, cette étrange pitié, sentiments qu'il ne voulait plus admettre, pour elle. Et comme si les précédentes paroles n'avaient suffit, Mary avait continuer. Mots qui n'avaient aucun sens. Qu'elle se taise. Il s'était assis a terre, contre le rebord du lit. La réalité. Violente, assassine. C'est lui qu'elle avait choisi, lui alors que Matthew aurait pu lui apporter beaucoup plus. Lui, homme non fréquentable, haïssable. Lui, juste lui et pour ceci le masque était retombé, celui de l'adulte désabusé. Enfant qui avait entendu les paroles tant attendues.

    Severus - « Tu ne mérites pas de sombrer avec moi Mary. Il aurait été si simple de choisir ton Lion. Mais non, la complication, comme toujours. »

    Fin sourire qui s'était dessiné sur ses lèvres.
    Depuis longtemps, trop longtemps qu'il avait perdu ce goût.


    Severus « Tu m’as manqué Mary… »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Lun 12 Mai - 18:03

    Severus - « Oh si je me permet ces paroles. Car ce n'est pas ma fille mais la sienne. La fille d'une lâche... »

    Mary avait peur. Pas de connaître la cause de son mal de tête non, peur pour lui. Il reniait totalement Selena. Il ne la considérait même plus comme sa fille. Et pourtant, elle l'était. Elle avait exactement les mêmes yeux que son père. Elle lui ressemblait réellement même si elle avait consérvé bon nombre de traits d'Hélène. Elle était sa fille. Sa famille. Il ne pouvait ignorer cela. Il ne devait pas la rejeter. La gamine ne s'en rendait même pas compte, mais son indignation et sa douleur à le voir rejeter ainsi Selena, lui rappelait un autre enfant qui lui, par contre, n'avait jamais pu voir le jour. Pour protéger la famille de Severus, justement. Alors oui, Hélène avait été lâche, mais ce n'était pas une raison pour que lui le devienne. Lui... il était fort. C'était une terrible épreuve mais il réussirait à la dépasser. Elle le savait. Elle avait confiance en lui pour se ressaisir.

    Mary - « C'est ta fille Severus. Ton sang... ta famille. Et toi... tu n'es pas un lâche. »

    Affirmation. Il n'était pas lâche. Elle le savait. Combien de fois aurait-il pu l'être ? Souvent. S'il l'étais, il se serait ôté la vie il y avait bien longtemps. Mais il n'était pas lâche. Et il aimait Selena, au fond de lui, elle le savait. Elle l'avait vu avec le temps, apprendre à aimer sa fille. Et quand elle était née, même s'il s'était séparé de la mère, il était heureux. Il aimait sa fille. Il ne pouvait le nier. Il ne pouvait pas la rendre responsable pour ce qu'Hélène avait fait.

    Et ce qui devait arriver arriva. Il avait craché sa haine sur elle. La blessant un peu plus seconde après seconde, comme il savait si bien le faire. Lui faisant bien sentir le mal qu'elle lui avait fait. Décuplant sa culpabilité qui n'avait été qu'un simple doute jusqu'à présent : m'en voudra-t-il ? Elle avait eut la réponse. Il lui en voulait. Bien plus qu'elle ne l'aurait jamais imaginé. Il lui en voulait pour tout, à elle qui lui avait juré être là et qui avait faillit à sa promesse. Elle qui tentait vainement de se justifier et qui, de nouveau, n'avait pas su retenir ses larmes. Déception, envers elle-même. Culpabilité profonde. Elle s'en voulait. Elle le voyait bien, il sombrait, et elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait faire pour l'aider à se relever. Se justifier. A quoi bon ? Elle n'aurait pas du partir. Accepter cette mission du ministère. Accepter de s'éloigner de lui alors qu'il vivait une période aussi difficile. Elle aurait du refuser et rester à ses côtés. Le soutenir, quoi qu'il lui en coute. Contre sa volonté propre s'il le fallait. S'imposer. Mais elle n'avait voulut rompre cela. Peur de ne s'imposer que trop tôt à lui. Peur d'arriver trop tard également. Mais à cause de cela elle le perdait. Son Prince. Celui qu'elle ne pouvait supporter de perdre. Trop longtemps ils avaient voulu se croire libres de toute passion, de tout sentiment d'appartenance de l'un envers l'autre. Il avaient voulu croire que ce n'était qu'une amitié sans chercher à comprendre ce qui se cachait derrière cela et la destruction que ça engendrerait. Trop longtemps ils s'étaient voilés la face, et aujourd'hui, aujourd'hui ils en payaient les conséquences au prix le plus cher.

    Elle n'osait plus lui faire face. Elle avait choisit oui. Bien trop tard. Maturité. Peut-être, elle ne savait. Folie que d'avoir voulu les aimer tous les deux. Sagesse peut-être que d'avoir compris que ses actes ne restaient pas sans conséquences. Couteau dans le coeur que ses paroles. En effet, Matthew n'était pas là. Matthew ne viendrait pas. Elle était partie sans le prévenir, et avant cela, elle refusait déjà de le voir. Elle l'avait perdu, son lion. Lion qu'elle avait aimé et pour qui elle gardait des sentiments profonds, mais ce n'était pas comme Severus. Cependant, lui qui disait l'aimer... oui. Elle aurait aimé le voir là.

    Mary - « Ne me parle pas de lui, je t'en prie. »

    Douleur. Elle avait choisit oui, et ce n'était pas le lion. Ce n'était envers celui avec qui le mot avenir existait qu'elle avait décidé de rester. Un homme qu'elle détruirait en lui annonçant sa décision. Elle le savait, et elle en souffrait déjà. Elle n'avait voulu que l'aimer. Elle l'avait prévenu en lui disant que tout était trop compliqué avec elle et qu'il ferait mieux de ne pas l'aimer, mais il n'avait pas voulu l'écouter. Matt avait voulait croire en eux. Là était sa plus grande erreur. Sa seule erreur assurément. Panique qui l'avait gagnée quand il lui dit qu'il allait partir. Elle l'avait retenu. Non. Qu'il ne parte pas. Pas lui. Elle ne le supporterait pas. Qu'il reste à ses côtés, avec elle. "Il est inutile de s'attacher." Qu'avait-il compris ? Pensait-il qu'elle avait choisit en faveur de Matt ? Il n'avait donc pas compris. S'attacher.... il l'avait accepté. Pour elle. Elle se souvenait parfaitement de la diffculté de leurs relations au début mais il avait accepté. Il avait accepté leur amitié, de la considérer comme son égale. Il avait accepté tout cela et elle ne pouvait pas le trahir. Même si elle le voulait, cela serait largement au-dessus de ses forces. Elle lui devait la vie, et encore aujourd'hui, vivre sans lui, lui était totalement impossible.

    Il avait ôté ses mains. Il allait partir malgré tout. Rien ne pourrait le ramener. Paroles qu'elle avait prononcé sans même réellement s'en rendre compte. Hélène... combien de fois avait-elle eut cette pensée ? Elle se souvenait parfaitement du jour où elle avait du révéler à Severus la terrible nouvelle. En le voyant souffrir autant, elle aurait préféré que les places eurent été échangées entre les deux femmes. Mais comment aurait-elle pu deviner que ça en arriverait-là ? Elle l'avait vue, quelques jours plus tôt seulement, heureuse avec sa fille dans ses bras. Pourquoi avait-elle fait ça aussi subitement ? Sans laisser de messages ? Alcool peut-être. Folie. Cela était certain. Mais si elle l'aurait dit à Mary, probablement cette dernière aurait-elle acceptée de se retirer. Laissant ainsi au couple une vie à deux, et vivant, enfin, de son côté sa propre vie. Coupant le cordon ombilical qui la liait à son Prince. Mais Hélène ne lui avait jamais laissé entendre cela. Elle avait préféré fuir cette situation plutôt que d'en parler avec elle. Elle ne pouvait absolument rien faire pour tenter d'arranger la situation. Hélène était morte, et ses sentiments pour Severus bien trop découplés pour qu'elle puisse rester avec le lion sans le trahir un peu plus, heure après heure. Son choix avait été longuement réfléchis, un choix déchirant pour elle et qu'elle avait jurée de ne jamais faire. Mais ce qui devait arriver était arrivé. Depuis le début elle le savait : si choix il devait y avoir, ce serait Severus qui emporterait son coeur. Un choix qu'elle n'avait jamais dévoilé, à aucun des deux. Jusqu'à aujourd'hui.

    Il n'était pas parti finalement. Il s'était seulement glissé le long du lit. Elle pouvait voir ses cheveux. Et elle attendait. Une réponse. Des paroles. N'importe lesquelles. Qu'il dise quelque chose. Qu'il ne reste pas silencieux ainsi.

    Severus - « Tu ne mérites pas de sombrer avec moi Mary. Il aurait été si simple de choisir ton Lion. Mais non, la complication, comme toujours. »

    Que devait-elle en penser ? Ces paroles n'étaient plus pleines de mépris ou de haine non. Espoir qui venait de naître.

    Mary - « Je ne sombrerais pas Sev'. Pas si je suis avec toi. Si on est ensembles ça ne peut que bien aller. Et puis.... j'ai toujours été compliquée. »

    Sourire. La tension était retombée. Comme toujours. Elle finissait toujours par retomber. Ils avaient simplement besoin de se rassurer l'un l'autre. Il en était toujours ainsi avec eux. Etre ensembles. C'était là qu'ils puisaient le plus de force. Ils sombraient toujours en s'éloignant.

    Severus - « Tu m’as manqué Mary… »
    Mary - « Toi aussi Severus, tu ne peux pas imaginer à quel point. »

    Dans son cas "manquer" était même un euphémisme. Elle sentait son absence plus durement jour après jour. Et maintenant qu'il était là... Elle ne savait pas ce que cela pouvait signifier pour eux deux. On ne pouvait plus mettre de mot sur leur relation. Mais tant pis. S'ils pouvaient être ensembles, ils avaient tout le temps devant eux pour parler de cela. Elle avait posé sa main sur les cheveux de celui qu'elle avait choisit. Il était là. Vraiment là. Il n'avait pas fuit. Il était resté là. Son Prince.

    Mary - « Dis... tu remontes ? Parce que t'es bien mieux en Prince imposant qu'en serpillère... »

    Sourire rieur. Cette culpabilité, ce poids ressenti.... Elle voulait se racheter auprès de lui. Le voir. Le serrer dans ses bras même si il la laissait faire. De là où elle était, elle ne pouvait pas l'attraper asssis comme il l'était. Juste, être avec lui. Et parler, réellement. Plus qu'il n'avait pu le faire au cours des dernières semaines et des derniers mois. Se dire les choses, ils en avaient besoin.

    Mary - « Hum... Est-ce que... enfin, je.... ça veut dire quoi pour nous Sev' ? Enfin... je veux dire, on peut plus dire qu'on est amis non ? »

    Hésitation. Elle n'avait pas pu résister et lui avait posé cette terrible question. Qu'est-ce que cela signifiait encore pour eux ? A quelle étape étaient-ils passés ? Il était peut-être tant de requalifier leur relation.

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Mar 13 Mai - 22:56

    Mary - « C'est ta fille Severus. Ton sang... ta famille. Et toi... tu n'es pas un lâche. »
    Severus - « Mon sang ? Mais il est souillé a présent. Gamine qui n'aurait aucun mérite, si ce n'est de ne pas avoir vécue la folie de sa mère. Elle-n'est-pas-MA-fille. »

    Chaque mot avait soigneusement été articulé, cherchant alors a convaincre Mary, a se convaincre lui même. Cette enfant n'aurait aucun mérite plus tard. Et puis, si elle venait a lui demander où se trouvait sa mère, que lui répondrait-il ? " Seuls les Piafs sont capables de voler, elle a chuter misérablement. " Il avait chassé cette idée d'un geste de la main. Non, ce n'était certainement pas la meilleure des solutions, tout comme il ne se voyait pas élever cet enfant. Incapable de ce domaine. Il n'y connaissait rien, de plus, une fille, si fragile... Non et non. Severus n'en voulait pas. Mais alors, pourquoi ne pas l'avoir empoisonné depuis la mort d'Helene? Pourquoi ne pas avoir ignoré les pleures de l'enfant, et plus particulièrement en pleine nuit ? Si il avait réellement souhaité sa mort, le Prince n'aurait pas fait tout ceci. S'occuper d'elle, même si il avait bien du mal certes, mais il ne la laissait tomber, seule. Sa fille. Gosse qu'il se voyait obligé de tenir dans ses bras, idée qui le révulsait toujours, de peur de la laisser tomber... Et une mort de plus... c'est cette idée même qu'il ne supportait. Être responsable, à nouveau. Il n'avait besoin de ceci. Car la lâcheté n'avait existé chez lui, pour le moment et mieux valait ne pas y penser. Dernière solution, celle qu'il avait souhaité de nombreuses fois. Lâche pour ne pas l'avoir exécuté, lâche pour ne s'être mis en avant dans les batailles. Il vivait encore et se devait de profiter.

    Et le choix,
    Il n'avait compris lequel...
    ...jusqu'a réaliser. Lui-même.


    Mary - « Je ne sombrerais pas Sev'. Pas si je suis avec toi. Si on est ensembles ça ne peut que bien aller. Et puis.... j'ai toujours été compliquée. »

    Ensemble ? Non, ce mot n'avait de signification pour lui, plus à présent et il avait beau aimé cette gamine, aussi étrange que cela puisse paraître, Severus n'était capable de se voir aux cotés de Mary. Pourtant, c'est ce qu'il avait souhaité, par moment. Être avec elle, juste Mary et non Hélène qui pourtant était la mère de son enfant. Et aujourd'hui, une fois face au choix impossible, l'éventualité, il avait peur. Crainte de ce que cela engendrerait pour elle et lui. Ce n'était tout simplement pas possible, envisagé un futur, non. Mais rester amis, là était une chose tout aussi impossible pour le Maître des Potions qui voyait cette gamine autrement. Et les paroles de la Serdaigle n'arrangèrent en rien le chaos régnant au niveau de ses sentiments, ses envies. « Toi aussi Severus, tu ne peux pas imaginer à quel point. » Ses yeux s'étaient clos a l'entente de ces paroles, si... significatives. Un manque que lui aussi avait eu du mal a pallier. Ne plus voir le Volatile, avoir a supporter ses coups de folies et surtout être avec elle, juste ceci. Sentir sa présence...

    Le Prince s'était relevé, faisant alors face a Mary. Les yeux noirs s'étaient pendant l'espace de quelques secondes posés sur elle, pour finalement fixer un point qui se voulait autre qu'elle, mais son regard revenait toujours, se posant sur Mary. Et pour ceci il se haïssait, faiblesse soudaine. Incapacité de décrocher. Imbécile!


    Mary - « Hum... Est-ce que... enfin, je.... ça veut dire quoi pour nous Sev' ? Enfin... je veux dire, on peut plus dire qu'on est amis non ? »

    Il s'était figé. Lueur qu'il avait rapidement fait disparaître de son regard. Non, non et non. Aucun espoir, rien. Ils ne pouvaient imaginé un avenir. Fait impossible. Elle n'était qu'une gosse face à lui. Pourtant, il avait cédé, a plusieurs reprises. Elle était devenue son amante. Quinze, seize ans et lui ? Le visage de l'ancien Mangemort était devenu livide, dénué de tout. Seuls les yeux semblaient encore animé sur la statue qu'il était. Marbre. Severus n'avait aucune réponse. Incapable de formuler quoique ce soit, même si la facilité semblait être le chemin a prendre. Céder a ses sentiments et lui dire qu'a présent il n'aurait plus besoin de tout voiler au profit de quelqu'un d'autre. Et ce qu'il avait toujours souhaité devenait problème aujourd'hui. Question sans réponse. Il avait laissé ses doigt courir sur le drap blanc, évitant soigneusement de trop s'approché de Mary, tout comme de s'éloigner. Perdu entre deux choix. Si simple...

    Severus - « Je ne sais pas... je ne sais pas. On ne peut pas. Tu es une gamine Mary... une gosse. « Flashs dans son esprit, leur étreintes, baisers. Non! « Choisis le Lion, choisis la facilité et non moi. »

    La voix se perdait. Faible. Severus voulait l'éloigner de lui, qu'elle vive sa vie et ne s'enchaîne pas avec lui. Danger. Il n'avait jamais compris le choix d'Hélène mais celui de Mary encore moins. Il y avait tant d'autres personnes autour d'elle, ce château regorgeait de jeunes hommes mais non. Folle! Et la folie anima son geste. Il s'était penché par dessus le lit, effleurant les lèvres de la jeune femme pour finalement lui offrir un baiser désespéré et ceci qu'importe que d'autres personnes eut été présente dans la salle... qu'importe les autres. Mais il s'était aussitôt reculer, comme conscient de ce qu'il venait de faire.

    Severus - « Non. Ce n’était qu’éphémère… illusion. Nous ne sommes rien, l’un pour l’autre… Rien… »

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Mer 14 Mai - 21:22

    Soupir. Il ne l'acceptait dont pas. Toujours pas. Sa fille était totalement innocente de ce qui s'était passé et lui la condamnait. Elle avait secoué la tête. Il ne parviendrait pas à la convaincre de cela. Sa fille était innocente et elle avait besoin plus que jamais de l'amour de son père et non pas d'un rejet de celui-ci. Il ne se rendait pas compte de ce qu'il se passerait dans quelques années quand sa fille lui demanderait ce qui était arrivé à Hélène et qu'elle l'aimerait parce qu'il était le seul parent qu'il lui restait. Il n'avait pas conscience de cela. Mary était convaincue qu'il ferait un bon père, il fallait seulement qu'il admette cela. Qu'il se rende compte de la signification du mot famille. Elle, elle en avait encore le goût en elle. Famille qu'elle avait totalement perdue en l'espace de quelques années, mais lui, il devait le retrouver, réapprendre cela. Et Selena l'y aiderait. Elle qui avait les mêmes yeux que son père.

    Et elle lui avait tout dit. Allant même jusqu'à évoquer un mot qui sonnait bizarrement dans sa bouche. Ensembles. Mais qu'est-ce que ce mot voulait dire ? Elle avait imaginé cela bien des fois. Mélange de désir et de peur qu'il en résultait toujours. Etre ensembles. Elle ne savait qu'en penser. Elle avait un besoin impérieux d'être avec lui tous les jours, dès qu'elle le pouvait, et en même temps elle craignait cela. Alors elle avait usé de la seule chose qu'elle était capable de maîtriser en cet instant, sa sincérité. Elle ne savait pas où cette conversation les mènerait, elle ne savait pas ce qui en résulterait. Situation totalement hybride qu'ils vivaient. Ils ne pouvaient plus être amis. Plus après tout ce qu'ils avaient traversé et vécut ensembles. Ils ne pouvaient pas non plus décider de ne plus se voir. Mary ne le supporterait pas. Alors cette possibilité... ensembles, cela paraissait être la seule option. Mais était-elle vraiment viable ? Il y avait à peine un mois qu'Hélène était morte. Elle avait enfin recroisé son regard. Doutes, amours, espoir, crainte. Tant de choses étaient mélangées. Et elle n'avait pu résister. Elle lui avait posé cette terrible question. Question dont elle attendait la réponse le coeur battant. Inconscient qui venait de démontrer l'importance que cette relation avait pour elle. Cet espoir qu'elle aurait voulut moindre, espoir qu'elle tentait de combattre mais qu'elle ne pouvait s'empêcher d'avoir.

    Peur qui l'agitait à présent. Et si elle le faisait fuir ? S'il se renfermait totalement parce qu'elle avait soulevé une question qui aurait dut être soulevée bien plus tôt ? Elle restait silencieuse, attendant, ne pouvant empêcher cette lueur d'espoir de briller dans son regard. Folie que d'espérer. La chute n'en serait que probablement plus dure. Mais... son Prince. Jamais elle n'aurait cru qu'une telle situation puisse se produire, qu'ils puissent avoir cette infime possibilité de laisser s'exprimer ce qui grondait au fond d'eux, réellement. Pas juste une fois. Une fois... Merlin. Elle n'avait pas pu oublier cette fois-là. Cette soirée où ils s'étaient aimés. Elle pouvait encore se souvenir de la passion qui les avait animé, de l'amour qu'ils s'étaient donnés. Il n'avait toujours pas répondu, et Mary ne savait que penser. Entre espoir et déception. Il n'était pas parti, refusant catégoriquement cette idée, mais il ne répondait toujours pas. Une réponse. Quelques mots. Elle n'en attendait pas plus.

    Severus - « Je ne sais pas... je ne sais pas. On ne peut pas. Tu es une gamine Mary... une gosse. « Flashs dans son esprit, leur étreintes, baisers. Non! « Choisis le Lion, choisis la facilité et non moi. »
    Mary - « On le peut Severus. Nous sommes libres. Et je te l'ai déjà dit, Matt ne fait plus partie de ma vie. Et je... je ne suis pas une gamine quand je suis avec toi... »

    Elle avait baissé la tête, ne pouvant s'empêcher de rougir à cette allusion. Elle se souvenait de leurs étreintes. Parfaitement. De trop même. Ca n'avait jamais rien eut à voir avec Matt. Avec Severus elle se sentait si... femme. Elle-même, pleinement. A lui elle donnait tout, elle ne retenait rien. Elle lui donnait sans compter. Toute son âme était à lui, et les autres n'avaient droit qu'à des miettes d'elle-même. Certes, elle n'avait que 16 ans, et alors ? Elle allait obtenir sa majorité dans les prochains jours, accord qu'elle avait obtenu avec la Ministre pour sa mission. Plus rien ne pourrait les opposer. Quant à la différence d'âge... il y avait bien longtemps qu'elle l'avait oubliée. Elle ne voyait que Lui. Son Prince. L'homme peuplant ses rêves et avec qui elle chérissait le moindre moment partagé. D'autres la désiraient, d'autres voulaient l'aimer. Des hommes plus jeunes, des gamins comme elle. Mais elle ne les voyait pas, plus. Elle ne voyait que Lui. Les autres avaient beau la siffler sur son passage, tenter de l'attirer à eux, elle ne les voyait pas.

    Il n'y a guère que les moines tibétains pour planer comme ça.
    Dans les airs et vaporeuses, Mademoiselle est amoureuse.


    Elle le savait. Elle l'aimait, follement. Et cela avait largement dépassé le stade de l'amitié. Battements de coeur qui s'étaient encore accelérés en le voyant se pencher comme ça sur elle. Anticipation. Souffle coupé. Si proche. Elle n'attendait que cela. Ce baiser. Tout son corps était tourné vers lui pour le recevoir. Simplement sentir son souffle ainsi sur elles, leurs lèvres se frôler. Elle chavirait. Elle voulait être ainsi à jamais, avec lui. Et il finit par lui offrir ce qu'elle désirait tant en cet instant. Ce baiser. Elle y avait répondu avec passion. L'aimant, toujours. Retrouvant le goût de ses lèvres qui lui était devenu si familier avec le temps. Le retrouvant lui. Elle était là, pour lui, entièrement à lui. Il pouvait faire ce qu'il voulait d'elle en réalité, elle lui offrirait tout. Mais à peine eut-elle posé sa main sur son visage pour approfondir le baiser qu'il cessa soudainement l'échange. Haletante. Regard qui le cherchait. Les lèvres encore entrouvertes. Son goût encore sur celles-ci. Elle n'avait même pas réagit au fait que n'importe qui pouvait les surprendre dans cette infirmerie. Le monde avait disparut, et ceci, au profit d'une seule personne. Lui. Son Prince.

    Lui qui savait tant se contredire entre ses gestes et ses paroles.

    Severus - « Non. Ce n’était qu’éphémère… illusion. Nous ne sommes rien, l’un pour l’autre… Rien… »

    Non. Il ne pouvait pas dire cela. Il mentait. Encore une fois. Il reniait cela. Ca aussi. Alors même qu'il venait de lui prouver le contraire. Il ne pouvait pas dire qu'il n'y avait rien entre eux. Il ne pouvait pas dire que tout cela n'était qu'éphémère et poudre aux yeux. Il ne pouvait pas les renier eux. Un pas en avant et deux en arrière. C'était toujours ainsi avec lui. Mais quand cela les concernait ainsi, tous les deux, aussi intimement, jamais elle ne le laissait faire. Elle s'était relevée, lui attrapant le bras, plantant son regard dans le sien.

    Mary - « Arrête de mentir... s'il-te-plaît. Je... Tu sais parfaitement que ce n'est pas une illusion. Tu viens encore de le prouver. On pourrait essayer... Juste essayer... »

    Elle avait fini par baisser la tête. Essayer. Rien que cela. Juste essayer d'être ensembles. Tester. Voir s'ils avaient une chance. Et finir par voir s'ils pouvaient avoir un avenir.

    Mary - « Tu sais j'ai peur aussi. J'ai peur que ce soit une erreur et que ça détruise tout mais... J'ai envie d'être avec toi. J'ai vraiment envie d'être là pour toi. Je... laisse-nous une chance Sev'... »

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Sam 17 Mai - 16:28



    Mary - « On le peut Severus. Nous sommes libres. Et je te l'ai déjà dit, Matt ne fait plus partie de ma vie. Et je... je ne suis pas une gamine quand je suis avec toi... »

    Libre. Ce mot sonnait toujours faux avec lui, avec eux. Jamais il ne pourrait être libre et ceci de par la marque qui ornait son bras gauche, crainte et dégoût que tous ressentaient a son égard. Malgré l'admiration chez certain, il le savait, la liberté ne serait jamais pour lui, a part entière du moins. Et Mary qui pensaient qu'ils pouvaient l'être, eux. Stupide idée. Les barrières qu'ils avaient pu effacer ne se volatiliseraient pas pour le reste du monde et bien que ne s'occupant de son image, plus a présent, celle de Mary comptait. Une enfant avec lui, une étudiante ayant l'age d'être sa propre fille. Non. Jamais ils n'échapperaient aux remarques et elle n'avait le droit de dire ceci, de penser cela. Libre, connerie. Et voila qu'elle lui annonçait avoir réellement renoncer à Monsieur le Gryffondor. Soupir d'agacement. Pourquoi ? *Amoureuse* . Cette pensée, vérité avait été réfutée de suite.

    Severus - « Il est certain que ton Matt n'est qu'un gamin dans tout ce qu'il aurait pu t'apporter. Un gosse qui s'est empressé de perdre sa virginité. Mais ne sois pas assurée que je suis toujours aussi... aimant. Je souhaitais te laisser un souvenir et je pense ce pari réussit. »

    Le mépris pleuvait dans ses paroles. Il se moquait ouvertement des précèdents propos de Mary. Et le fait qu'elle ait baissé la tête n'avait pu que renforcer cet ego. Bien entendu qu'elle avait pu se sentir femme dans ses bras. Il n'était pas un gosse lui, un gamin qui devait tout apprendre. Alors lui faire découvrir, lui faire croire, jouer avec elle était bien simple pour l'homme que Severus était. Un salaud.

    Mary - « Arrête de mentir... s'il-te-plaît. Je... Tu sais parfaitement que ce n'est pas une illusion. Tu viens encore de le prouver. On pourrait essayer... Juste essayer... »

    Bercée d'illusions. Severus s'était permis un sourire, tout aussi moqueur que les paroles qu'il s'apprêtait a prononcer.

    Severus - « Embrasser quelqu'un prouve les sentiments, réflexion étonnante, vraiment. Tu n'attendais que cela. Et je profite Mary... un volatile brisé. » Severus s'était dirigé vers l'une des fenêtres avant de murmurer une formule. Les voiles apposés précédemment s'étaient évaporer. Lumière qui pénétrait la pièce de toute part. « Vois-tu, je me suis risqué a aimer, a vivre avec quelqu'un et regarde le résultat... Ne penses pas prendre la place d'Hélène si facilement... »

    Horrible. Exécrable. Qu'importe comment on pouvait qualifié son comportement. Severus se montrait méprisant avec cette jeune personne qui au final l'aimait, peut-etre plus que lui pouvait l'aimer. Et la crainte de revivre, d'aimer a nouveau, réellement, l'empêchait de dire la vérité. Car le mensonge avait toujours fais partie de lui, un masque comme un autre. Voile de la vérité. Et le Maître des Potions ne parvenait a être lui-même, juste une fois, une dernière. Il se cachait encore, de peur de la voir souffrir. Mais n'était-ce pas ce qu'il engendrait par ses paroles ? Moins que si il avait accepté Mary a ses cotés. Puis étant si jeune, elle lui avait tout pardonné, son coté Mangemort, les meurtres mais ceci par aveuglement. Il est impossible de voir le blanc, le bon coté chez lui. Si infime.

    On s'est construit et j'ai tout détruit
    On s'est détruit, on a reconstruit

    Severus - « Tu ne ferras pas exception a la règle Mary. Je détruis tout ce que je touche... Et regardes-toi... Une gosse qui s'est attachée a ce qu'elle ne peut avoir. » Il parlait avec une telle désinvolture... « Ceci n'était qu'un phantasme, rien de plus. Tu as eu l'enseignant, j'ai eu l'étudiante. C'est là que tout s'arrête... Ma belle Mary, bercée d'illusions. » Il s'était penché vers elle, simplement pour lui murmuré quelques paroles a l'oreille avant de lui effleurer les levres. « Il est temps de grandir, de sortir du rêve construit. »

    Alors le Prince s'était reculé, lentement, non sans quitter la jeune femme du regard. Celle qui aurait pu être a ses cotés si il n'avait pas été si... égoïste. Car ce n'était qu'une question d'égoïsme, voir peut-etre de protection. Ne pas se risquer une nouvelle fois de tout perdre. Et cette idée était encore plus présente au vu de l'age de Mary. Son élève, ce statut empêchait tout, rien que ceci. Et malgré le fait que tout deux aient oublié ceci a de nombreuses reprises, aujourd’hui, tout redevenait comme avant... avant qu'ils ne réalisent les sentiments, que l'amitié n'était suffisante. Severus fuyait ce que Mary avait a lui offrir. Il fuyait les sentiments, sa vie, la leur.

    On s'est construit, on a tout détruit
    Je me suis détruit, on a tout détruit
    On s'est puni…

    Severus - « Ma belle Princesse… Je suis au regret de vous annoncé que le Prince Charmant n’existe pas. »


_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Ryder
Admin_* || 6ème année - Piaf Stupide
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bon. Grâce à Lui___*
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Sam 17 Mai - 16:35


    [Han mais. Wazaaaaaaaaaaaaah qu0a. M'sieur Sev' R.I.P xD]

    Espoir. Elle s'en voulait elle-même de connaître ce sentiment. Mais espérer... elle ne pouvait s'en empêcher. Maintenant qu'elle avait fait son choix elle avait besoin de cela. Besoin de se dire que, peut-être, un jour, elle pourrait être avec lui. Besoin de se dire qu'ils pourraient avoir une chance, tous les deux. Mais elle ne se projetait pas à ses côtés. Elle n'y parvenait pas de toute manière. Leur relation était si étrange, si ambiguë. Elle lui demandait de sauter le pas alors qu'elle ne savait même pas si elle, elle y était prête. Folie. Mais pourtant... cet espoir, cette lueur qu'elle ne parvenait pas à tuer dans son regard tout en sachant qu'elle avait toutes les chances de chuter brutalement. Mais elle voulait y croire. Ce rêve. Ce rêve qui pourrait devenir réalité. Elle tremblait à cette idée et pourtant... Elle n'avait plus rien à perdre. Elle les avait tous perdus, un par un, tant et si bien qu'elle s'était retrouvée seule, à ses côtés. Aujourd'hui, il était tout ce qu'il lui restait. Matt refuserait certainement de la revoir en apprenant son choix, il ne lui resterait plus que son Prince. Alors elle se moquait du monde, des conséquences, de certaines conséquences du moins. Commérages, rumeurs. Cela ne l'atteignait plus. Il y avait un an qu'elle entendait tout et n'importe quoi se dire autour d'elle alors aujourd'hui... Elle les ignorait. Purement et simplement. Ces imbéciles qui s'amusaient à esayer de deviner où elle allait chaque nuit dans ce château, avec qui surtout. Ces imbéciles qui avaient oubliés pour beaucoup d'entre eux qu'ils seraient restés à crever la gueule ouverte si elle n'était pas passée par là le jour de la bataille. Alors elle se moquait des rumeurs qu'ils s'amusaient à créer sur elle.

    Severus - « Il est certain que ton Matt n'est qu'un gamin dans tout ce qu'il aurait pu t'apporter. Un gosse qui s'est empressé de perdre sa virginité. Mais ne sois pas assurée que je suis toujours aussi... aimant. Je souhaitais te laisser un souvenir et je pense ce pari réussit. »

    Il recommençait. Méprisant. Elle se doutait bien que Severus n'était pas toujours ainsi avec ses amantes. Comment pourrait-elle croire que ce qu'elle avait vécut pouvait être renouvelé chaque jour ? C'était pour cela que ce souvenir était si précieux, il était unique. Lui laisser un souvenir. Il y était parvenu. Mais à sa façon de parler il fallait croire que cela n'avait été qu'un jeu pour lui alors que ce soir là... Il avait été plus possessif que jamais et ils avaient eut bien du mal à rentrer à Poudlard. Cette image de mangemort manipulateur de ses sentiments... elle ne pouvait y croire. Trop de fois il lui avait montré qu'il avait des sentiments, de vrais sentiments pour elle. Elle ne pouvait pas croire à ce mensonge. Et elle le lui avait dit. Dernier espoir. Croire que les rêves pouvaient devenir réalité. Croire qu'ils pouvaient essayer. Croire qu'il serait d'accord pour essayer, au moins, juste être ensembles. Mais une fois de plus, il fallait qu'il détruise tout. Sa spécialité en soi.

    Severus - « Embrasser quelqu'un prouve les sentiments, réflexion étonnante, vraiment. Tu n'attendais que cela. Et je profite Mary... un volatile brisé. »

    Colère dans son regard. Il continuait. Il se moquait. Il voulait lui faire croire qu'il était le pire salaud que la terre ai compté. Mais alors oui, elle avait voulu ce baiser, effectivement. Mais elle était loin d'être la seule à l'avoir voulu, à en avoir eut besoin, elle en était persuadée.

    Mary - « Bien sur. Evidemment tu ne faisais que t'amuser. C'est certain. C'est pour ça que tu avais l'air à moitié terrorrisé après ? »

    Blessée. Elle détestait qu'il lui mente. Qu'il se voile la face ainsi. Cela ne faisait que leur faire du mal à tous les deux et pourtant il continuait. Elle avait brusquement détourné la tête. Lumière éclatante qui de nouveau était là. Salaud. Il s'amusait de cela en plus. Tant pis, son mal de crâne s'était réveillé, et il faisait tout pour la faire sortir de ses gonds. Il finirait par avoir gain de cause à ce rythme-là.

    Severus - « Vois-tu, je me suis risqué a aimer, a vivre avec quelqu'un et regarde le résultat... Ne penses pas prendre la place d'Hélène si facilement... »
    Mary - « Qui te dis que je veux la remplacer ? Je t'aimais avant que cela n'arrive, ça n'a pas changé mais... Merlin Sev' ! Si tu ne veux pas d'accord... mais cesse d'être ainsi, je t'en prie.»


    Voix qui s'était apaisée. Elle ne voulait pas s'énerver. Pas contre lui. Pas maintenant. Elle, elle voulait seulement arranger les choses entre eux, après cette rupture pour le moins brutale qu'avait entraîné la mort d'Hélène. Elle n'avait cessé de penser à cette conversation durant son kidnapping et là... Là c'était en train de tourner en cauchemard. Elle ne voulait pas. Elle voulait seulement le retrouver, être avec lui. S'il ne voulait pas de plus... alors il en serait ainsi. Ils laisseraient les choses évoluer comme ils l'avaient toujours fait. Mais qu'il ne tente pas de renier leurs sentiments ainsi. Qu'il ne tente pas de renier la vérité de ce qui les unissait, parce que cela lui faisait réellement du mal.

    Severus - « Tu ne ferras pas exception a la règle Mary. Je détruis tout ce que je touche... Et regardes-toi... Une gosse qui s'est attachée a ce qu'elle ne peut avoir. Ceci n'était qu'un phantasme, rien de plus. Tu as eu l'enseignant, j'ai eu l'étudiante. C'est là que tout s'arrête... Ma belle Mary, bercée d'illusions »
    Mary - « Arrête. Severus... arrête ça...»


    Le coup de l'étudiante et de son professeur. Cela elle ne pouvait pas le tolérer. Il n'avait pas le droit de dire que leur relation se résumait à cela. A l'accomplissement d'un fantasme. Elle avait détourné la tête quand il tenta de lui effleurer les lèvres, mais pas suffisament vite. Elle ne voulait plus à présent. Pas quand il était tellement capable de tout faire pour détruire ce qu'il y avait de beau dans leur relation.

    Mary - « Construit ? Tu appelles ça construit ? Un moment tu m'embrasses et le moment suivant tu me méprises. Un moment tu me donnes toute ta confiance et l'instant d'après tu considères que je ne la mérites plus. Une seconde on veille l'un sur l'autre et la seconde suivante on se haït comme jamais. Tu crois vraiment qu'on le vit ce rêve ? Mais c'est plutôt un cauchemard ces derniers temps oui !!!! »

    Rage qui était lisible dans ses yeux à présent. Des semaines durant elle n'avait sut que penser d'eux deux, et maintenant qu'elle voulait statuer sur tout cela, lui s'amusait à tout faire voler en éclat, à lui faire croire que ça n'avait été qu'un vaste jeu. Comme le jour où elle avait tué leur enfant. Là aussi il avait joué avec elle. Mais pourquoi faisait-il cela ? Il pensait qu'en s'éloignant il la protègerait ? Mais il ne ferait que la détruire à jouer ainsi avec elle. A la perdre ainsi. Il la traitait déjà suffisament de folle comme cela, sans qu'elle ai besoin de le devenir réellement.

    Severus - « Ma belle Princesse… Je suis au regret de vous annoncé que le Prince Charmant n’existe pas. »

    La bombe avait été déclenchée. Utiliser de telles paroles, faire de telles allusions après tout ce qu'il venait de lui cracher à la figure. Qu'importe son mal de tête. Elle lui avait sauté dessus, frappant sa poitrine de ses poings, tentant de lui faire mal, de le blesser, par n'importe quel moyen. Elle elle ne voulait que l'aimer, et lui ne voulait que la détruire. Elle le haïssait pour cela. « Tu mens ! Tu mens ! Espèce d'imbécile, tu n'en as donc pas assez de faire ça ? Je te hais ! Tu m'entends ? Je te hais parce que tu m'as fait t'aimer ! » Ses poings continuaient de s'abattre sur sa poitrine et ses larmes s'étaient remises à couler. Elle voulait juste l'aimer, juste être là pour lui. Imbécile. Elle avait finit par le pousser. Qu'il tombe. Qu'il fuit. Qu'importe. Elle s'en moquait à présent.

    Mary - « Allez. Va-t'en! Sors d'ici. Va rejoindre ta gosse et l'achever si ça t'amuses. Retourner t'enterrer dans tes appartements. Je me débrouillerais très bien sans toi. »

    Elle fulminait. Rageuse. Haineuse. Il avait réussit à réveiller cette colère en elle. Lui qui parvenait si bien à le faire. Colère trop forte pour l'état de faiblesse qu'elle traversait. Elle n'était pas à l'infirmerie pour rien. Ecran noir soudainement qui se fit. Elle s'était encore levée bien trop vite pour sa pauvre tête qui ne demandait que du repos. Elle se laissa retomber dans les oreillers comme au ralenti, sachant que c'est là qu'elle se trouverait le mieux.

    Mary - « Dégage. J'ai besoin de repos. Envoi moi Pomfresh en partant, elle au moins sait pourquoi certains sont étendus sur des lits ici. Je ne sais pas quel imbécile t'as envoyé... mais tu aurais mieux fait de rester à te morfondre sur ton sort ailleurs

    Soupir. Elle aurait mieux fait de ne jamais lui reparler.

    Mary - « Un jour peut-être que tu te rendras compte qu'on n'est pas obligés de vivre notre vie comme des martyrs. Sors d'ici maintenant. Sortez de ma vie Professeur si c'est pour ne pas accepter que je fasse partie de la votre

_________________

Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-whole-new-world.forumsactifs.net
Severus T. Rogue
Admin_* || Headmaster of Hogwarts - Papa poule


Féminin Nombre de messages : 90
Age : 26
Patronus : Une Biche
Capacités spéciales : Legilimens. Occlumens
Humeur : Tout ce qu'il y a de plus execrable
Date d'inscription : 07/03/2008

:: Fiche du sorcier ::
Relations:
Camp: Le Bien, l'Ordre. Le même depuis de nombreuses années
MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   Sam 17 Mai - 16:59

    Mary - « Bien sur. Évidemment tu ne faisais que t'amuser. C'est certain. C'est pour ça que tu avais l'air à moitié terrorisé après ? »

    Elle avait raison, terriblement raison dans ses propos. La peur l'avait dominé après ce qu'ils avaient échangé, Severus avait craint qu'Hélène ne découvre ceci. La capacité d'aimer deux personnes, entièrement différentes et d'avoir une préférence pour celle qui représentait un enfant a ses yeux. Mais Mary perçait une nouvelle fois le mensonge qu'il tentait vainement de rendre réalité.

    Mary - « ... Je t'aimais avant que cela n'arrive, ça n'a pas changé mais... Merlin Sev' ! Si tu ne veux pas d'accord... mais cesse d'être ainsi, je t'en prie. »

    Faux. Elle n'avait pas le droit de lui dire ceci, cette vérité qu'il avait renier. Pourtant, c'est ce qu'elle lui avait annoncé lorsqu'ils étaient chez lui, quand elle avait perdue sa maudite baguette. Là que tout avait déraper. Faute, c'est ainsi qu'il avait nommer l'acte après, mais aujourd’hui... Cela n'avait été le résultat que de sentiments refoulés depuis un long moment. Et Helene a présent morte, il aurait été si simple pour lui de reprendre Mary, d'aimer la seule personne qui réellement le comprenait. La seule personne qu'il tolérait encore a ses cotés, même si cette idée commençait a changé, dangereusement. Car le Prince la repoussait toujours plus loin de lui. Et il lui faisait mal, il le savait, employé de telles paroles, faire de telles allusions, comme la dernière. Étudiante/Professeur. Leur relation n'avait jamais été ainsi, du tout. Elle avait été basée sur la confiance et ensuite sur des sentiments qu'ils n'avaient voulu s'avouer mais aujourd’hui, ceux-ci pouvaient se dévoiler au grand jour. Et le Maître des Potions craignait ceci. Le regard des autres...

    Mary - « Arrête. Severus... arrête ça...»

    Il aurait pu se taire, de suite et ceci aurait arranger les choses, disons que jamais ceci n'aurait déraper. Mais il était trop tard a présent. La colère menaçait chez Mary, il la sentait, si prête a éclater. Et c'est ce qu'il avait recherché en premier lieu, avant de voir qu'elle était prête a abandonner son idée... Mais il ne fit rien pour la stopper dans ses paroles. Severus l'écoutait, avec indifférence, du moins il donna cette impression.

    Severus - « Rêve et cauchemars sont de même. Et ce n'est de ma faute si tu m'as choisis pour... me perdre aussitôt. Et il est certain que le Lion ne voudra de toi. Après tout, avec ce que je pourrais lui raconter. Pauvre Gryffondor qui lui aussi a été la cible d'une gamine indécise. »

    Alors elle s'était levée. Il venait de déclancher la colère de la gamine.
    Leur perte, la déchéance qui ne saurait trouvé de fin.

    Elles frappait, il n'en avait que faire. Le Mangemort observait la gamine lui marteler le torse avec une certaine force qui l'avait fait grimacer, si bien qu'il avait eu l'intention de stopper ses gestes en lui bloquant les poignets, mais Mary l'avait déjà rejeter au loin en le repoussant, si bien qu'il avait manqué de chuter, chancellement seulement. Et les paroles de Mary l'avaient interpellé, choqué, qu'importe. Il était resté muet, lui qui jamais ne cesse de se battre, lui qui attaque toujours derrière des piques, des élan de colères, lui qui aime tant ceci, provoquer la haine chez les autres. Chez Mary, ce n'était que suicide et pour la peine, le Prince s'était reculé, encore un peu, toujours plus. Il perdait peu à peu sa princesse, l'unique personne qui aurait pu lui redonner un semblant de joie. Il détruisait tout ce qui avait été construit. L'amitié, les sentiments, le rêve qu'ils avaient créer a défaut de vivre la réalité. Et même ceci il le détruisait. Morceau de papier que l'on jette au feu. Souvenirs qui se brisent l'un après l'autre, plus déchirant que jamais. Accusateurs.

    Mary - « Allez. Va-t'en! Sors d'ici. Va rejoindre ta gosse et l'achever si ça t'amuses. Retourner t'enterrer dans tes appartements. Je me débrouillerais très bien sans toi. »

    Ses poings s'étaient lentement serrés. Comme si... comme si il tentait vainement de calmer la colère qui grondait, ce calme bien trop étrange face a la situation présente. Les yeux onyx vrillaient, brillaient d'une lueur de démence. Elle osait, gamine qui ne comprenait pas ce que cela engendrerait. Aveugler par son désir de vivre avec lui, de pouvoir l'aimer, elle ne voyait le monde, non! Aveugle, gosse qui pensait encore en rose. Mais si Severus faisait tout ceci, était aussi exécrable, ce n'était certainement pas par peur... peur de la décevoir ou autre. Il connaissait le monde, les autres et leur regard et devoir les supporter ne ferrait que de l'agacer. Mary méritait beaucoup mieux que lui. Un Mangemort ne pouvait se retrouver aux cotés d'une enfant, jeune femme, qu'importe. Il n'avait pas le droit, de même qu'aimer Mary. Crime que ceci, mais la faute avait été commise depuis bien longtemps, si bien que... continuer dans cette voix n'aggraverait pas tant les choses mais Severus avait une toute autre vision. L'éloigner de lui, quitte a souffrir, il ne voulait la revoir. Et Mary avait raison, qu'il s'enferme, crève seul, tue sa propre fille. Et c'est ainsi qu'il redeviendrait le meurtrier, l'homme détestable. Se laisser absorber par l'alcool, retomber. A croire qu'il n'aspirait qu'a ceci, cette décadence qui était devenue une amie, chère d'ailleurs. Mais il n'avait suivit les conseils,s l'ordre de la Bleu et Argent, lui s'était approché d'elle, à nouveau. Indifférence qui marquait ses traits, lueur indéchiffrable qui brillait dans ses yeux d'onyx. Sa main s’était possessivité posé sur le bras de la jeune femme, si bien qu'avec la force employé, il l'avait relevé et forcé a quitter ce lit. Qu'elle soit en face de lui, qu'elle l'affronte au lieu de faire sa pauvre petite agonisante. Mais Severus ne lui avait laissé le temps de parler, se débattre ou autre, il l'avait plaqué contre le mur de l'infirmerie, profitant alors du départ de Pomfresh.

    Severus - « Tu n'as toujours pas compris. Tu es une gamine, une gosse facilement impressionnable et regardes ce que tu es devenues... amoureuse d'un enseignant, d'un ancien Mangemort. N'est-ce pas... pathétique ? Nous avons là, la trame d'un livre qui ferrait succès j'en suis sur. Nos périples… » Il s'était rapproché d'elle, son corps contre le sien, ses lèvres proches de son oreille. « Vit avec moi Mary, viens. Je t'attend, il serait impoli de me faire attendre. » Un baiser, glacé avait été déposé dans le cou de la demoiselle. « Tu sais que c’est impossible. Je ne suis pas celui avec qui tu as partagé une nuit Mary. Je suis quelqu'un qui profite, s'amuse du monde, du malheur des autres et toi... » Pause « … tu ne peux savoir a quel point les larmes embellissent ton visage. »

    Sourire mauvais qui s’était affiché. Ses mains s'étaient posées sur les épaules de Mary. Possessivité. En plus d'être agressif dans ses paroles, il en venait a devenir violent, dans ses gestes mais si là était le seul moyen pour qu'elle soit dégoûté... l'unique moyen pour qu'elle l'oublie, le haïsse, réellement. Il ne pouvait hésité.

    Severus - « Tu ne sais a quel point la violence m'a toujours plu. De même, j'ai été patient avec toi Mary... aimant si tu le souhaites mais tu n'étais qu'une gosse a qui il fallait tout montrer. La... découverte. » Rire bas en mentionnant, ceci. Car c'est lui qui lui avait volé ce qu'elle avait de plus précieux, lui qui avait réitérer ceci a deux reprises. « Et aujourd'hui encore, tu es stupide mais c'est ainsi que je t'aime, rassures-toi. Stupide et aveugle. »

    Puis il s’était brutalement écarté de la jeune femme, si bien qu’elle avait chuté a terre. Il ne s’était retourné vers elle, pour l’aider. Que le piaf montre la faiblesse a laquelle il était soumise. Oiseau perdu une fois au sol, devant la réalité du monde. Et c’est l’impression qu’il avait de Mary. Piaf sans aucun espoir… ailes brisées.

    Severus - « Je ne t’oubli pas. »

    Paroles énigmatiques alors qu’il se dirigeait vers la sortie.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il fut des réveils plus agréables [Sev' =)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée des plus agréables feat Lissyana Whirl ( Rp Terminé )
» Démotivation, besoin de contacts agréables ?
» Demande d'agrément
» Formulaire d' Agrégation.
» Comme c'est agréable de te revoir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A whole new world :: [Intérieur de Poudlard - ECOSSE] :: Le 7ème étage__# :: ✖ L'Infirmerie-
Sauter vers: